Pétition fermée

NON A LA CASSE DES CONTRATS D’UTILITÉ PUBLIQUE

Cette pétition avait 1 613 signataires


Monsieur le Président de la République,

Ville de l'Aisne d'un peu moins de 10 000 habitants, Hirson n'est pas la seule commune concernée par le non renouvellement des contrats aidés que j'appelle contrats d'utilité publique.

Vendredi 8 septembre, les Maires de la Communauté de communes des Trois-Rivières que je préside se sont retrouvés pour partager leurs difficultés. Ce n'est pas par égoïsme. Ni pour nous du reste. Mais bien pour défendre ces hommes et ces hommes, certains âgés de 58 ou 59 ans. Pour eux, nous attendons un premier geste : leur autoriser une prolongation qui leur permette d'atteindre l'âge de la retraite.

Ils n'ont qu'un rêve, insensé et fou, ne pas terminer leur vie professionnelle chômeur. Ecoutez les et répondez leur.

Sans concertation, avant la rentrée de septembre, dans les associations et les collectivités, votre Gouvernement supprime 280 000 contrats d’utilité publique. A Hirson, dans des domaines aussi essentiels que les services municipaux aux personnes âgées, de la petite enfance et les écoles, vingt-sept agentsdont neuf dès ce mois de septembreperdront leur emploi.

A 59 et 60 ans, difficile pour plusieurs d’entre eux de rebondir professionnellement. De plus, les renvoyer au RSA, c’est privilégier un assistanat qu’ils refusent.

Utiles, pour beaucoup qualifiés grâce à leur insertion professionnelle, ils ne veulent pas rester chez eux à ne rien faire.

Monsieur le Président, nous vous demandons de revenir sur une décision injuste. A Hirson, dans les associations, les services, les ateliers et les jardins solidaires, l’utilité des CAE/CUI n’est plus à démontrer.

Si l’insertion par le travail a un coût, celui de la dignité, lui, n’a pas de prix.



Jean-Jacques compte sur vous aujourd'hui

Jean-Jacques THOMAS a besoin de votre aide pour sa pétition “Non à la casse des contrats d'utilité publique”. Rejoignez Jean-Jacques et 1 612 signataires.