Adressée à SYCTOM  et 1 autre

Non à l'incinération des déchets à Romainville, Oui à la réhabilitation du centre

0

0 signature. Allez jusqu'à 1 500.

Rénovation de l'usine du SYCTOM à Romainville-Bobigny: pour un projet constructif

Le SYCTOM, plus gros syndicat public d’Europe qui traite les déchets de Paris et de 83 communes d’Ile-de-France, soit la moitié des habitants de notre région (près de 6 millions d’habitants), décidera avant la fin de l’année 2017 lequel de ses trois solutions il mettra en œuvre sur son site de Romainville-Bobigny, dont il est propriétaire :

-       solution 1 : maintien des activités existantes (transfert des ordures ménagères résiduelles à hauteur de 400.000 tonnes par an, déchetterie pour les particuliers, usine de tri des collectes sélectives) après réhabilitation du centre existant et développement de la déchetterie et de l’usine de tri,

-       solution 2 : solution 1 + ajout d’un séchage dit « naturel » des ordures ménagères résiduelles, soit un procédé de SECHAGE / DECOMPOSITION,

-       solution 3 : solution 1 + TMB / CSR / INCINERATION / CHAUFFERIE.

Depuis de trop nombreuses années, le centre du SYCTOM de Romainville-Bobigny engendre des nuisances insupportables et sa réhabilitation est une nécessité absolue. Il faut :

-       rendre enfin hermétique le centre de transfert des ordures ;

-       reconstruire une véritable déchetterie, l’existante étant obsolète et sous-équipée,

-       doubler la capacité de l’usine de tri afin de permettre le développement des collectes sélectives, conformément à la loi qui oblige à atteindre 65 % de collectes sélectives en 2025 au lieu de 16 % actuellement chez nous (sachant que 43 % de la poubelle en mélange est gâchée, car composée d’emballages qui font l’objet d’une consigne de tri) ;

-       développer sur ce site des activités de préparation des collectes sélectives, de recyclage et de réparation/réutilisation :

-       créer ainsi de nombreux emplois non délocalisables.

Le SYCTOM s’imagine pouvoir spéculer sur une prétendue acceptation locale des nuisances qu’engendre actuellement son centre de Romainville-Bobigny pour introduire sur notre territoire, en pleine ville, des traitements nauséabonds et nocifs des ordures. En effet :

- la solution 2 (SECHAGE / DECOMPOSITION) présente des risques de puissantes odeurs putrides sur nos communes. On aggraverait le problème actuel.

- la solution 3 (TMB / CSR / INCINERATION / CHAUFFERIE) engendrerait des risques de pollution inadmissibles alors que la ville de Pantin a été diagnostiquée par l’OMS en 2016 comme étant la ville la plus polluée de France. Elle est en outre inutile (la région Ile-de-France est en surcapacité d’incinération, n’en rajoutons plus !) et ruineuse (on parle de plusieurs centaines de millions d’euros) .

De plus, l’idée d’enfouir un très coûteux réseau de chaleur pour alimenter des nouvelles constructions autonomes énergétiquement est une absurdité. Ce n’est d’ailleurs pas prévu par les promoteurs, ce qui rend la solution 3 incompréhensible.

Au moins 200 millions d'euros mis dans ces projets  de SECHAGE / DECOMPOSITION / TMB / CSR / INCINERATEUR / CHAUFFERIE, c'est 200 millions qui ne vont pas dans des solutions de gestion des déchets respectueuses de l'environnement et de la santé humaine, notamment dans la mise en place d'une collecte sélective des restes alimentaires, l’amélioration du tri et du recyclage des emballages, démarches pourtant imposées par la loi et créatrices de nombreux emplois non délocalisables.

Vous n’étiez pas au courant du contenu de ces trois "solutions" ?

Ce n’est pas étonnant, la concertation en cours est fermée au plus grand nombre.

Les élus locaux à travers la note de positionnement d’Est Ensemble ont clairement exposé et voté leur refus de la construction d’un incinérateur/chaufferie et leur réserve sur la préparation à l’incinération (CSR) sur site.

Leur opposition à l’incinération/chaufferie exclut en toute logique la préparation TMB/CSR, dont le fonctionnement entraînerait des risques considérables pour les populations locales.

Bien que le SYCTOM se soit engagé à se conformer à la décision des élus locaux par la voix de son président, il continue à exposer son projet d’incinérateur/chaufferie, ce qui correspond à une tentative de passage en force.

Appliquons sur notre territoire le plan B’OM, visons à atteindre les mêmes résultats remarquables qu’à Milan, exigeons le respect de la loi sur la transition énergétique.

Faites entendre votre voix en signant cette pétition demandant l'adoption de la solution 1, la seule qui tende vers une amélioration du respect de l’environnement et de notre santé.

Partagez cette information le plus possible autour de vous et venez nombreux pour faire valoir votre choix lors de la réunion publique de clôture de concertation organisée par le SYCTOM le mardi 7 novembre 2017 à 19 h, salle Max Jacob à Bobigny (3, rue de Vienne – accessible par le tramway T1, arrêt Auguste Delaune).

Pétition

Aux élus qui vont décider du sort du centre du SYCTOM de Romainville-Bobigny, nous disons :

OUI à la solution 1 DE REHABILITATION DU CENTRE permettant le développement des collectes sélectives, du recyclage,de la réparation/réutilisation

NON aux solutions 2 et 3   D'INTRODUCTION EN PLEINE VILLE DE TRAITEMENTS NAUSEABONDS ET NOCIFS

Octobre 2017

-------------------------------------------------------------------------------------------

Cette fois encore, nous ne nous laisserons pas faire. Dès aujourd'hui, faisons-nous entendre
N'hésitez pas à consulter le site de l'association : http://arivem.free.fr/

NOTRE SANTE, NOTRE SECURITE, LA QUALITE DE L'AIR QUE NOUS RESPIRONS SONT DES DROITS FONDAMENTAUX

Cette pétition sera remise à:
  • SYCTOM
  • ELUS D'EST ENSEMBLE


    ARIVEM CO a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 1 067 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    ARIVEM compte sur vous aujourd'hui

    ARIVEM CO a besoin de votre aide pour sa pétition “Non à l'incinération des déchets à Romainville, Oui à la réhabilitation du centre”. Rejoignez ARIVEM et 1 066 signataires.