NON à l'exploitation de 170​.​000!!! poulettes à Menomblet - Vendée

0 a signé. Prochain objectif : 75 000 !


Quand est-ce qu'on va enfin comprendre que les fermes usines nuisent à l'environnement, à la nature, à la biodiversité, à l'homme et à la planète?

Elles favorisent le réchauffement climatique et leurs bâtiments sont des lieux propices à la prolifération de bactéries (salmonella) et de virus (grippe aviaire) et sont donc des bombes cachées de pandémies. La Vendée se vante d'être avant-gardiste et écologique, alors pourquoi est-ce qu'on persiste à construire/soutenir des élevages industriels d'une autre ère au lieu de les remplacer par des fermes éthiques, écologiques, respectueuses du vivant?

A Menomblet (dans l'Est de la Vendée), un exploitant d'élevage de poulettes (les poussins qui deviennent des poules pondeuses) souhaite réaménager ses 3 bâtiments existants en volière avec non moins de 4 étages pour pouvoir augmenter le nombre d'animaux dans ses bâtiments par plus de 30%! Pour l'instant, les poulettes sont élevées au sol. L'argument donné serait que c'est pour le "bien-être des volailles". Donner plus de place aux poules pour se déplacer, voler, se percher semble une bonne idée, mais non si l'éleveur le fait avec l'intention d'augmenter le nombre d'oiseaux. Sa motivation dans ce cas semblerait être plutôt l'augmentation de ses profits, sa rentabilité, non le bien-être de sa chère volaille qui finira tout aussi serrée comme des sardines comme avant!

Il veut produire 170.000 animaux sensibles qui ne verront jamais le soleil. Un surnombre avec donc tous les problèmes que cela peut provoquer: des mortalités, des maladies ( et par conséquent recours aux antibiotiques), des parasites (poux rouges), le stress à cause des concentrations énormes d'animaux (la densité de stockage n'est pas encore strictement réglementée). Cela résulte en blessures et nécessite souvent le débecquage, une procédure très douleureuse et stressante. Après l'élevage dans ces bâtiments, les poulettes, devenues maintenant des poules pondeuses, seront transportées vers des usines à pondre en Vendée ou ailleurs.... (batteries, volières ou, si elles ont un peu de chance, en plein air) où elles pondent généralement un oeuf par jour, de temps en temps même plus. Souvent, après un an et demi, quand leur système de ponte faiblit et leurs plumes sont presque toutes arrachées, ces animaux sensibles seront prêts pour "la réforme": euphémisme pour cacher l'horrible réalité de l'abattage.

Nous, le collectif pour une Agriculture Innovante et Respectueuse du Vivant (Hommes, Animaux, Environnement) - Vendée, disons STOP à cet élevage de la honte. Merci de signer cette pétition et de la partager autour de vous. Si vous habitez dans les communes directement concernées par cette consultation publique: St Pierre-du-Chemin, Cheffois, Menomblet, Montournais, St-Mesmin en Vendée et La Forêt-sur-Sèvre et Saint-André-sur-Sèvre dans Les Deux-Sèvres, ne manquez pas de participer, et laissez votre avis DÉFAVORABLE à ce projet.

Voici le lien pour la consultation publique: http://www.vendee.gouv.fr/enquetes-publiques-et-consultations-du-public-r223.html?page=rubrique&id_rubrique=223&id_article=940&masquable=OK 

Elle reste ouverte du 7/9/2020 jusqu’à 9/10/2020.

Le document du Projet d’aménagement de bâtiments d’élevage avicole: http://www.vendee.gouv.fr/IMG/pdf/earlgatineau_npnt1.pdf

Vous pouvez laisser un message à l'adresse e-mail: enquetepublique.vendee1@orange.fr en précisant en objet: EARL Gatineau.

Merci de votre mobilisation, vos signatures, vos partages contre ces fermes usines.