Invasion des algues sargasses

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


 RENDEZ-VOUS LE 13 MAI 2018 PLACE LA MAIRIE DE PETIT-BOURG A PARTIR DE 8H.

Mesdames, Messieurs,

 Nous vous interpellons sur l’urgence à agir face aux invasions des algues sargasses sur nos côtes et l’agressivité des gaz qui émanent de celles-ci ; qui sont le sulfure d’hydrogène (H2S) et d’ammoniaque (NH3).

 Ces émanations toxiques de gaz représentent un réel danger pour la santé de la population.

 Les habitants des zones côtières subissent de plein fouet les odeurs pestilentielles que dégagent ces algues. La nocivité de ce phénomène entraine des difficultés respiratoires allant jusqu’à des crises d’asthmes, des bronchites à répétition, des maux de tête, des démangeaisons, des vomissements et diverses réactions allergiques.

 D’autre part, l’impact sanitaire n’est pas le seul à prendre compte mais aussi l’impact sociétal.

Aujourd’hui, des écoles et lycées sont fermés, la population est confinée car le taux d’émanation n’est pas supportable au quotidien.

 Et nos jeunes qui doivent passer leurs examens, que deviennent-ils ?

 Par ailleurs, les appareils électroménagers (machine à laver, téléviseur, ordinateur, tout appareil contenant de l’électronique), la robinetterie, les voitures subissent la corrosion de ces gaz.

Cette situation provoque un impact financier car les assurances ne prennent pas en compte les dégradations de l’immobilier car l’Etat refuse de déclarer la Guadeloupe et ses dépendances en état de catastrophe naturelle. 

 L’ARS préconise :

-          Le ramassage des algues avant leur décomposition : Cela n’a pas été fait.

-          D' éviter la fréquentation des lieux envahis par les sargasses : Cela pas été fait.

-          Que l'’enlèvement des sargasses aurait dû être effectué avant leur échouage : Cela n’a pas été fait.

 Dans le même temps, cette même agence qui, récemment, par le biais des médias locaux, nous annoncent que le taux de gaz est supportable par la population.

 Pensez-vous que cette situation soit tolérable et durable ?

 Aussi, nous exigeons :

-          La déclaration de l’Etat de catastrophe naturelle de la Guadeloupe et de ses dépendances

-          La mise en place du principe de précaution

-          Le nettoyage des algues échouées

-          L’anticipation des prochains arrivages de sargasses

 Pensant que vous ayez à cœur l’intérêt, la santé et le bien-être de nos populations, nous espérons que vous donnerez une suite urgente à notre requête.

 Veuillez agréer, mesdames et messieurs, l’expression de notre parfaite considération.

 Les représentantes du collectif Anti-Sargasses de Petit-Bourg.

Madame Jocelyne TRAVENTHAL-HATCHI

Madame Maryline EDWIGE

collectifantisargasses@gmail.com



Collectif Anti-Sargasses de Petit-Bourg compte sur vous aujourd'hui

Collectif Anti-Sargasses de Petit-Bourg a besoin de votre aide pour sa pétition “Mr Le Maire de Petit-Bourg: Invasion des algues sargasses”. Rejoignez Collectif Anti-Sargasses de Petit-Bourg et 6 052 signataires.