NON AU PROJET D'ÉLEVAGE INDUSTRIEL DE POULETS A LA CROIX-DU-BAC

0 a signé. Prochain objectif : 75 000 !


Un projet de poulailler industriel d'une ampleur colossale (7 "lots" de 117 600 poulets de chair soit 820 000 par an) est en préparation dans le village de la Croix-du-Bac à Steenwerck (59181).

POURQUOI SIGNER CONTRE CE PROJET ?

Pollution de l’air et santé humaine :

  • 455,6 tonnes CO2e/an (dioxyde de carbone équivalent).
  • 11,5 tonnes/an d'ammoniac et 2026 kg/an de poussières et de particules fines qui génèrent ou aggravent les infections respiratoires.
  • Odeurs nauséabondes, prolifération de mouches.
  • Bilan carbone lourd et import d’aliments tels que le soja OGM en provenance d’Amérique du Sud (déforestation de l’Amazonie et du Cerrado), transport maritime, transport par camion.
  • Utilisation massive et systématique d'antibiotiques à l'origine de nombreuses antibiorésistances parfois mortelles pour les humains.
  • Risque d'apparition et de propagation de zoonoses (75 % des maladies humaines émergentes sont d'origine animale).

 
Pollution des sols et des eaux :

  • Épandage du fumier et des eaux de lavage.
  • Forage à 70m de profondeur qui puise plus de 7000m3 d’eau/an dans la nappe phréatique.
  • Impact sur la Faune et la Flore, risques pour la biodiversité.

Souffrance animale :

  • 21 poulets/m2 soit 1 poulet/feuille A4.
  • De leur premier à leur dernier jour (moins de 40 jours pour les poulets), aucun animal ne sortira de ce poulailler industriel.
  • Le sol sera recouvert d’une simple litière inchangée pendant toute la durée d’élevage, les poulets grandiront dans leurs excréments.
  • Brûlures de la peau, troubles cardiaques et ascites, graves problèmes respiratoires dus à la concentration d’ammoniac, conjonctivites, parasitisme.
  • Déformations douloureuses des pattes entrainant douleurs intenses, boiteries, parfois paralysies et même la mort.

Comment accepter un tel projet aujourd’hui face à l’urgence climatique et environnementale que nous ne pouvons plus nier ? Le dernier Rapport spécial du GIEC publié en octobre 2018 nous rappelle bien que ce modèle agricole y tient une large part et qu’il y a urgence à en changer et à s’engager dans une transition écologique.

Plus de 400 habitants vivent à la Croix-du-Bac, 81 maisons situées à moins de 300 mètres de ce projet d’élevage intensif dont une école (une soixantaine d’enfants), une Médiathèque et une Église.

Une PPL (Proposition Parlementaire de Loi)  sur le bien-être animal sera débattue à l’Assemblée Nationale à partir du 08 octobre, elle vise entre-autre l’interdiction de ce type d’élevage intensif. Ce projet va donc à contre-courant de ce que souhaite une immense majorité de citoyens et de l'évolution de la société sur ce sujet.