LOI SUR LE DEVOIR DE VIGILANCE, PLUS DE SANCTIONS ! PLUS DE CONTROLE !

LOI SUR LE DEVOIR DE VIGILANCE, PLUS DE SANCTIONS ! PLUS DE CONTROLE !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
jetuilelle NOUSVOUSILSELLES a lancé cette pétition adressée à ANTONIO GUTERRES (Secrétaire général de l'ONU) et à

Ceci n'est pas une anecdote. Ceci n'est pas une histoire.

Mais bien une triste réalité de tous les jours. Une réalité qui dure depuis presque toujours. Qui n'a plus lieu d'être, si l'on se fie aux lois existantes aujourd'hui.

Des enfants qui travaillent, qui passent leur jeunesse à fabriquer nos vêtements, nos chaussures, nos téléphones ... Des Hommes, envoyés dans les champs, obligés de devoir exercer dans des conditions de travail pitoyables voire extrêmement dangereuses. Des animaux, cannibales, qui vivent les uns sur les autres, qui passent leur vie enfermés dans des cages, parfois sans pouvoir bouger.  Les maladies engendrées par l'usage de produits chimiques en agriculture, contamination de l'air et de l'eau. Notre mer devenue un dépotoir, les espèces que nous exterminons...le plastique... Nos déchets...la déforestation... Notre santé engagée ....  etc etc etc ...

Au nom de quoi?

Notre soit disant bien être/confort ?! 

A qui sert tout cela? Qui en ai majoritairement la cause? 

Nous devons faire des multinationales, des entreprises comme les autres.

Mieux.

En faire des exemples.

Car ce sont elles qui engendrent le plus de conséquences.

En responsabilisant les entreprises commanditaires, nous nous assurons d'un certain contrôle sur les entreprises sous traitantes, ceci même à l'étranger.  

"La loi sur le devoir de vigilance a pour objectif de remettre le respect des droits humains au cœur des préoccupations des multinationales. Elle concerne les grandes entreprises : les sociétés françaises qui emploient au moins 5 000 salariés en France et celles de plus de 10 000 salariés dans l’Hexagone ayant leur siège social ailleurs dans le monde. Celles-ci doivent établir et publier un plan de vigilance pour prévenir les risques en matière d’environnement, de droits humains mais aussi de corruption sur leurs propres activités mais aussi celles de leurs filiales, sous-traitants et fournisseurs, en France comme à l’étranger. "

"Les premiers plans de vigilance que devaient présenter les entreprises en 2018 sont souvent incomplets et parfois même inexistants. Il est urgent que les entreprises se conforment à cette obligation, mais aussi que les autorités françaises rendent cette loi encore plus ambitieuse, à la hauteur des enjeux actuels."

"Sur les 80 plans de vigilance analysés par nos associations, la plupart ne répondent que très partiellement aux exigences de la loi, notamment en termes d’identification des risques de violations, de leur localisation et des mesures mises en œuvre pour les prévenir."

 

  1. Travail d’enfants
  2. Travail forcé
  3. des travailleurs sous payés
  4. conditions de travail difficiles voire inhumaines
  5. traitement animal déplorable
  6. surpopulation animale
  7. gaspillage d’eau
  8. surproduction
  9. pêche excessive
  10. pollution marine due à la pêche
  11. production en masse d’emballage plastique
  12. production d’emballage non recyclable
  13. pesticide
  14. manque d’informations
  15. usage de produits chimiques
  16. délocalisation
  17. importation de matières premières locales
  18. gestion des déchets
  19. emission de gaz 
  20. pollution des sols
  21. pollution de l'eau 
  22. deforestation 
     

La France a fait un "premier pas" en rédigeant cette loi.

A quand son exécution? A quand une plus grande sévérité? 

Quand est ce que notre environnement, la condition humaine, la vie et la science passeront avant le pouvoir de l'argent?

(Leur système de code nutritionnel est aussi une micro avancée... Mais est il normal d'autoriser la vente de produits dangereux pour la santé? Ne pouvons nous pas faire la différence entre des produits qui à forte consommation, sont mauvais pour la santé et ceux qui contiennent des produits chimiques voire potentiellement toxiques?)

Ils ont bien les moyens de nous faire culpabiliser, de nous "bourrer le crâne" de faire développer leurs entreprises de créer de nouveaux produits toujours et encore plus. De lancer de nouveaux projets, de manipuler et jouer avec les lois.                        De déplacer, blanchir leur argent. 

Mais cela leur coûte trop cher de faire évoluer leurs entreprises?

D'être soucieux quant à la qualité des produits qu'ils vendent voire qu'ils revendent? (responsabilité des distributeurs???!!! 30 ans que l'on en parle... )            Produits que nous consommons!!!

De devenir soucieux de l'environnement? De la condition humaine?!!

Se cachant derrière la sous traitance. 

 

Il faut dire stop à l'hypocrisie de ce système! 

