Sauvons les chiens d'Azerat

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Le 3 septembre, One Voice a révélé au public des images filmées au mois de mars dans le chenil de Richard Mandral, habitant d'Azerat. Une centaine de chiens, gardés dans des conditions abominables. Des chiens dans des cages, d'autres attachés en permanence. Des carcasses d'animaux qui pourrissent au soleil, rongées par les asticots. Le retour sur les lieux en septembre confirme cet état des faits.

Une plainte avait été déposée auprès du procureur et des autorités dès le mois de mars, sans retour. Et la préfecture n'a réagi en septembre que pour parler de manière abstraite d'une "mise en demeure" demandant simplement de réduire sa meute à 45 chiens d'ici le 15 décembre et de faire des améliorations minimes à ses infrastructures.

Richard Mandral n'en est pourtant pas à son premier coup d'essai : dans les années 1980, il avait été inculpé dans le dossier de la "Dog Connection", un grand réseau de trafic d'animaux volés et revendus aux laboratoires. Depuis, des particuliers ont notamment constaté des annonces frauduleuses de sa part sur plusieurs comptes sur le Bon Coin.

Aujourd'hui, nous voulons que Richard Mandral soit reconnu coupable de ses actes. Nous appelons donc la préfecture de Périgueux à engager les poursuites adaptées contre Richard Mandral, afin qu'il soit poursuivi et condamné, qu'il lui soit interdit de détenir d'animaux, qu'il ne puisse plus leur faire de mal.