Elles se prénommaient...

0 a signé. Allez jusqu'à 25 000 !


...Séverine, Nadia, Hajer, Laurie, Georgette, Jessica, Marie-Christine, Sylvie, Candice, Catherine, Nathalie, et aussi...
Film Féminicides par (ex) compagnons en 2018

En 2018, au moins 121 femmes ont été assassinées par leur compagnon ou ex compagnon..
Ces CRIMES ne sont ni des "drames familiaux ou conjugaux", ni des "drames de la séparation/de la vieillesse/de l'alcool/de la maladie", ni des "crimes passionnels", ni des "suicides altruistes" comme nous pouvons encore le lire dans certains médias.
Ces CRIMES sont des féminicides perpétrés par des hommes qui pensent toujours, comme au XIXe siècle, que femmes et enfants sont leur propriété. 
Ils pensent détenir un permis de tuer.
Ces CRIMES sont systémiques, leur origine se trouve au cœur même de notre société. C'est l'idéologie patriarcale perpétuée par l'éducation machiste donnée aux garçons qui les autorise à se croire supérieurs, à dominer et puis, en grandissant, à chosifier les femmes et les enfants. 
Ils s'arrogent leurs corps et leurs vies. 
Cette éducation sexiste apprend aux petites filles à accepter d'être dominées, dès le plus jeune âge par les petits garçons dans la cour de récréation, et plus tard par leurs partenaires de vie. 
Ils et elles répètent ainsi le même schéma relationnel dominant/dominée que les générations précédentes.
Ces femmes assassinées nous avons souhaité les visibiliser, qu'elles ne soient plus seulement ces "corps retrouvés morts" que l'on ne veut surtout pas voir. Nous avons voulu les nommer, qu'elles ne soient plus des anonymes dissoutes dans un chiffre global annuel dont pas grand monde ne s'émeut ni ne s'indigne parmi les Politiques, et même parmi nous la Société... 
Ce chiffre est effarent, 120 femmes manquent à l'appel, des femmes qui ont été tuées par leur partenaire de vie ou ex-partenaire.
Ce chiffre est bien sûr à minima. 
Il y a aussi les nombreux enfants tué-es avec elles ou sans elles, et puis les centaines d'orphelin-e-s, les tiers tué-e-s, tou-tes sont les victimes collatérales directes de ces CRIMES conjugaux.
Ce véritable TERRORISME, conjugal et familial, doit cesser au plus vite. Fléau moins spectaculaire, plus silencieux que le terrorisme religieux, et pourtant tout aussi violent et encore plus mortifère. 
Les politiques doivent réagir ainsi que la société et chacun-e d'entre nous. La JUSTICE doit s'appliquer.
En 2019, nous continuons de comptabiliser et de vous interpeller car nous voulons que les Institutions prennent leurs responsabilités pour que cesse ce massacre. Les femmes n'appartiennent pas aux hommes, qu'ils cessent de les tuer, ELLES et LEURS ENFANTS !


Page Facebook Féminicides par compagnons ou ex
Google map : Carte des féminicides en France (2018)