Pétition fermée

#Justicepourlapolice : reconnaissez et condamnez les violences policières

Cette pétition avait 110 069 signataires


Ces dernières semaines, beaucoup d’entre nous se sont inquiétés pour leur avenir.

Ce que nous avons vu, ce sont des milliers de jeunes (et de moins jeunes) dans la rue pour manifester contre une loi qu’ils trouvent injuste et absurde. Ils manifestent car un parti qui se revendique de gauche a été élu, et tente de mener une politique de droite contraire à ses promesses électorales, sans le consentement du peuple qui l’a mis au pouvoir. C’est le devoir des citoyens de défendre leur droit à être représentés par un gouvernement qu’ils ont élu. Ces manifestations n'avaient rien d'illégal ni de dangereux.

Pourtant, dans toute la France des unités de CRS, de gendarmes, de BAC et de police nationale s’abattent sur des manifestants. Il semble évident qu’un policier doit rester calme en toute situation, qu’il doit appréhender les suspects pacifiquement tant que cela est possible. Lorsque je vois de mes propre yeux un camarade lycéen Marseillais de 16 ans tomber à terre, puis être tabassé au sol par un CRS, il est évident que le policier n’a pas su garder son sang-froid et appréhender le suspect pacifiquement. Lorsque l'on apprend que ce jeune homme dit avoir été battu dans sa cellule, menant à un traumatisme crânien, car il refusait de signer des aveux, il devient question de droits universels : "Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants". Il n’est pas normal que les policiers empêchent les citoyens de s’exprimer. Sans stigmatiser les forces de l'ordre, il est normal que les citoyens s’indignent contre les abus que certains commettent.

Mais finalement, le plus inquiétant pour notre avenir, ce n’est pas cette violence policière croissante, ni ces arrestations arbitraires. Le plus inquiétant, c’est de voir le préfet de police des Bouches-du-Rhône, qui est légalement responsable de ces violences, parler du « professionnalisme » et du « sang-froid » de ces officiers de police au comportement abusif, sans mentionner le fait que des CRS ont lancé des grenades lacrymogène en plein centre-ville, touchant la foule entière (et les passants). Le plus inquiétant, c’est de voir le gouvernement nous dire que ces violences sont justifiées, normales et proportionnées.

C’est pourquoi nous demandons au ministre de l'intérieur et aux préfets de France un communiqué reconnaissant et condamnant les violences policières indiscutables qui ont lieu à travers la France entière.

 

Si vous souhaitez me contacter, je me tiens disponible à l'adresse suivante :
petitionviolencesCRS@openmailbox.org



Quentin compte sur vous aujourd'hui

Quentin PESSEMESSE a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour que le gouvernement reconnaisse les violences policières.”. Rejoignez Quentin et 110 068 signataires.