Victoire

Vendée : halte aux renvois indirects des Afghans !

Cette pétition a abouti avec 2 655 signatures !


Il y a urgence à intervenir auprès de la préfecture de la Vendée , car les renvois de 4 jeunes Afghans du Centre d'accueil CAO- l’AFPA de la Roche peuvent désormais se produire à chaque instant, bien qu’un recours devant la Cour Administrative d’Appel de Nantes ait été enregistré. Nous adressons cette lettre à Monsieur le Préfet de la Vendée.

Nous  vous demandons, monsieur le Préfet de la Vendée, que messieurs Imran A. (22 ans), Najeebullah H. (26 ans), Fawjoon N. (21 ans) et Golojan O. (24ans) puissent déposer leur demande de protection en France comme ils l’ont souhaité après avoir traversé de nombreux pays depuis l’Afghanistan.
Ils ont accepté de quitter les trottoirs de la Porte de la Chapelle de Paris pour venir dans le CAO de la Roche sur Yon (Centre d’accueil et d’Orientation), parce qu’on leur a fait croire qu’ils ne seraient pas renvoyés ailleurs, car comme tous leurs compagnons ils sont passés par d’autres pays européens. Ces 4 n’ont pas eu de chance en arrivant puisqu’il a été décidé qu’on leur appliquerait le règlement européen appelé Dublin III en les renvoyant en Norvège ou en Slovénie. Ce qui pratiquement signifie qu’ils seront très probablement expulsés vers leur pays d’origine, comme nous allons l’expliquer.
Devant ce risque réel de refoulement, nous vous demandons, monsieur le Préfet de la Vendée, d’appliquer des clauses prévues par ce même règlement européen pour leur permettre d’engager leur demande de protection en France, le pays qu’ils ont choisi.
Cette demande est fondée, en considérant la situation en Afghanistan, les politiques migratoires de la Norvège et de la Slovénie et l’état de santé dégradé de ces jeunes.

1)      Il ne fait de doute pour personne que la situation en Afghanistan reste très préoccupante. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller sur le site France-Diplomatie du ministère des Affaires Etrangères[1] pour lire les avertissements des autorités françaises aux voyageurs, sous les titres évocateurs :
-        « La situation de sécurité en Afghanistan demeure très dégradée, fragile et instable. ». Le site précise les régions des combats : « Les combats de la saison 2017 revêtent une forte intensité dans un arc allant du Nord (Kunduz) à l’Est (Nangarhar) en passant par l’Ouest (Farah), le Sud (Helmand, Uruzgan), et les approches de la capitale : Kapisa, Logar ».
-        « A Kaboul, le risque terroriste reste très élevé. » […]
-        « Dans ces conditions, tous les déplacements en Afghanistan restent formellement déconseillés. » 

Ce sont précisément dans ces régions dangereuses que sont nés ces jeunes : Golojan à Kaboul, Imran à Logar, Najeebullah et Fawjoon à Nangarhar. (Pour mémoire, c’est dans le district de Nangharar que les Américains ont lâché, en avril dernier, « la mère de toutes les bombes » sur les grottes abritant des Talibans liés à Daech).

2)      Pourtant la Norvège considère que l’Afghanistan est un pays sûr. C’est vers ce pays que vous voulez renvoyer Imran A. Ce pays protège peu d’Afghans et a déjà refusé l’asile à Imran en lui demandant de quitter le pays. Il sera donc renvoyé en Afghanistan dès sa descente d’avion.
Il est de la région de Logar. Son père militaire a été tué par les Talibans. Ces derniers ont cherché à l’enrôler. Il a fui le pays quand il a été convoqué par un chef Taliban à la mosquée. Cinq de ses compagnons de voyage ont déjà été renvoyés de Norvège. Deux ont été tués, les trois autres vivent terrés.
Imran vous a demandé à plusieurs reprises, avec son avocat, que vous apportiez la preuve qu’il ne sera pas expulsé de Norvège comme il le craint en s’appuyant sur les rapports des associations et ses propres observations. Vos services et le premier juge de Nantes prétendent que c’est à Imran de faire la preuve qu’il sera personnellement expulsé de Norvège. S’il avait cette preuve un jour, il ne pourrait plus, hélas, vous la fournir…

