Elargissons les critères déclenchant l'alerte enlèvement

0 a signé. Allez jusqu'à 150 000 !


Bonjour à tous,

Le 27 août 2017 j'apprenais avec stupeur  comme la France entière,la disparition de la petite Maëlys. Nous sommes des milliers de personnes à nous être demandés pourquoi l'alerte enlèvement n'avait pas été déclenchée.

Etant moi même maman je me suis sentie d'autant plus touchée par cette disparition qui a eu lieu à quelques kilomètres de mon domicile et furieuse de me dire que l'alerte qui pourtant semblait évidente n'avait cependant pas été mise en place. 

L'alerte enlèvement en France a fait ses preuves. Or,triste exemple, dans l'affaire de la petite Maëlys de Araujo, disparue dans la nuit du 26 au 27 août  2017, cette alerte n'a hélas pas été déclenchée pour la simple raison qu'elle n'entrait pas dans les "critères "  de ce système qui a pourtant permis une avancée considérable en la matière depuis sa création en Février 2006.

Sur la vingtaine de déclenchements, toutes se sont soldées par un succès, ce qui démontre l'efficacité de ce plan.

A ce jour les 4 Critères de déclenchement sont  :

1) Il s'agit d'un enlèvement avéré et non une simple disparition.
2) L'intégrité physique ou la vie de la victime est en danger.
3) Des éléments d'informations permettent de localiser l'enfant ou le suspect.
4) La victime est mineure.
Le procureur informe les parents de la victime, et leur accord est nécessaire au déclenchement de l'alerte.

Nous demandons à Mme la ministre de la Justice et Garde des Sceaux Nicole Belloubet de modifier ce texte afin d'élargir ces critères en se calquant d'avantage sur son modèle  québécois tiré de "l'AMBER ALERT" américaine  et son équivalent belge.


 Le 1er critère est à assouplir de sorte qu'une disparition de mineur puisse être étudiée et éventuellement bénéficier de ce programme. Il ne s'agit pas de banaliser l'Alerte mais de l'adapter en fonction des circonstances de la disparition.

Dès lors qu'une suspicion d'enlèvement est émise par un proche, il faut en tenir compte. 

Triste exemple :  Maëlys De Araujo n'a pas pu en bénéficier à cause de ce critère 

Le 3 ème critère portant sur les éléments d'informations permettant de localiser l'enfant ou le suspect devrait être mis en avant et élargi à un plus grand nombre de cas.


Toutefois cela vaut pour les cas d'enlèvements avérés et que le kidnappeur n'est pas un inconnu. 


Exemple : Enlèvement parentaux

 Or il reste tous les autres cas de disparitions pour lesquels l'agresseur est un parfait inconnu !

Dans ce cas si l'on se fie aux critères, le 3ème point déclencheur ne peut pas intervenir puisque l'on ne sait pas qui a enlevé l'enfant.

Or si l'on ne connait rien de l'agresseur, on connait toutefois l'enfant, sa description physique, son âge, sa taille son poids, la couleur de ses yeux, ses habitudes etc...

C'est lui qui doit être mis en avant, c'est lui que l'on cherche. 


Cette mesure ne nécessite aucune médiatisation, il faut diffuser simultanément la photo de la victime  à tous les postes frontières, les aéroports, les gares et les ports le plus rapidement possible. 


INTERPOL joue un rôle important dans ce dispositif, 190 pays sont prévenus en temps réel afin d'éviter aux suspects de pouvoir passer les frontières avec leurs victimes,c'est considérable et il est indispensable d'insister dans ce sens car le "facteur temps" des premières heures nous le savons est une priorité dans toute disparition.Il ne faut pas laisser le temps à un kidnappeur de passer nos frontières mais pour cela il faut agir sans tarder.


A​u vu de ces éléments, la solution serait peut-être d'envisager la mise en place d'une cellule de crise permanente et nationale  (La cellule Maëlys pourquoi pas ?!) centralisant toutes les disparitions de mineurs sur l'ensemble du territoire français.

Un fichier informatique dès lors qu'un enfant serait déclaré disparu, comparerait en temps réel ce cas (circonstances, lieu, âge etc)  avec tous ceux recensés ,dans une base de données unique. 

Les données pourraient être à la fois enregistrées dans les locaux de gendarmerie et dans le même temps être envoyées sur la base de données de cette cellule de crise.

Ainsi la cellule pourrait accompagner l'action d'Interpol, permettant de faire le rapprochement avec d'autres disparitions du même ordre.

A l'heure actuelle, tout est tellement cloisonné que beaucoup de temps et d'énergie sont perdus à recouper, classer, trier, région par région.

Parfois on se rend compte au bout de plusieurs années qu'une disparition à (exemple) Calais présente des similitudes avec une autre disparition à (exemple) Nice

La création de cette cellule de "crise " nationale et  permanente est certainement l'une des améliorations importantes à envisager.


 Nous vous demandons Madame je vous prie,de bien vouloir nous recevoir  afin de pouvoir vous exposer notre projet  de mise en place d'un groupe de réflexion sur le dispositif actuel associant l'autorité de votre ministère et des intervenants associatifs,sociaux et civils.Nous sommes conscients qu'il ne faut pas banaliser le dispositif car il perdrait de son efficacité. Nous croyons en la justice de notre pays et nous sommes persuadés que les milliers de voix que nous représentons ne peuvent pas être ignorées sur un sujet aussi grave et aussi sensible que celui là.


Trop de parents sont dans la souffrance et l'incompréhension de ce système. Nous nous en remettons à vous et à votre bienveillance à l'égard des familles de disparus mais surtout à l'égard de tous les enfants de notre pays. 

Cette pétition qui au départ ne fut que l'expression d'une interrogation personnelle représente aujourd'hui la voix de dizaines de milliers de citoyens et nul doute qu'elle ne fera que grandir au fil des jours et de l'actualité.

La vie des enfants de notre pays ne peut pas être suspendue à 4 critères seuls. 

22 enfants seulement ont bénéficié de l'alerte enlèvement...22 seulement  pour combien de disparus 

Val A. 

Soutien et parrainnage du groupe de recherches Coeur De Bénévoles 

https://www.facebook.com/coeurdebenevoles/

Parrainée par le Groupe de soutien "La vérité pour Maëlys" 

https://www.facebook.com/groups/343973276043494/

Cette pétition est parrainée officiellement depuis le 18 novembre 2017 par l'Association ARPD (Association Aide aux Victimes Assistance et Recherche de Personnes Disparues) reconnue par la délégation d'aide aux victimes du Ministère de l'Intérieur.

Je remercie vivement de son soutien et de son intérêt, Mme Pascale BATHANY présidente de l'Association ainsi que Mr le vice président et l'ensemble des membres de cette association nationale.

Maître Sophie Wanlin avocate au barreau de Paris a accepté depuis le 1er janvier 2018  d'être notre représentante juridique officielle et sera à nos côtés lors de la remise des signatures à Mme la garde des sceaux ainsi que lors de la table ronde demandée.

J'adresse mes plus vifs remerciements à Maître Wanlin et Mme Bathany pour l'intérêt, l'investissement de temps et le soutien qu'elles apportent de manière gracieuse. 

Val A. 



Val compte sur vous aujourd'hui

Val A. a besoin de votre aide pour sa pétition “@NBelloubet Elargissons les critères déclenchant l'alerte enlèvement”. Rejoignez Val et 133 885 signataires.