Adressée à Ministre du travail Muriel Penicaud et 1 autre

Pour l'égalité des chances face aux stages #StagiairesPrécaires

0

0 a signé. Allez jusqu'à 50 000.

"Je ne suis plus stagiaire, mais je l’ai été. Dans mon groupe d’amis, on s’est rendu compte qu’on avait quand même tous galéré pendant nos stages. Et certains plus que d’autres. Moi j’ai la chance d’avoir été aidée par mes parents, j’arrivais à vivre avec un stage à 550 euros. Mais pour d’autres, c’est beaucoup plus compliqué. Et c’est injuste. J’ai des proches qui ont refusé des stages dans des boites super parce que c’était impossible de vivre avec si peu d’argent."
Interview pour RMC le 19.06.2017

Être stagiaire. Tous les étudiants vous diront que ce n’est pas une chose aisée.

Au-delà de la difficulté de trouver le-dit stage, d’éviter les entreprises pour qui le stagiaire est le préposé café-photocopie ou un esclave moderne, le plus dur pour la majorité des étudiants en stage se trouve dans la capacité à subvenir à ses besoins primaires.

Le stage est pour chaque étudiant un moment indispensable pour acquérir de l’expérience professionnelle, renforcer son CV et s’engager dans “la voie de la réussite”. Mais au delà des indéniables bénéfices, faire un stage, ça a aussi un coût.

Si tous les étudiants de France rêvent de faire un stage dans les plus grandes et plus prestigieuses entreprises du pays, très peu peuvent y prétendre. Pas parce qu’ils n’ont pas l’expérience ou les compétences nécessaires, mais simplement parce que ce stage, il coûte cher. 

“Mais un stage, c’est rémunéré !”

Comment un stagiaire ayant l’opportunité de travailler dans une grande entreprise parisienne peut-il espérer se loger dans la capitale si cette entreprise ne lui reverse que le minimum légal ? Impossible. Et au delà de Paris, cette situation devient tout aussi vraie dans de nombreuses autres métropoles françaises.

"Quand on est étudiant et qu’on n’a pas de moyens, on peut arranger nos horaires de cours pour prendre un petit boulot. Mais quand on fait 40 ou 50 heures par semaine on n’a pas le temps. Donc le seul argent c’est les 550 euros ou alors il faut travailler le week-end." (Interview RMC)

La gratification minimale pour un stage de plus de deux mois en France est de 3,6 € par heure de stage (soit environ 530€ par mois). Si à Paris cette gratification ne permet même pas de payer un loyer (loyer moyen à Paris pour un studio : 650€), dans d’autres villes de France il permet tout juste de se nourrir.

Pour un étudiant sans pied à terre, trouver un stage dans une grande ville semble donc inatteignable, à moins de vivre, comme beaucoup d’étudiants français, dans la précarité.

Une étude de 2016 de l’Observatoire de la Vie Étudiante met en lumière le fait que 54% des étudiants vivent avec des difficultés financières.*

----- 

Notre solution pour la fin de la précarité des stagiaires - le stage de vos rêves enfin accessible ! 

Nous demandons une réforme de la réglementation sur les gratifications de stages pour permettre à tout étudiant de faire un stage dans n’importe quelle entreprise. 

Nous demandons que la gratification minimale de stage soit échelonnée en fonction de :
- la localisation
- la taille
- les moyens
de l’entreprise, sur le principe de grilles.

Alors même que la Loi Travail 2 est au coeur du débat et de l’action politique, il est temps d'interpeller nos dirigeants sur la situation difficile de plusieurs centaines de milliers d’étudiants en France.

Signez pour enfin permettre aux étudiants de construire leur avenir sans être des #StagiairesPrécaires

*Sources :
http://www.ove-national.education.fr/ 

Cette pétition sera remise à:
  • Ministre du travail
    Muriel Penicaud
  • Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
    Frédérique Vidal


    Marine DUFOUR a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 48 487 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Marine compte sur vous aujourd'hui

    Marine DUFOUR a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour l'égalité des chances face aux stages #StagiairesPrécaires”. Rejoignez Marine et 48 486 signataires.