Jeunesse sans papier, jeunesse volée : ça suffit!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Jeunesse sans-papier, jeunesse volée : ça suffit !

Nous sommes enseignant·es et personnels d’éducation dans l’agglomération d’Orléans et le Loiret.
Dans nos écoles, nos collèges, nos lycées, généraux et professionnels, beaucoup de nos élèves sont « sans-papier ». Qu’ils et elles soient mineur·es ou majeur·es, isolé·es ou en famille, en demande d’asile ou sous le coup d’une menace d’expulsion, ce sont nos élèves. L’injustice « administrative » qu’ils et elles vivent, est une véritable mécanique de discrimination, encouragée par les autorités.
Elle génère pour nos élèves précarité, angoisse, et menace leur intégrité physique et morale. Face à cela, nous réagissons la plupart du temps dans l’urgence. Nos solidarités se heurtent à des situations de plus en plus dramatiques. Aujourd’hui, le Conseil départemental a pris la décision d’expulser de leur hébergement près de 150 jeunes majeur·es isolé·es. Ça suffit, il faut que ça change !

Nous interpellons solennellement les autorités, de l’Éducation nationale, préfectorale, départementale :
- Régularisez nos élèves en leur délivrant un titre de séjour vie privée/vie familiale.
- Assurez un accès plus rapide qu’aujourd’hui à la scolarisation.
- Ouvrez-leur des classes d’accueil dans tous les collèges, dans tous les Lycées professionnels… et sans que cela ne se fasse au détriment de celles existantes !
- Sanctuarisez les heures postes dans les établissements qui permettent aux enseignant·es d’y intervenir.
- Créez des postes de personnels, notamment de services sociaux, afin d’aider ces élèves.
- Pour celles et ceux qui ne sont pas logés par l’Aide sociale à l’enfance, assurez-leur un hébergement en leur attribuant une place en internat. Et s’il n’y en pas assez c’est qu’il faut en créer, quitte à ouvrir un nouvel internat !
- Maintenez les bourses pour toutes et tous nos élèves au 1er septembre.
- N’expulsez pas de leurs hébergements nos élèves jeunes majeur·es isolé·es au 31 août, nous ne l’accepterons pas.