Bordeaux .... l'appel de la rue !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Lettre ouverte

  • au Préfet de la Gironde,au Président du Conseil Départemental de la Gironde,à Monsieur Le Président de Bordeaux Métropole

C'est avec colère et consternation que les associations solidaires de Bordeaux qui œuvrent auprès des sans abris et des lieux autogérés, souhaitent alerter sur la situation actuelle dans la Métropole !!!

En effet nous sommes quotidiennement débordés de demandes de mise à l'abri en ce début de période hivernale et nous sommes face à une impasse, alors même qu'à Bordeaux, 22 000 bâtiments sont vides selon le dernier recensement INSEE de 2015 dont plus d'une centaine appartient à la métropole.

Combien de personnes sont aujourd’hui confrontées à des situations d’urgences cruciales alors que  le 115 ne répond en moyenne qu’à 1 demande d’hébergement sur 5 ?

Il y a donc chaque jour, dehors et sans solution d’hébergement, des familles, des mineurs isolés et des personnes seules ou accompagnées de leur ami à quatre pattes.

Les associations constatent également et s’alarment sur le nombre croissant et inhabituel de femmes et mineurs présents dans les squats autogérés .

Les activités relevant clairement de la compétence légale du Conseil Départemental, tel que l’hébergement de familles avec de jeunes enfants (qui relève de l’aide sociale à l’enfance), l’accompagnement d’allocataires du RSA en grande difficulté ou encore l’accompagnement des ménages dans des logements d’insertion doivent pourtant normalement répondre rapidement à ces situations d'urgence.

Les lieux autogérés considérés comme illégaux hébergent aujourd’hui plus de 600 personnes.

Les associations n'ont pourtant pas vocation à se substituer aux services d'état.

Mais actuellement, même ces services dit compétents orientent les personnes vers les lieux de vie/squats/centre social autogéré, faute de pouvoir trouver des solutions d'urgence (Samu social, Maternité CHU, Police, PASS) mais sans pour autant afficher publiquement leurs soutiens.

Ces services d'état, n'ont plus les moyens suffisants pour travailler efficacement ce qui conduit à des renvois de balles d'un service à l'autre.

En voici un triste exemple parmi tant d'autres :

« Jeudi 03/01/19, lors d'une maraude alimentaire de l'association Karavan Bordelaise rue Sainte Catherine, un homme d'une vingtaine d'années, vêtu de fins vêtements (un jean troué, un sweat et un fin blouson) a été trouvé frigorifié et grelottant, les bénévoles ont donc tenté d'appeler le 115 pour savoir si une future maraude disposait de quoi le réchauffer, mais dans l'attente, sa situation se détériorait, il avait de plus en plus froid et était paralysé , entrant petit à petit dans un état d'hypothermie. Il s'assit dans un coin où les bénévoles ont tenté de le réchauffer , de lui prêter des vêtements, l'entourer pour le protéger de la brise glacée et le maintenir éveillé, pendant que l'un d'entre eux appelait le Samu Social.

Le Samu Social n'étant pas apte à venir, ils sont alors redirigés vers le 115, qui les redirige vers les pompiers, puis ces derniers vers le Samu, qui passèrent l'appel à leur médecin. Au bout d'une vingtaine de minutes d'appels téléphoniques, un camion de pompier arriva et prit enfin le jeune homme en charge.

C'était la première nuit de cet homme dans la rue.”

Il n'est pas question ici de blâmer les services téléphoniques, qui font de leur mieux pour accomplir leurs missions , mais bien de se questionner au sujet de cet homme, seul, dans le froid, sans rien pour passer la nuit.

Comment de telles situations peuvent-elles encore exister aujourd'hui en 2019 à Bordeaux ? en France, la 6e puissance économique mondiale et la deuxième puissance économique européenne ??

La ville de Bordeaux est en tête des grandes agglomérations qui connaissent la plus forte croissance, que ce soit en termes de créations d'emploi, d'attrait pour les investisseurs et les touristes, ou de développement des infrastructures et des logements, mais malheureusement ces derniers sont devenus pour beaucoup inabordables !!!

Avec pour conséquence inévitable une augmentation immédiate du nombre de personnes à la rue.

Pour ces raisons, l'ensemble des associations signataires vous demande :

- L'ouverture immédiate des structures d’accueil du « plan grand froid »

- D’engager une concertation rapide avec les associations et les services compétents permettant de pérenniser les réponses en matière d’accueil d’hébergement et d’accompagnement des plus démunis en Gironde.

A cet effet, nous sommes à votre disposition pour échanger avec vous sur les solutions à déployer afin qu’aucune personne ou famille en difficulté ne soit plus à la rue !

Liste des associations signataires :

-Association Ovale Citoyen 

-karavanBordelaise

-Association Les Maraudeurs

-Coffee Bus 33

- Médecins du Monde Délégation d'Aquitaine

-Association Les Robins de la rue

-Bienvenue-Mobilisation pour les réfugiés

-Le collectif de la Piraterie

-Association Graine de solidarité

-Association Toutes à l'abri

-Collectif AB+ de l'Ascenseul

-La Zone du dehors

-Association Croquette et Macadam

-Association 123 c'est parti

-Collectif de la Vida Loca

-RESF

-Association AREVE

-Association Tri Potes et Macagne

-Association Cœur de Tricot

-La Maraude du Cœur

-La Cimade

- Collectif pour l'égalité des droits

-Les Enfants de Coluche

 

 

 



Associations Solidaires de Gironde compte sur vous aujourd'hui

Associations Solidaires de Gironde a besoin de votre aide pour sa pétition “Préfecture de la Gironde, département de la Gironde, Bordeaux métropole: Bordeaux l'appel de la rue !”. Rejoignez Associations Solidaires de Gironde et 1 599 signataires.