Petition Closed
Petitioning Organisation des Nations Unies (ONU) à Genève Comité des Droits de l'Enfants

Pour la non séparation des fratries en cas de placement


6,020
Supporters

Mise à jour du 18 novembre :

Le 17 novembre vous avez été plus de 2.000 personnes à avoir répondu présent à l’appel lancé par SOS Villages d’Enfants à venir chanter sur les paroles de « Tout le bonheur du monde » du groupe Sinsemilia, sur le Parvis des Droits de l’Hommes, Place du Trocadéro à Paris. La presse en a même parlé ! 

Le but de ce rassemblement était d'accompagner en chanson notre proposition d’article visant à inscrire dans le droit international l’importance des liens de la fratrie comme ressource essentielle pour l’enfant. 

Grand merci à vous tous pour être venu donner de la voix au rendez-vous le plus solidaire de France!

---

Chaque année, des millions de frères et soeurs placés sur décision judiciaire (pour défaillance parentale, maltraitance, etc) se retrouvent séparés leur affligeant une souffrance supplémentaire. Agissons pour que frères et soeurs grandissent ensemble !  

Depuis plus de 50 ans, SOS Villages d'Enfants France se bat pour réunir sous un même toit ces fratries séparées.   

En France, l’Assemblée nationale et le Sénat ont voté en 1996 à l’unanimité l’inscription dans le code civil du principe de non séparation des frères et soeurs (Article 371-5).   

Trop peu de pays dans le monde ont adopté cette disposition qui est également absente de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant.  

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant le 20 novembre prochain, l’association SOS Villages d’Enfants souhaite déposer à l'ONU un amendement pour inscrire le caractère essentiel des liens de la fratrie dans la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.  

Mobilisons-nous pour soutenir cet amendement et pousser le Comité des droits de l’Enfant de l’ONU à donner aux frères et soeurs du monde entier “Le bonheur de partager la même enfance!”.  

Signez la pétition et faites la circuler autour de vous !   

 

SOS Villages d'Enfants donne rendez-vous à chacun le 17 novembre à 15h00 Place du Trocadéro à Paris pour venir chanter ensemble la chanson « Tout le bonheur du monde » du groupe Sinsemilia, emblématique de la cause défendue (pour + d'infos sur ce Rendez-vous : http://www.facebook.com/Lebonheurdetreensemble ou site Internet de SOS Villages  d'Enfants: www.sosve.org)

Letter to
Organisation des Nations Unies (ONU) à Genève Comité des Droits de l'Enfants
Je viens de signer la pétition suivante adressée à: Organisation des Nations Unies (ONU)

----------------
Pour la non séparation des fratries en cas de placement

Notre association française SOS Villages d’Enfants, reconnue pour son action en faveur de la préservation de la fratrie, quand elle est séparée de ses parents biologiques pour des raisons graves, travaille depuis plusieurs mois sur un événement médiatique de premier plan à l’occasion de la Journée internationale des Droits de l’Enfant. L’association a lancé une vaste démarche de sensibilisation auprès de la société civile, des responsables politiques, de la presse, des artistes, des écoliers et des enseignants afin d’obtenir l’inscription de la non séparation des fratries dans le droit international.

Vous connaissez la situation difficile rencontrée par les fratries bien trop souvent séparées lors du placement. En France, cette question de première importance a fait l’objet, en 1996, d’une disposition du code civil stipulant que, sauf nécessité, les frères et sœurs ne devaient pas être séparés.

Trop peu de pays ont adopté cette disposition qui va pourtant dans le sens de l’intérêt de l’enfant en difficulté.

Notre association, qui bénéficie à travers sa fédération SOS Villages d’Enfants International d’un statut consultatif au Conseil Economique et Social à l’ONU, milite pour que le caractère essentiel des liens de la fratrie soit également transcrit dans le droit international. Pour cela, nous avons demandé à des adolescents accueillis dans nos villages d’enfants de rédiger un projet de texte sur l’importance des liens fraternels. Nous avons en parallèle lancé une pétition et organisé un appel à la mobilisation générale qui aura lieu le 17 novembre prochain à Paris.

Vous êtes un interlocuteur privilégié et je sollicite votre appui officiel à travers une audience au cours de laquelle une délégation de notre association vous remettra le projet de texte le 20 novembre prochain à Genève. Cette remise officielle marquera ainsi l’aboutissement de plusieurs mois de mobilisation nationale et de militance.

Je vous remercie par avance de l’intérêt que vous voudrez bien porter à notre démarche et vous prie de bien vouloir agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.