3)      Malgré ce que vos services font savoir, la Slovénie ne réserve pas « un accueil chaleureux » à tous les migrants. En réponse aux demandes angoissées de Najeebullah, Fawjoon et Golojan concernant ce qu’il pourrait leur advenir en Slovénie, vous avez fourni un article élogieux du UHNCR[2] . Malheureusement la situation décrite ne concerne que les 247 Syriens relocalisés d’Italie ou de Grèce dans le cadre de la répartition européenne (sur les 579 prévus).
En revanche, il suffit d’écouter ces 3 jeunes, racontant leur vécu lors de la traversée de la Slovénie pour savoir qu’ils ont été enfermés près d’un mois avec des privations de nourriture, jusqu’à ce qu’ils donnent leurs empreintes, ce qui est contraire aux lois européennes concernant les demandeurs d’asile. On les menaçait d’être renvoyés en Bulgarie où ils ont été blessés par la police ou en Afghanistan.
Il suffit aussi de lire le courrier des Balkans du 15 juin 2017, pour savoir qu’ « un collectif d’ONG slovènes a récemment accusé le gouvernement de traiter les demandes d’asile de réfugiés afghans avec négligence et de rejeter celles-ci de façon systématique ». Par ailleurs, des ONG européennes rapportent les alertes du Commissaire Européen aux droits de l’Homme adressées au président slovène lors du durcissement de la législation slovène en mars 2017[3]. Désormais les renvois des demandeurs d’asile sont courants.
Les chances de protection étaient déjà faibles en 2016 : alors que le pays était traversé par 400 000 migrants, seulement 416 Afghans ont demandé l’asile en Slovénie et au total, il y a eu 175 protections accordées à l’ensemble des demandeurs d’asile, tous pays confondus.

A qui ferez-vous croire que Fawjoon, Najeebullah, et Golojan, ont une chance d’être protégés et qu’ils ne seront pas renvoyés vers l’Afghanistan après leur transfert vers la Slovénie ? Or Najeebullah et Fawjoon et Golojan, avec des histoires différentes, ont fui les attentats ou ont refusé d’être enrôlés par les Talibans. Comment ne pas être sensible à l’histoire de jeunes qui ont refusé d’être sous la coupe de terroristes ?

4)      Jusqu’à quand pourront-ils supporter les angoisses d’être renvoyés sans être protégés ? Depuis le mois de février 2017, vous mettez tout en œuvre pour renvoyer ces 4 jeunes Afghans. Dans aucun cas, vous n’apportez la preuve qu’ils ne seront pas refoulés. Vous venez de leur signifier que vous prolongiez d’un an (jusqu’à Noël 2018), la période où ils peuvent être renvoyés, tout en leur coupant tous les moyens d’existence (hébergement et allocations).

Par ailleurs, bien qu’ils vous en aient informé de diverses manières, vous ne tenez pas compte des traumatismes qu’ils ont subis en traversant les pays des Balkans (surtout la Bulgarie) et qui nécessitent actuellement des soins. L’un a eu l’épaule cassée par la police et laissé sans soin plusieurs jours. Il a dû voir un médecin à son arrivée à la Roche. Un autre a reçu des coups violents sur la tête et a toujours mal. On lit dans les rapports des psychologues concernant trois d’entre eux, des phrases comme « en proie à des attaques de panique […] entraînant une perte de contrôle et d’orientation » ; « a maintenant une peur constante impossible à rationaliser » ; « troubles du sommeil, … de la pensée… perte de poids » ; « Syndrome réactivé par la peur de la répétition des évènements traumatiques, en cas d’expulsion ». La somatisation a été parfois tellement forte qu’il a fallu aller aux urgences.

En conclusion,

 Pour toutes ces raisons, votre décision de les renvoyer coûte que coûte est dangereuse et nous vous demandons, à la suite d’associations comme Amnesty International ou la Cimade de surseoir à tout renvoi vers l’Afghanistan que ce soit directement ou indirectement. Nous vous demandons l'application de l’article 17 du règlement Dublin pour Imran, Najeebullah, Fawjoon et Golojan.

Collectif d’associations vendéennes, composé notamment de la LDH (La Roche et Noirmoutier), La Cimade, RESF, AMISUV (Fontenay le Comte), Comité de VIgilance (Les Herbiers), Echanges et Solidarité (Montaigu), AMI de Pouzauges, Toit Solidaire, Secours-Catholique (délégation de Vendée), SOS-FAMILLE-Emmaüs 85, SEL-85, Amnesty-Haut-Bocage-85, ICEM-85, Ligue de l'Enseignement-85.

--------------
[1] http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/afghanistan/
[2] http://www.unhcr.org/fr/news/stories/2016/6/5760140da/slovenie-centre-daccueil-chaleureux-refugies-apres-fuite-eprouvante.html
[3] https://www.coe.int/fr/web/commissioner/-/slovenia-should-pursue-its-efforts-to-protect-vulnerable-people

 




 



Collectif d'associations vendéennes compte sur vous aujourd'hui

Collectif d'associations vendéennes a besoin de votre aide pour sa pétition “Préfet de la Vendée: Vendée : halte aux renvois indirects des Afghans !”. Rejoignez Collectif d'associations vendéennes et 2 654 signataires.