Adressée à Préfet d'Arras

Daphné et Azadar: pour que l'Amour soit plus fort que les frontières

0

0 signature. Allez jusqu'à 5 000.

Je m'appelle Daphné. J'ai 21 ans et je viens d'obtenir ma licence. Malheureusement j'ai du arrêter mes études suite au refus de la préfecture d'octroyer un titre de séjour pour mon mari.   A 21 ans , afin d'obtenir un visa long séjour pour mon mari , la préfecture me demande d'aller pendant plusieurs mois voire plusieurs années au PAKISTAN. Je devrai donc suspendre mes études pendant un temps indéterminé alors que je viens tout juste d'obtenir ma licence avec mention et que j'étais inscrite et reçue en Master.

Le PAKISTAN est un pays très dangereux, il y a des attaques, des viols autorisés par des tribunaux, des kidnappings, des violences faites aux femmes, des exécutions, et des tirs échangés contre les véhicules. Alors que notre union a été reconnue et validée par les services administratifs français et que la France reconnaît la grande dangerosité du Pakistan, la préfecture nous contraint de nous y rendre. Voici un rapport d'Amnesty International sur le Pakistan: https://www.amnesty.org/fr/countries/asia-and-the-pacific/pakistan/report-pakistan/

http://www.lemonde.fr/vous/article/2002/07/04/au-pakistan-la-justice-tribale-ordonne-un-viol-collectif-en-public_283598_3238.html

Je ne comprends pas ce refus. D'autant plus que mon mari ne sera pas une charge pour l'Etat puisqu'il n'a pas le droit aux aides tels que l'APL, RSA, prime d’activités mais au contraire il cotisera pour les retraites, le chômage ..etc 

En  2015, étant étudiante, j'ai commencé à aider bénévolement à Calais avec un ami du Secours Catholique sur le camp de réfugiés. Au cours de mon bénévolat à Calais, j'ai rencontré Azadar, un jeune homme pakistanais. L'amitié s'est peu à peu muée en relation sentimentale. Quelques mois après, il s'est installé définitivement chez moi.

Mon mari s'est intégré localement par des activités, des cours de français et une vie associative. Les échanges avec la population sont très conviviaux.  De surcroît, mon mari a une promesse d'embauche. 

2 enquêtes, l'une  par la mairie, l'autre par la police aux frontières de Calais, ont confirmé la réalité de notre relation, nous avons enfin pu nous marier. 

Le 1er juin, nous avons déposé une demande de carte de séjour ''vie privée et familiale''. Mais la préfecture a refusé celle-ci et ordonne à mon mari de quitter la France sous 30 jours pour le PAKISTAN. Nous encourrons le risque d'être séparés par les autorités qui l'obligeraient à y retourner de force.

Au PAKISTAN , mon mari fait partie d'une minorité religieuse chiite persécutée par les talibans et les groupes djihadistes sunnites de l’État Islamiste. Il vivait près de la frontière Afghane dans une ville constamment victime d'attentats. 

Le grand frère de mon mari a été enlevé et exécuté par les talibans.  

Ensuite, lors d'un voyage en bus, mon mari et son père ont été attaqués sur la route par les talibans. Son père est mort et mon mari a été blessé. 

Le 23 juin dernier, lors d' un double attentat-suicide sur le marché, le petit-frère  de mon mari a été gravement blessé. Un cousin de mon mari est mort dans l'attentat.

Le refus de la carte ''vie privée et familiale'' nous oblige à aller au PAKISTAN afin d'y obtenir un visa long séjour délivré par l'ambassade française. Je n'ai aucun logement sur la capitale, la famille de mon mari étant près de la frontière où la région est extrêmement dangereuse. Pour aller à l'Ambassade de France, il faut plus de 7h de voiture et  nous passons près de PESHAWAR, ville particulièrement dangereuse.

 
Le Ministère de l'Europe et des Affaires Étrangères déconseille fortement de se rendre dans ce pays et en particulier dans la région en zone rouge. Il stipule que le voyage dans cette zone « peut présenter un risque élevé pour la vie et la liberté des personnes qui s'y risqueraient».

En effet, la zone est régulièrement le lieu d' attaques des talibans, d' enlèvements, d' exécutions, d'attentats-suicides.

Les postes de police, les rues, les marchés sont visés ainsi que les routes de liaison avec les autres villes.

Émotionnellement, rien que l'idée d'être séparée de mon mari m'anéantit et m'est insupportable. La seule suggestion d'aller dans ce pays m'effraie en permanence. J'ai fait, depuis ce refus, plusieurs crises d'angoisses. 

Avec Azadar mon mari, afin d'éviter de mettre notre vie en danger en nous rendant au Pakistan, je sollicite votre soutien en signant et diffusant cette pétition pour qu'on  accorde à mon mari la carte " vie privée et familiale ".

Merci à vous tous ! Daphné et Azadar

Cette pétition sera remise à:
  • Préfet d'Arras


    Daphne AZADAR a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 4 070 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Daphne compte sur vous aujourd'hui

    Daphne AZADAR a besoin de votre aide pour sa pétition “Préfecture d'Arras: Daphné et Azadar: pour que l'Amour soit plus fort que les frontières”. Rejoignez Daphne et 4 069 signataires.