Non au projet hôtelier dans le parc naturel de Cabo de Gata en Espagne

0 a signé. Prochain objectif : 300 000 !


Español

Le 24 juin, le conseil régional d’Andalousie a donné le feu vert à un projet d'hôtel 4 étoiles dans la baie de Genoveses, un projet qui pourrait déclencher une catastrophe environnementale dans l'une des rares zones de la côte espagnole qui n'a pas encore été exploitée.

Peu importe à quel point ils essaient de rendre ce projet durable et respectueux de l'environnement, cela aura toujours un impact. S'ils tenaient vraiment à ce cadre naturel, ils renonceraient au projet.

Le plus grand intérêt du parc naturel est justement ses plages vierges, qui n'attirent pas trop de monde. Veiller à ne pas surpeupler la zone ni endommager la faune et la flore locale devrait être la seule priorité.

Actuellement, la zone de Cabo de Gata a une capacité d’accueil des véhicules limitée, car il y a environ deux cents places de parking, une fois celles-ci pleines, il n'y a pas d'autre choix que de faire demi-tour, ce qui maintient la plage à un faible niveau de fréquentation.

La construction de cet hôtel réserverait de fait l'accès aux personnes qui y séjournent, en limitant à certaines personnes la possibilité de profiter d’une plage publique appartenant à un parc naturel protégé.

Bien sûr, ils vont essayer de vendre ce projet comme quelque chose de durable et qui respecte la réglementation environnementale. Un projet “compatible" avec l'environnement, qu’il s’agit simplement de "réhabiliter une ferme" disposant "seulement" de 30 chambres etc ...

Mais ne nous laissons pas duper. La réhabilitation d’une ferme, avec 30 chambres, un hôtel 4 étoiles avec piscine et parking n'aura pas d'impact nul même s'ils le rendent le plus durable possible. Combien de déchets peuvent générer autant d'invités sur un an ?

Bien que l'hôtel semble durable, il est "incompatible" avec le plan de gestion des ressources naturelles (PORN) local car il répond à “un but purement économique et à une entreprise d'hébergement".

De plus, si nous permettons aujourd'hui de construire un hôtel de 30 chambres, il y aura demain quelqu’un qui voudra faire de même avec 50, puis un autre avec 100. Finalement ce lieu spécial deviendra encore plus bondé, alors qu’il y a déjà trop de visiteurs en été.

Nous devons protéger l'environnement et le patrimoine naturel d'Almería, il est impossible que le bénéfice économique de quelques-uns passe toujours avant la santé, la durabilité et le désir de la majorité de la population.

Ensemble, préservons ce paradis pour qu'il ne finisse pas par devenir comme de certaines stations balnéaires de la Costa Brava.

Signez pour demander aux autorités de revenir sur la décision et de ne pas autoriser un hôtel à La Bahía de Los Genoveses, l'une des rares zones encore inexploitées sur toute la côte du pays. Cela servirait de précédent à une autre vague de construction touristiques qui anéantirait notre flore et notre faune.