Adressée à nicolas hulot

Stop à l'ankus, ce crochet qui violente les éléphants

0

0 signature. Allez jusqu'à 7 500.

« Lorsque le châtiment corporel est administré à un éléphant, il doit être assez puissant pour qu’il soit perçu par l’éléphant comme une totale punition. […] Le formateur doit intimider l’animal afin d’acquérir une position dominante. » Ainsi s’exprime Alan Roocroft, consultant en éléphants pour les cirques et les zoos, dans son livre Managing Elephants. Et pour intimider de si grands animaux, les dresseurs utilisent un ankus, ou bullhook en anglais. Il s’agit d’un instrument composé d’un manche en bois, en métal, en plastique ou en fibre de verre, et d’un crochet en acier pointu.

Lors de l’exécution d’un numéro sur la piste ou en parade dans les rues, une pression modérée de l’ankus sur le corps de l’éléphant suffit à le faire obéir, ce dernier ayant été conditionné lors de sessions de formation violentes, dès le plus jeune âge, dans le pays où il a été capturé. Car, rappelons-le encore une fois, tous les éléphants captifs des cirques français ont été capturés dans la nature.

L’ankus est ainsi un outil de punition : l’éléphant le sait et obéit sur commande. Anticipant la douleur, il se soumet à son entraîneur, qui trompe au passage le public en lui faisant croire que l’ankus n’est là que pour « guider », la pointe acérée de l’instrument étant le plus souvent dissimulée dans la paume de sa main. Les éléphants montrent ainsi régulièrement des réactions typiques d’évitement de la douleur en reculant ou en émettant des vocalisations de peur.

L’ankus est un outil conçu pour être cruel, il est brandi contre les pachydermes afin de les contraindre à une totale obéissance. Les dompteurs dans les cirques en France usent de cet instrument pour toute approche des pachydermes : soin, dressage, spectacle, parade.

La loi n’interdit pas l’utilisation de l’ankus ou de tout autre outil de maîtrise des animaux, alors que cet instrument devrait être classé comme un dispositif susceptible de causer des blessures physiques, de la peur et de la souffrance aux animaux. Selon l’article 9 de l’arrêté du 18 mars 2011, « les animaux ne peuvent pas participer aux spectacles si : le type de participation est susceptible de nuire à leur état de santé ».

Par conséquent, Code animal demande l’interdiction totale de l’ankus.

Cette pétition sera remise à:
  • nicolas hulot


    Code Animal a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 5 322 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Code Animal compte sur vous aujourd'hui

    Code Animal a besoin de votre aide pour sa pétition “Nicolas Hulot : Stop à l'ankus, ce crochet qui violente les éléphants”. Rejoignez Code Animal et 5 321 signataires.