Non au projet de démantèlement de l'Université Paris Sud

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


La prochaine mouture du projet pour l’université Paris Saclay prévoit la création d’un collège universitaire à l’horizon 2025 qui regroupe les licences non sélectives de la future ex université Paris Sud ainsi que quelques formations telles que les IUT et la formation Villebon-Charpak.

Ceci consiste en une réelle division de Paris Sud en deux morceaux, l’un suffisamment excellent pour participer à l’université Paris Saclay et l’autre qui en sera exclu.

Nous, signataires de la pétition refusons que l’université soit divisée en deux pour répondre aux demandes des classements internationaux et à un hypothétique rapprochement avec les grandes écoles et considérons que cette division n'est en aucune façon une solution pour la réussite de tous en L.

Rassemblement devant le prochain Conseil d'Administration de Paris Sud le jeudi 28 septembre à 14h, bâtiment 450.

************Rappel du tract intersyndical****************

Vous rappelez-vous les grandes idées à l'origine de la future « université » Paris-Saclay ? En particulier, le rapprochement université-écoles d'ingénieurs? Et les belles promesses de notre Présidente garantissant que l’université Paris Sud, « une et indivisible », entrerait toute entière dans Paris-Saclay ou n’entrerait pas ?

La dernière mouture du projet IDEX, découverte la semaine dernière pour une possible soumission en décembre aux CA des établissements puis au jury international, est en contradiction totale avec ces promesses, et propose une scission de l'université avec certaines Licences (« professionnalisantes ») et autres formations non sélectives d'un côté, et les labos, doubles Licences, Masters et Doctorats rassemblés avec les écoles de l'autre. Les « parties » constituant l'université de recherche « intensive » n'y seront pas en collaboration mais en « concurrence » dans le cadre d'une recherche en « mode projet » et avec une organisation en amélioration permanente grâce à une « démarche qualité » : tout un programme !

 Le projet est à nouveau centré uniquement sur la soi-disant excellence qui se résume aux classements internationaux type Shanghai et à ce qui est appelé la « marque » Paris-Saclay, bref une vision élitiste et mercantile de l'enseignement supérieur et de la recherche. Avec le collège universitaire Paris-Saclay, c'est donc la création d'un deuxième établissement qui est proposée. Il serait indépendant de la grande « université » Paris-Saclay, y compris dans ses diplômes. Il accueillerait les Licences, ou du moins celles considérées comme peu prestigieuses, ainsi que quelques formations telles que les IUT et la formation Villebon-Charpak, dans un collège séparé des masters et des doctorats et très éloigné de la recherche. 

Ce projet ne répond en rien au problème de l'échec en L, qui n'a jamais vraiment intéressé Paris-Saclay et qui ne saurait bien évidemment être résolu en parquant tout simplement les étudiants qui ont le plus de difficultés dans un « collège poubelle ». La triste réalité est que les Licences Pro et les Licences non sélectives, tout cela déplaît à ceux qui considèrent le classement de Shanghai comme la panacée, et se moquent pas mal des missions de service public de l'université. 

Pour les personnels BIATSS on ne sait rien de leur avenir, car ce projet oublie leur existence même. Le recrutement d'enseignants se fera « selon des procédures conformes à une charte adoptée par le Conseil des Composantes, Membres et Organismes Fondateurs - CCMOF… s'agira-t-il de titulaires ? Quant aux enseignants chercheurs, il semble qu’ils seront intégrés à l’université Paris Saclay et on parle d’enseignement dans les deux structures avec des missions de 5 à 10 ans.

D'autres changements d'importance sont aussi prévus. Ainsi, l’Université Paris Saclay se réserverait le droit de « maîtriser » ses recrutements d’étudiants. Peut-être moins visible mais tout aussi grave, le projet actuel entérine un conseil sans élus (CCMOF) qui dirigera de fait, laissant au CA un rôle de figuration, comme c'est actuellement le cas avec le Conseil des Membres qui prend toutes les décisions au mépris des textes statutaires et refuse la participation d’élus malgré leurs demandes répétées. Les écoles auront enfin un droit d’action sur le fonctionnement de l’Université, mais celle-ci n’aura pas son mot à dire sur les écoles. 

Cette scission et ces changements de « gouvernance » sont absolument inacceptables, ils entérinent une université qui n'en aurait que le nom, avec un fonctionnement à deux vitesses et un abandon des missions d'une université véritable, de formation et de recherche, ouverte et au service de tous, et qui doit avant tout répondre au besoin de démocratisation de notre société et d’émancipation du plus grand nombre.

Afin de montrer notre opposition ferme à ce projet et pour le combattre, nous appelons tous les étudiants et personnels de Paris Sud à venir se rassembler devant le prochain Conseil d'Administration de Paris Sud le jeudi 28 septembre à 14h, au bâtiment 450.

FO - SNESUP - SNTRS/CGT - SNCS - SUD Recherche - SUD Education - SNASUB - UNEF - SNPTES 
********************************************



Intersyndicale de l'Université Paris Sud compte sur vous aujourd'hui

Intersyndicale de l'Université Paris Sud a besoin de votre aide pour sa pétition “Non au projet de démantèlement de l'Université Paris Sud”. Rejoignez Intersyndicale de l'Université Paris Sud et 788 signataires.