Pour l’égalité des régimes de retraites obligatoires

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


La devise de la République « Liberté, Egalité, Fraternité » est totalement bafouée par les régimes obligatoires de retraite.

Liberté :

Les régimes obligatoires de retraite ne peuvent pas être choisis librement (par exemple, un salarié de l’industrie automobile ne peut pas choisir le régime plus favorable des industries électriques). Les régimes obligatoires sont imposés en fonction des métiers choisis.

Egalité :

L’égalité voudrait qu’à cotisations salariales cumulées égales, les pensions cumulées pendant l’espérance de vie à la retraite soient égales dans tous les régimes obligatoires. Or ce n’est pas le cas. Par exemple, le rendement des cotisations salariales est plus de 2 fois plus élevé pour un conducteur de train qu’un salarié du privé (voir calculs détaillés ci-dessous).

Fraternité :

Les manifestations contre les réformes des retraites montrent que le corporatisme prévaut sur la fraternité qui est inexistante dans ce domaine.

 

Analyse :

L’absence de liberté serait acceptable s’il y avait égalité des régimes obligatoires. De même, l’absence d’égalité entre régimes obligatoires serait admissible s’il était possible de choisir son régime obligatoire.

Choisir son métier relève d’aptitudes et de goûts personnels. Certains souhaitent devenir boulanger, d’autres conducteurs de train. Chaque métier à ses contraintes dont la rémunération doit tenir compte et dont la retraite tiendra compte puisqu’elle est proportionnelle à la rémunération. Il est donc parfaitement injuste que le rendement des cotisations salariales de retraite soit différent en fonction du métier. C’est comme si le rendement du livret A était différent suivant le métier que l’on fait. Ceci est doublement injuste car cette injustice est financée par l’Etat à hauteur de 12300€ par an pour chaque retraité SNCF. L’Etat qui devrait promouvoir la devise républicaine fait en réalité le contraire?

 

Objet de la pétition :

Les blocages passés montrent que la voie législative n’est pas adaptée pour établir la justice sociale en terme de retraite. Aussi, en signant cette pétition, je vous demande de vous engager à organiser un référendum pour obtenir l’égalité de traitement de tous les régimes obligatoires de retraites.

 

Calculs détaillés :

Le rendement des cotisations salariales pour le taux plein est égal à :

(pensions cumulées pendant l’espérance de vie à la retraite) / (cotisations salariales cumulées pendant la durée de cotisations)

soit

(salaire de base des cotisations) x (taux de retraite) x (nombre d’année d’espérance de vie à la retraite)/ (salaire de base des cotisations) x (taux de cotisations salariales) x (nombre d’années de cotisations)

soit

(taux de retraite) x (nombre d’année d’espérance de vie à la retraite)/ (taux de cotisations salariales) x (nombre d’années de cotisations).

Pour le régime général des salariés (CNAV) :

-       Taux de retraite sur les 6 derniers mois = 43% car calcul sur les 25 meilleures années,

-       Nombre d’années d’espérance de vie à la retraite = 23,3 (moyenne homme/femme de 62 ans),

-       Taux de cotisation salariale = 6,9%,

-       Nombre d’années de cotisations = 41,5,

-       Rendement = 3,5 (43% x 23,3 / 6,9% x 41,5)

Pour le régime des conducteurs de train :

-       Taux de retraite sur les 6 derniers mois = 75%,

-       Nombre d’années d’espérance de vie à la retraite = 30,1 (moyenne homme/femme de 54 ans),

-       Taux de cotisation salariale = 8,26%,

-       Nombre d’années de cotisations = 36 du fait de la bonification de traction,

-       Rendement = 7,36 (75% x 30,1 / 8,52% x 36) soit 2,1 fois celui des salariés privés.

 

Le calcul ne tient pas compte des cotisations patronales qui, par définition, sont payées par l’employeur mais, in fine, par les clients de l’entreprise ou les contribuables pour les fonctionnaires.



Roger compte sur vous aujourd'hui

Roger TARDY a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour l’égalité des régimes de retraites obligatoires”. Rejoignez Roger et 341 signataires.