Pour en finir rapidement avec les Arnaques Téléphoniques

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Chaque année ce sont des millions d’euros qui sont perdus par des français victimes d’escroqueries téléphoniques en tout genre via les numéros surtaxés. Ces numéros, appelés « Services à Valeur Ajoutée », ont vu au fil des années leur encadrement réglementaire s’assouplir au point qu’aujourd’hui un escroc peut s’en approprier un en quelques clics, récupérer rapidement un petit pactole et ne jamais être inquiété.

La bonne nouvelle, c'est qu'il existe des solutions qui pourraient être mises en place simplement pour y mettre fin : il n'y a même pas besoin d'argent pour cela, tout ce qu'il faut, c'est un peu de volonté politique.

TOUS CONCERNÉS PAR LES ARNAQUES TÉLÉPHONIQUES 

Tous les jours, ces arnaques, qui peuvent toucher n'importe qui, procèdent à un racket insupportable auprès de dizaines de milliers de personnes :

- c'est par exemple Noémie qui se voit prélever 449€ en composant des numéros qu'elle pensait gratuits à la demande d'une personne ayant usurpé l'identité d'un ami

- c'est aussi José qui constate un prélèvement de 24€ sur sa facture pour un numéro surtaxé qu'il n'a jamais composé

- c'est encore Manon qui cherche à contacter Pôle Emploi et se fait piéger par une publicité pour un service de renseignement téléphonique qui lui prélève 90€

Et ce ne sont là que quelques exemples parmi les milliers de témoignages de victimes qui ne cessent d'affluer chaque jour chez différents organismes de défense du consommateur.

DES ATTAQUES TOUS AZIMUTS

SMS, Appels téléphoniques (Ping-Call), Mails, Sites internets (petites annonces, annuaires téléphoniques, publicités…) : Les Arnaques téléphoniques ont envahi tous les moyens de communications utilisés par la population. Certains escrocs utilisent l’art de l'usurpation d’identité pour atteindre leurs futures victimes ! Chronopost, Ameli, La Poste, Orange, Paypal… De nombreuses entreprises deviennent des victimes collatérales de ces arnaques téléphoniques. L’utilisation de leur image par les arnaqueurs induit une perte de confiance et une méfiance de la part des consommateurs.

DES DISPOSITIFS DE CONTRÔLE INADAPTÉS

Le constat est simple : les différents dispositifs de contrôle existant aujourd'hui fonctionnent mal et trop lentement par rapport à l’ampleur des escroqueries téléphoniques. Ce sont par exemple plus d’1,6 millions de signalements de spams SMS et téléphoniques qui ont été envoyés sur le numéro spécial 33700 en 2016. Mais ce sont aussi et surtout ces millions d’euros qui sont escroqués chaque année aux consommateurs français pour enrichir des sociétés opaques, des escrocs multirécidivistes voire des réseaux criminels français et étrangers. Le site Signal Arnaques en a donné quelques exemples retentissants :

- Des centaines de milliers d'euros escroqués pendant plusieurs années par un homme avant d'être condamné

- L'arnaque du colis en attente qui a aussi détourné des montants considérables et qui alimentait un réseau d'escrocs international

- Les techniques d'anonymat permises par certains éditeurs de services pour faciliter les arnaques à l'aide de codes de paiement délivrés au téléphone

DE SIMPLES ÉVOLUTIONS QUI CHANGERAIENT TOUT

Nous proposons donc ici un arsenal de mesures simples qui mettraient rapidement fin à ces pratiques :

  1. Obliger les éditeurs des numéros SVA à enregistrer les conversations et à les conserver un an pour démontrer la réalité du service rendu au consommateur en cas de litige.
  2. Modifier le code monétaire afin de responsabiliser les opérateurs téléphoniques en les contraignant à rembourser les consommateurs si leur moyen de paiement est détourné.
  3. Renforcer la responsabilité de l’ARCEP en lui permettant de suspendre l’usage d’un numéro surtaxé en cas de manquement manifeste et répété au respect de la déontologie par un opérateur ou un éditeur de services.
  4. Accroître la représentativité des associations de consommateurs dans l’AFMM afin qu’elles puissent traiter les demandes de remboursement avec les opérateurs téléphoniques.
  5. Encadrer les tarifs téléphoniques des services de renseignement (Numéros à 6 chiffres commençant par 118) pour limiter les abus et les pratiques déloyales (mise en relation payante notamment).
  6. Obliger les revendeurs à identifier clairement les bénéficiaires finaux des numéros SVA (particulièrement pour les services délivrant des codes d’accès par téléphone).

Ces évolutions (que nous détaillons sur le blog de Signal Arnaques) permettraient d’offrir un mécanisme de résolution des litiges efficace tout en incitant très fortement les opérateurs à agir rapidement en cas d’escroquerie manifeste... notamment en remboursant les victimes !

Nous comptons sur votre participation pour faire de ces propositions une réalité : l'argent n'est pas nécessaire, seule suffit notre volonté de lutter contre ces délinquants !



Signal Arnaques compte sur vous aujourd'hui

Signal Arnaques a besoin de votre aide pour sa pétition “Pour en finir rapidement avec les arnaques téléphoniques #stoparnaque”. Rejoignez Signal Arnaques et 2 781 signataires.