Pour le respect des droits des femmes et des personnes qui accouchent à Lévis!

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Depuis le début du déconfinement au Québec et encore tout récemment, plusieurs femmes et personnes qui accouchent nous ont rapporté une atteinte à leurs droits lors de leur accouchement à l’Hôtel-Dieu de Lévis. Plus précisément, il nous a été rapporté que :

1.       Les accompagnantes à la naissance ne sont toujours pas admises lors de l’accouchement.

La restriction des personnes présentes, même lors d’un accouchement, pouvait se justifier alors que le Québec vivait sa première vague de COVID-19 et qu’il était important d’éviter une propagation communautaire. Cependant, depuis que le gouvernement et la santé publique ont jugé qu’il était sécuritaire de permettre les mesures de déconfinement, cette mesure n’a plus sa raison d’être, surtout en ce qui a trait à la présence d’accompagnante à la naissance. Les accompagnantes à la naissance sont des personnes formées qui permettent de réduire les interventions médicales et les issues défavorables obstétricales et néonatales lors de l’accouchement.  De plus, les femmes et les personnes enceintes qui donnent naissance en contexte de pandémie doivent composer avec un environnement nettement plus anxiogène qu’à l’habitude. La présence d’une personne accompagnante est d’autant plus importante pour diminuer les nombreux effets indésirables de l’anxiété et maximiser la qualité de leur expérience.* Pour finir, les nouvelles recommandations du Ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) permet le retour des accompagnantes à la naissance.**

 

2.       Le peau à peau est interdit lors d’une césarienne, autant immédiatement après la césarienne qu’en salle de réveil.

Cette mesure se justifiait par le manque de personnel de soins infirmiers lorsque le Québec était plongé dans une crise concernant la COVID-19. Il n’y a plus de manque de personnel qui justifie cette mesure qui nuit grandement à la santé des personnes qui accouchent ainsi qu’à leur bébé. Citons le MSSS à ce sujet :

« Le contact peau à peau est déterminant, et ce, indépendamment du mode d’alimentation privilégié et il est recommandé pour un accouchement par voie vaginale ou par césarienne. Ses bienfaits sont reconnus pour la physiologie de la transition vers la vie extra-utérine, pour l’initiation précoce de la tétée et pour la colonisation du microbiote du bébé. Compte tenu de l’impact de la pandémie sur la santé mentale, il est particulièrement important de privilégier ces contacts et la proximité pour diminuer le stress de la dyade ainsi que le risque d’anxiété et de dépression maternelle. »**

 

3.       Les sages-femmes qui doivent transférer une femme ou une personne qui accouche se voient refuser l’entrée en centre hospitalier sous prétexte que les visiteurs sont interdits.

Rappelons ici tout simplement que les sages-femmes sont des professionnelles de la santé reconnues au Québec. Il n’y a aucune logique ou raison qui puissent justifier que les sages-femmes se voient refuser de poursuivre leur suivi professionnel lors d’un transfert. La seule raison est un abus de pouvoir et une non-reconnaissance de la profession par les médecins. Le MSSS le précise en ces termes :

« La présence d’une sage-femme est autorisée selon les procédures habituelles, afin que celle-ci soit en mesure de poursuivre ses responsabilités professionnelles auprès de la femme et de l’enfant le cas échéant, notamment à la suite d’un transfert de soins »**

Nous demandons à l’Hôtel-Dieu de Lévis de respecter les droits des femmes et des personnes qui accouchent et nous demandons que le centre hospitalier se conforme aux recommandations ministérielles sans délai.
 

Pour toutes informations ou pour signaler d’autres pratiques abusives des centres hospitaliers, veuillez écrire un courriel à info@naissance-renaissance.qc.ca

 

* Selon les résultats préliminaires d’un sondage que l’on peut retrouver à l’adresse internet suivante : accoucherenpandemie.ca

** Directive pour la prise en charge des femmes enceintes et des nouveaux nés, Ministère de la Santé et des Services Sociaux, 2 juillet 2020, https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2020/20-210-98W.pdf