 

A ces lois, importantes, rédigées de manière trop souple, mal encadrées et exécutées voire complètement bafouées; qui visent à améliorer la condition humaine, la vie sur notre planète.

 


(questions rhétoriques... A quoi sert l'ONU au juste?)


                                               PETIT RAPPEL 

 

env. 53 millions de millionnaires dans le monde en 2019,                                        env. 100 000 FMN, 900 000 filiales étrangères.

Les 500 plus grandes entreprises du monde ont généré des revenus de 29,3 milliards d'euros et des bénéfices de 1,9 milliards d'euros en 2018. Ensemble, les 500 entreprises du classement Fortune Global emploient 69,3 millions de personnes dans le monde et sont représentées dans 34 pays.

  • 2,8 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale,vivent avec moins de 1euros80 par jour.
  • 448 millions d’enfants souffrent d’insuffisance pondérale.
  • 876 millions d’adultes sont analphabètes, dont deux-tiers sont des femmes.
  • Chaque jour, 30 000 enfants de moins de cinq ans meurent de maladies qui auraient pu être évitées
  • Plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau salubre.
  • 20% de la population mondiale détient 90% des richesses                                                    
     

Déclaration universelle des droits de l'homme :

Article 4

Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes.

 

Article 9

Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.

 

Article 13

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat. 

 

Article 23

1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 

2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 

3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu'à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s'il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 

4. Toute personne a le droit de fonder avec d'autres des syndicats et de s'affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.

 

Article 24

Toute personne a droit au repos et aux loisirs et notamment à une limitation raisonnable de la durée du travail et à des congés payés périodiques.

 

Article 25

1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d'invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. 

2. La maternité et l'enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu'ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

 

 

Déclaration des droits de l'enfant   

 

Considérant que l'humanité se doit de donner à l'enfant le meilleur d'elle-même, L'Assemblée générale Proclame la présente Déclaration des droits de l'enfant afin qu'il ait une enfance heureuse et bénéficie, dans son intérêt comme dans l'intérêt de la société, des droits et libertés qui y sont énoncés; elle invite les parents, les hommes et les femmes à titre individuel, ainsi que les organisations bénévoles, les autorités locales et les gouvernements nationaux a reconnaître ces droits et à s'efforcer d'en assurer le respect au moyen de mesures législatives et autres adoptées progressivement en application des principes suivants :

Principe premier : L'enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. Ces droits doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune, et sans distinction ou discrimination fondées sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l es opinions politiques ou autres, l'origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance, ou sur toute autre situation, que celle-ci s'applique à l'enfant lui-même ou à sa famille. 

Principe 2 : L'enfant doit bénéficier d'une protection spéciale et se voir accorder des possibilités et des facilités par l'effet de la loi et par d'autres moyens, afin d'être en mesure de se développer d'une façon saine et normale sur le plan physique, intellectuel, moral, spirituel et social, dans des conditions de liberté et de dignité. Dans l'adoption de lois à cette fin, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être la considération déterminante.

Principe 7 : L'enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveaux élémentaires. Il doit bénéficier d'une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d'égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société. L'intérêt supérieur de l'enfant doit être le guide de ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation; cette responsabilité incombe en priorité à ses parents. L'enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et à des activités récréatives, qui doivent être orientés vers les fins visées par l'éducation; la société et les pouvoirs publics doivent s'efforcer de favoriser la jouissance de ce droit.

Principe 9 : L'enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d'exploitation, il ne doit pas être soumis à la traite, sous quelque forme que ce soit. L'enfant ne doit pas être admis à l'emploi avant d'avoir atteint un âge minimum approprié; il ne doit en aucun cas être astreint ou autorisé à prendre une occupation ou un emploi qui nuise à sa santé ou à son éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.

 

 

La Déclaration universelle des droits de l’animal

 

ARTICLE 1

Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques.

Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

 

ARTICLE 2

Toute vie animale a droit au respect.

 

ARTICLE 3

Aucun animal ne doit être soumis à de mauvais traitements ou à des actes cruels.

Si la mise à mort d’un animal est nécessaire, elle doit être instantanée, indolore et non génératrice d’angoisse.

L’animal mort doit être traité avec décence.

 

ARTICLE 7

Tout acte impliquant sans nécessité la mort d’un animal et toute décision conduisant à un tel acte constituent un crime contre la vie.

 

ARTICLE 8

Tout acte compromettant la survie d’une espèce sauvage, et toute décision conduisant à un tel acte constituent un génocide, c’est à dire un crime contre l’espèce.

Le massacre des animaux sauvages, la pollution et la destruction des biotopes sont des génocides.

 

 

Charte de l'environnement

 

Article 2

Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement.

 

Article 3

Toute personne doit, dans les conditions définies par la loi, prévenir les atteintes qu'elle est susceptible de porter à l'environnement ou, à défaut, en limiter les conséquences.

 

Article 4

Toute personne doit contribuer à la réparation des dommages qu'elle cause à l'environnement, dans les conditions définies par la loi.

 

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !