Adressée à Maire de Grenoble Monsieur Eric Piolle et 1 autre

Non à la démolition de la cité de l'Abbaye à Grenoble

0

0 signature. Allez jusqu'à 1 000.

            
                         Non à la démolition d’un patrimoine d'avenir

Le bailleur social Actis et la Municipalité de Grenoble ont décidé la démolition-reconstruction de la cité de l'Abbaye. Trois immeubles sur quinze sont déjà visés par un permis de démolition.

                             Pourquoi doit-on conserver cette cité ?

 Le passé, facteur de futur

En 1921, l’effacement des contraintes de la défense permet à la ville une expansion urbaine correspondant à son développement économique et démographique.

La Municipalité socialiste de Paul Mistral répond aux problèmes de logement des ouvriers en créant l’un des premiers Offices Publics des Habitations Bon Marché (OPHBM). Son souhait est de créer un habitat dans lequel soient respectés « le goût de l'hygiène et de l'esthétique, l'art architectural et celui de l'urbaniste ».

Après la cité-jardin du Rondeau (1921-1924) et la cité de La Capuche (1922-1925) et avant celle des Abattoirs (1930-1935), l'Abbaye accueille en 1929-1931 un ensemble de quinze immeubles sur quatre niveaux, répartis en trois îlots enserrant une placette arborée.

Aujourd’hui, de cette première phase de préoccupation du logement social à Grenoble, précurseur au plan national, ne reste dans son état d’origine que l'Abbaye, les cités du Rondeau et des Abattoirs ayant été démolies et celle de La Capuche ayant perdu son identité.
La cité de l'Abbaye est l’ultime témoin de la création de l'OPHBM de Grenoble et des logements ouvriers de l’entre-deux-guerres.
La préserver est reconnaître l'histoire d’un quartier de l’expansion, d’une population nouvelle et de son enracinement.

La valeur patrimoniale

La cité de l'Abbaye est labellisée Patrimoine du XXème siècle depuis 2004.

Les trois îlots constituent un ensemble aux proportions harmonieuses, au style architectural rehaussé d'un décor discret des années 30. Ils sont notés comme «ensemble homogène» dans le Plan Local d’Urbanisme.

Les entrées d'immeubles aux portes en chêne sont surmontées du blason de la ville, les fenêtres éclairent largement de spacieuses montées d'escaliers aux rampes élégantes, donnant d'emblée une qualité remarquable dans un type d'habitat peu coutumier de cette recherche esthétique.

La cité de l'Abbaye témoigne d’une architecture domestique, sociale et publique, trop souvent victime d’une action patrimoniale plus sensible aux marques affichées des pouvoirs laïcs, militaires et religieux. L’État a d’ailleurs toujours affirmé son avis défavorable à la démolition.

Les études patrimoniales et techniques montrent que la réhabilitation est possible. La structure du bâti le permet et sa qualité architecturale amène à la souhaiter. Elle serait un lieu d'exercice pour les entreprises locales capables de restaurer un bâti futuriste.

La valeur patrimoniale de cet ensemble appartient à la même génération de construction que la Tour Perret, dernier témoin de l'Exposition Internationale de la Houille Blanche et du Tourisme de 1925 et dont la restauration vient enfin d'être lancée.

Au lieu d'une coûteuse et traumatisante démolition, le collectif de l'Abbaye demande la réhabilitation de la cité dans son intégralité.

               Collectif pour la sauvegarde de la Cité de l'Abbaye à Grenoble

 

Cette pétition sera remise à:
  • Maire de Grenoble
    Monsieur Eric Piolle
  • Directeur général d'Actis
    Monsieur Stéphane Duport Rosand


    Collectif pour la sauvegarde de la Cité de l'Abbaye à Grenoble a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 965 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Collectif pour la sauvegarde de la Cité de l'Abbaye à Grenoble compte sur vous aujourd'hui

    Collectif pour la sauvegarde de la Cité de l'Abbaye à Grenoble a besoin de votre aide pour sa pétition “Non à la démolition de la cité de l'Abbaye à Grenoble”. Rejoignez Collectif pour la sauvegarde de la Cité de l'Abbaye à Grenoble et 964 signataires.