Victoire

NON à la fermeture du grec et d’un groupe d’italien en seconde, de l'allemand en BTS

Cette pétition a abouti avec 296 signatures !


NON à la fermeture en seconde du grec et d’un groupe d’italien

NON à la fermeture de la LV2 allemand en BTS

 
Au lycée Camille Saint-Saëns à Rouen, avec une prévision d’effectif (élèves) constant, le rectorat nous alloue une dotation horaire globale en baisse : DHG 2017: 972,80 heures, DHG 2018 : 967,8 heures soit une disparition de 5h

 Pour notre lycée cela se traduira par :

  • La suppression du Grec en seconde;
  • La disparition d’un second groupe d’italien en seconde;
  • La disparition de l’Allemand en BTS après la fermeture de l’italien il y a 3 ans.
  • La disparition dans la DHG d’un groupe de spécialité en Terminale ES
  • La suppression d'un groupe d'option informatique en première
  • Un nombre d’heures dédoublées pour nos élèves en quantités bien trop insuffisantes.
  1. En ce qui concerne le grec, on peut s’étonner de ce choix alors même que deux documents officiels viennent de paraître, rappelant l’importance des langues anciennes dans la formation des élèves :

- une circulaire parue au BO du 24 janvier 2018 (circulaire n° 2018-012 du 24-1-2018) rappelle que « à l'heure où assurer aux élèves français une meilleure acquisition de la langue devient un enjeu majeur et prioritaire au regard de leurs résultats aux évaluations internationales, l'enseignement facultatif de langues et cultures de l'Antiquité (LCA) peut apporter un soutien précieux à cette maîtrise des savoirs fondamentaux de la langue française. Par ailleurs, l'appréhension d'une culture générale humaniste participe de l'émancipation des élèves, notamment de ceux dont les acquis culturels sont les plus fragiles. » 

- un rapport rédigé par Pascal Charvet, inspecteur général de l'Éducation nationale honoraire et David Bauduin, inspecteur d'académie - inspecteur pédagogique régional, intitulé "Les humanités au cœur de l'école" a été remis lundi 29 janvier 2018 à Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale. Un communiqué de presse du ministère de l’éducation nationale du 31 janvier 2018 précise ainsi : « A la rentrée 2017, plus de 24 000 collégiens supplémentaires ont choisi d'apprendre le latin ou le grec. L'assouplissement de la réforme du collège a ainsi permis de redonner de la vigueur à l'enseignement des langues anciennes, conformément à l'engagement du Président de la République. Le choix de développer l'enseignement du latin et du grec s'inscrit dans la priorité absolue donnée à la maîtrise de la langue et vient renforcer la culture humaniste des élèves français. […] 
[L]es propositions très étayées [de ce rapport] sont à même de nourrir la réflexion du ministère pour consolider le développement de l'enseignement du latin et du grec, mais aussi pour soutenir la maîtrise de la langue. »

   2. En ce qui concerne l’Allemand et l’Italien en BTS, là aussi notre étonnement reste entier quand on sait : qu’il s’agit d’un BTS tourisme (donc d’un BTS où les langues ont toute leur importance !), que le nombre de touristes italiens à Rouen est croissant, et  qu’il y a une réintégration de la bi-langue au collège Fontenelle et au collège Camille Saint-Saëns. donc un vivier potentiel de germanistes pour les prochaines années.

 Il peut être intéressant de rappeler le nombre de touristes étrangers accueillis à l'Office de tourisme de Rouen pour 2017 :

  • Allemands : 18 434
  • Espagnols : 11 841.
  • Italiens : 9 932

    3.     En 2017, la France a été la destination principale des touristes italiens et la Normandie est devenue une de leurs régions préférées. Face à cette réalité, on peut s'interroger sur le choix de réduire en BTS Tourisme l'enseignement des langues étrangères à l'anglais et à l'espagnol. Comment feront nos étudiants pour se distinguer sur le marché du travail ? Leur diplôme répondra-t-il aux attentes des professionnels du Tourisme ?

    4.     En ce qui concerne, enfin, la disparition dans la DHG d’un groupe de spécialité en Terminale ES, elle s’expliquerait par l’absence de « candidats » suffisants à la rentrée 2017.  Cette suppression, a été maintenue dans la DHG ce qui porte à 4 groupes de spécialités en TES ou lieu de 5 groupes les années précédentes.

Nous savons que ces choix relèvent de contraintes en dotation qu'impose le Rectorat mais nous refusons de gérer la pénurie, nous refusons de choisir quels niveaux, filières, disciplines ou professeurs sacrifier.

Nous porterons cette pétition auprès du rectorat et lui demanderons de réévaluer notre dotation, en respectant les besoins éducatifs des lycéens et les conditions de travail des personnels.



Marie-Pierre compte sur vous aujourd'hui

Marie-Pierre CRIBIER a besoin de votre aide pour sa pétition “NON à la fermeture du grec et d’un groupe d’italien en seconde, de l'allemand en BTS”. Rejoignez Marie-Pierre et 295 signataires.