Adressée à Cinémathèque Française et 1 autre

Pour que la Cinémathèque française annule son hommage à Roman Polanski

0

0 signature. Allez jusqu'à 35 000.

[English version below]

La Cinémathèque française a un sens du timing parfait, en pleine affaire Weinstein et alors qu'une cinquième victime de Roman Polanski vient de se manifester, elle annonce la programmation d'une rétrospective des films du réalisateur qui sera inaugurée le 30 octobre 2017 lors d'une soirée en sa présence.

La Cinémathèque française met donc Polanski à l'honneur. Alors que la parole des femmes se libère et qu'elles sont nombreuses, sur les réseaux sociaux comme dans la vie, à dénoncer massivement les violences sexuelles qu'elles subissent. Alors même qu'une cinquième victime, l'artiste états-unienne Marianne Barnard, vient d'accuser le réalisateur Roman Polanski de l'avoir violée lorsqu'elle avait 10 ans. C'est indécent. C'est une insulte à toutes les femmes qui se sont mobilisées autour des hashtags #MeToo et #BalanceTonPorc, un affront à toutes les victimes de viol et plus particulièrement aux victimes de Polanski.

Il est urgent de se mobiliser pour faire annuler cet hommage : Roman Polanski mérite le déshonneur, pas les honneurs.

Un grand cinéaste peut-être, mais aussi un grand criminel : accusé du viol d'une mineure de 13 ans – qu’il a droguée au Quaalude avant de la sodomiser – il plaide coupable de détournement de mineure avant de fuir la justice lorsqu’il apprend qu’il risque la peine maximale, soit 50 ans de prison. Le juge refusera de rendre un verdict par contumace. Il est également accusé de viol par quatre autres victimes, toutes mineures au moment des faits.

Quel est le message que distille la Cinémathèque française dans les esprits avec l’annonce de cette rétrospective ? Que les crimes sont, somme toute, solubles dans la célébrité et qu’un viol n’a que peu d’importance s’il est commis par un homme talentueux ? Combien faudra-t-il encore de victimes pour que le milieu du cinéma prenne conscience qu'on ne peut continuer à porter ainsi aux nues un pédocriminel ?

C’est de culture dont nous avons soif, pas de culture du viol.

Il est temps d'en finir avec la culture du viol qui produit un discours qui vise à minimiser, à excuser et à perpétuer les violences sexuelles. D’en finir, aussi, avec l'impunité des hommes célèbres qui violent, agressent, harcèlent et tuent des femmes et des enfants sans que cela ne gêne leur carrière.

Mobilisez-vous pour faire entendre une autre voix en demandant à la Cinémathèque française d'annuler cet hommage à un réalisateur qui viole des mineures, mais aussi de présenter des excuses publiques à toutes les victimes de violences sexuelles. 

#LaCulturePasLaCultureduViol

——

English version

Cinémathèque française: Cancel your tribute to Roman Polanski!

The Cinémathèque française has a great sense of timing. In the midst of the Weinstein scandal, and just as a fifth victim of Roman Polanski has come forward, the Cinémathèque has announced a retrospective of the director’s films, kicking off on the 30th of October 2017 with an event where Polanski will be in attendance.

Here is the Cinémathèque giving Polanski pride of place, while more and more women are making their voices heard with stories of sexual violence – on social media as in real life. And just as a fifth victim, the Californian artist Marianne Barnard, has accused the director, Roman Polanski, of having raped her when she was 10. It’s shameless: an insult to all the women who have mobilised around the #metoo and #balancetonporc [“rat out your pig”] hashtags, an affront to all victims of rape and, above all, to Polanski’s victims.

We must join together to get this tribute cancelled: Roman Polanski deserves dishonour, not honour.

A great filmmaker perhaps, but also a big criminal. Accused of having raped a 13-year old minor – whom he drugged with Quaaludes before sodomising her – he pleaded guilty to statutory rape before fleeing justice when he realised he might have to serve a maximum of 50 years in prison. The judge refused to deliver a verdict in absentia. Polanski has also been accused of rape by four other victims – all minors at the time of the incident.

What kind of message is the Cinémathèque française sending by announcing this retrospective? That crimes are, when all is said and done, diluted by fame and that rape is of little importance if commited by a talented man ? How many more victims must come forward for the film industry to realise that it cannot continue praising a pedocriminal [pedophile] to the skies ?

It’s culture that we’re hungry for — not rape culture.

It’s time to end the tolerance for a rape culture that gives rise to language that seeks to minimise, excuse and perpetuate sexual. We also need to end the impunity of famous men who rape, assault, harass and kill women and children without their carreers being hindered.

Let’s mobilise to make another voice heard, by asking the Cinémathèque française to cancel their tribute to a film director who rapes minors, and to publicly apologise to all victims of sexual violence.

#CultureNotRapeCulture

Translation : Another Gaze journal

 

Cette pétition sera remise à:
  • Cinémathèque Française
  • Directeur de la Cinémathèque française
    Frédéric Bonnaud


    Laure SALMONA a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 33 245 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Laure compte sur vous aujourd'hui

    Laure SALMONA a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour que la Cinémathèque française annule son hommage à Roman Polanski”. Rejoignez Laure et 33 244 signataires.