Adressée à Guillaume Cornut et 3 autres

#NonAuBalDesColons ! Pas de "bal nègre à Paris" en 2017

0

0 signature. Allez jusqu'à 10 000.

Nous sommes en 2017. M. Guillaume Cornut a décidé d’ouvrir prochainement un cabaret au 33, rue Blomet dans le 15ème arrondissement de Paris et de le baptiser tout simplement "Le Bal Nègre".

Le concepteur du lieu puise de manière totalement assumée dans le registre de la nostalgie coloniale.
Son site interne décrit l’époque des années 1920 ainsi: "La génération des Années folles est alors avide de distractions sur fond de musique et rêve d’un monde nouveau en réaction aux souffrances de la Grande Guerre. On se passionne frénétiquement pour les cultures inédites et les nouvelles esthétiques comme le Surréalisme, Dada, le Jazz ou l’art nègre qui culmine avec l’Exposition coloniale de 1931."

Les zoos humains, où étaient exposés les colonisés, sont donc pour lui le point "culminant" d'une joyeuse époque. Peut-on raisonnablement célébrer ainsi une époque qui fait écho aux douleurs des descendant.e.s de colonisé.e.s?

Le mot nègre est offensant pourtant le créateur du lieu en fait une utilisation emphatique et délibérée dont il semble même se vanter. Dans une interview donnée à France Info, il évacue l'aspect polémique du nom offensant du lieu d’une manière désinvolte : Restait le nom de la salle, qui risquait de choquer. Guillaume Cornut a donc consulté les Antillais de Paris, comme l'écrivain guadeloupéen Claude Ribbe. Verdict : "C'est un nom qui appartient à la salle, à son histoire. Il fait honneur à la communauté antillaise, qui est très fière de ce lieu ". Le Bal restera donc Nègre et la fête sous les auspices du piano du candidat député Rézard des Wouves. Qui sont ces « Antillais de Paris »? Mystère. Qui peut raisonnablement croire qu’une instance représentative des Antillais de Paris s’est réunie pour adouber ce lieu ? Nous avons pris contact avec Claude Ribbe qui nous a fermement indiqué qu’il n’avait jamais tenu ces propos et tient à faire savoir qu’il se désolidarise totalement de cette initiative, dont il ne cautionne ni le nom ni le projet.

Nous sommes en 2017 et regrettons de devoir recourir à une pétition, aux réseaux sociaux pour rappeler une évidence : « Nègre » est un terme raciste. Interrogé sur le sens du mot M. Guillaume Cornut répond avec désinvolture "Je ne me suis pas documenté sur ce mot (...) J’en suis resté à ce qu’étaient les années 20. " Il propose ainsi sans aucun recul historique une rhétorique coloniale datant de près d'un siècle! Ce terme est pour nous une insulte raciale.

Pourquoi en 2017, en France au pays des droits humains, une enseigne aussi insultante peut-elle avoir pignon sur rue et ce sans que la Ville de Paris ne trouve absolument rien à y redire ? Bien au contraire.Ce projet est soutenu par la Ville de Paris, alors que les artistes racisé.e.s peinent à disposer d'espaces pour se produire!

M. Cornut n’a même pas pris la peine d’impliquer des personnes noires dans la conception de son projet. Ce faisant il ne rend hommage pas à la culture afro-américaine comme il le prétend mais injurie des millions de Noires et Noirs de France.

Comble de l'ironie, l'ouverture de la salle est prévue le 21 mars : journée mondiale d'action contre le racisme !

Nous refusons que la nostalgie coloniale ait pignon sur rue à travers ce cabaret. Nous demandons donc à M. Cornut de renommer cet endroit, et d’ôter toute référence tendant à faire croire que l’exploitation des victimes de l'esclavage et de la colonisation était une période heureuse qui devrait faire l’objet d’une célébration, fut-elle nostalgique. Prenons-le au mot : « si les gens préfèrent voir disparaître cela tant pis je arrêterai tout et passerai à autre chose ! ». Mettons fin à cette mascarade et cet outrage !

Des citoyennes et citoyens outré.e.s.

Signataires: Rokhaya Diallo, Abdourahman Waberi, Célia Sadai,  Bintou Dembele, Amandine Gay, Lou Constant Desportes@emeutesameres, @kaija @BadAssMama, @Serenblackity, @chaouinette, @biscouti, @nadialna, @maggart, @gotttheblues, Fania Noël, Ferguson In Paris, Maboula Soumahoro, Mwasi-Collectif, Amzat Boukari, Eva Doumbia, Marc Chebsun, Youssoupha, Françoise Vergès.

Mise au point de Claude Ribbe: "Je me suis aperçu voici trois jours que mon nom avait été cité par Guillaume Cornut comme "caution" de l'intitulé de son établissement. Si je me suis réjoui voici 4 ans que l'établissement de la rue Blomet soit sauvé (ce que Guillaume Cornut m'a dit vouloir faire), je n'ai bien évidemment jamais approuvé qu'il l'ouvre sous l'appellation "Bal Nègre" et je m'étonne qu'il me cite sans m'avoir prévenu ni même m'avoir dit que son établissement allait ouvrir, ce que je découvre. Je suis très déçu de constater, renseignements pris, que l'établissement dont le nom fait aujourd'hui polémique soit totalement indifférent à la communauté noire de France et à son histoire, dont Cornut ne semble pas connaître grand chose. Ce nom de "Bal Nègre" assorti d'un logo représentant un caricature de Joséphine Baker dansant avec une ceinture de bananes ne peut manquer de faire polémique. Je me désolidarise totalement de ce projet et déplore d'y avoir été mêlé à mon corps défendant.
Le fait de parler à ma place sans me prévenir pour me prêter des propos que je n'ai jamais tenus en dit long sur le respect de ma personne, de mes combats et plus généralement des Afro-descendants de France."

 

Cette pétition sera remise à:
  • Guillaume Cornut
  • Maire de Paris
    Anne Hidalgo
  • maire Paris 15e
    Philippe Goujon
  • Ministre de la Culture
    Audrey Azoulay


Ndeye DIOP a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 7 540 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




Ndeye compte sur vous aujourd'hui

Ndeye DIOP a besoin de votre aide pour sa pétition “#NonAuBalDesColons ! Pas de "bal nègre à Paris" en 2017”. Rejoignez Ndeye et 7 539 signataires.