Non à l’expulsion de Rolandi K. !

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !


M. Rolandi K., ressortissant géorgien âgé de 31 ans, est entré en France début 2019 avec sa femme Maia (30 ans), et ses deux filles Nia (2 ans et demi) et Nini (11 ans et demi).

En demande d’asile, la famille inscrit sa fille Nini à l’école Camille Maumey à Cenon (33) en mai 2019. Nini s’est intègrée facilement, a appris très vite la langue française, et ses parents, soucieux de sa réussite, suivent son travail régulièrement et participent à toutes les manifestations proposées par l’école.

Parallèlement, Rolandi et sa femme Maia s’inscrivent en cours de français au collège Jean Jaurès deux fois par semaine. Par leur respect et leur gentillesse, ils ont su très vite se faire apprécier par les parents d’élèves et tout le personnel de l’école.

Nia, quant à elle, est inscrite en toute petite section à l’école Jules Guesde à Cenon où elle continue sa scolarité de manière assidue. L’engagement de Nini, sa détermination, le soutien de ses parents, lui ont permis de réussir en fin de CM2 son entrée en Classes à Horaires Aménagées Danses au conservatoire de Bordeaux. Ce dispositif nécessite un projet et engagement fort de l’élève et ses parents dans les apprentissages scolaires et chorégraphiques. L’équipe pédagogique du collège et du conservatoire observent une attitude exemplaire, un engagement fort et une progression de grande qualité chez Nini. Notons aussi une excellente intégration dans le groupe classe et au fonctionnement des deux établissements.

La Préfecture de Gironde a pourtant notifié une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français) aux 4 membres de la famille en août 2019, mais la famille, en danger en Géorgie, a fait le choix de rester en France dans l’intérêt de leurs enfants  Nini et Nia. En effet, des menaces de mort pèsent sur elles, à la suite d’un conflit interfamilial dont sont victimes Rolandi et sa famille.

Se retrouvant à la rue après le rejet de leur demande d’asile, la famille est hébergée par plusieurs collectifs citoyens proches des écoles où sont scolarisées les enfants, parents d’élèves et enseignants se mobilisant plusieurs mois durant pour leur permettre une vie digne.

C’est ainsi qu’en août 2020, la famille est accueillie dans le dispositif d’hébergement d’urgence de Darwin à Bordeaux, afin d’être stabilisée et de continuer son intégration en France : Rolandi et Maia continuent les cours de français, et deviennent bénévoles au sein du Bric Emmaüs à Darwin et à la ferme Niel. Nini prend des cours de sport au Darwin Sporting Club et l’ensemble de la famille s’intègre parfaitement au sein de la grande famille de Darwin, faisant preuve de générosité et d’implication.

L’Obligation de Quitter le Territoire Français étant périmée en août 2020, Rolandi décide d’aller rendre visite à son frère et sa famille installés à Toulouse, famille fragilisée à la suite d’un décès dans la famille.

Durant ce séjour, la voiture dans laquelle Rolandi était passager se fait arrêter par la Gendarmerie, et Rolandi se retrouve en garde à vue. Lors de cette garde à vue, Rolandi se voit notifier une nouvelle Obligation de Quitter le Territoire Français par la Préfecture, et il est placé en rétention au centre de rétention administrative de Toulouse : il risque aujourd’hui l’expulsion vers la Géorgie.

Ce jeune homme et sa famille ont toujours montré une réelle volonté de s’insérer dans la société française. En un peu plus de deux ans, par leur engagement pour eux et leurs enfants, ils ont su développer des sociabilités fortes qui leur permettent d’être soutenus et accompagnés par des personnels éducatifs, des parents d’élèves, des associatifs, ainsi que par les membres de l’écosystème Darwin. Soucieux de bien faire les choses, ils ont toujours su se montrer dévoués et respectueux.

De manière étonnante, lors de l’audience qui a suivi le placement en rétention de Rolandi, le magistrat a retenu le fait que Rolandi n’avait pas d’hébergement et ne participait pas à l’éducation ses deux filles, niant les témoignages et attestations fournis à l’audience et refusant son assignation à domicile alors que son passeport avait été remis aux autorités.

Nous, signataires de la présente pétition, refusons que Rolandi soit expulsé de France. À travers un contact quotidien avec les membres de la famille depuis plus de deux ans, nous sommes convaincus que la place de Rolandi est auprès de sa famille, incontestablement ici en France.

Ainsi, nous, Collectif de soutien à la famille de Rolandi, demandons à Madame Fabienne Buccio, Préfète de la Gironde :

-       Dès aujourd'hui, nous souhaitons que l’Obligation de Quitter le Territoire Français soit annulée, afin de permettre à Rolandi et sa famille de déposer une nouvelle demande de titre de séjour, et continuer son parcours de vie en France.

-       D'ici cette annulation, qu’elle autorise un transfert immédiat de Rolandi au Centre de Rétention Administrative de Bordeaux afin qu’il soit rapproché de sa famille pour lui permettre un maintien des liens familiaux avec sa femme et ses enfants.

Merci pour lui, merci pour sa famille,

le comité de soutien

---------------------------------------------------------------------------------

Membres du comité de soutien:

- Darwin Solidarités,

- Ecole Camille Maumey (Cenon) - personnel éducatif et parents d'élèves ,

- Ecole Jules Guesde (Cenon) - personnel éducatif et parents d'élèves,

- Conservatoire de Bordeaux - personnel éducatif et parents d'élèves,

- Collège Aliénor d'Aquitaine (Bordeaux) -  personnel éducatif et parents d'élèves.