Pour qu'Isabella vive à travers nos combats

0 a signé. Allez jusqu'à 35 000 !


Bonjour à tous,

Je partage une fois de plus mon histoire pour espérer que ce monde change un peu.

Ma fille Isabella, mon bébé bonheur à pointer le bout de son nez le 3 décembre 2016 à 17h00. Après 4 fausses couches, je vous laisse imaginer le bonheur, malgré une césarienne d'urgence, que nous avons eu d'agrandir notre famille au nombre de 3 grâce à notre petite fée.  Chaque visite mensuelle se passaient très bien, bonne courbe à tous niveaux et surtout un bébé très éveillé. Première dent à 20 jours, deuxième à 1 mois et demi, les blablas et roulé boulé précoces aussi jusqu'à se tenir debout seule à 6 mois et demi. Profitez de chaque instants de bonheur, celui ci est tellement éphémère. 

Le jeudi 6 juillet 2017, ma Zaza se réveille à 5h me siffle un bib, me donne ses derniers sourires et se rendort. Réveil à 9h30, encore fatiguée,  se rendort contre maman dans le lit des parents. Réveil à 10h30, en se plaignant, peu habituel pour mon enfant, lorsque je l'a prend pour aller la changer, un gros vomito sur maman... ok... on respire... je te change, moi aussi, je sens un peu le vomit et j'appelle le médecin,  tu dois me faire une bonne gastro. Rdv prit pour 16h, l'état de ma fille empirait, elle gémissait beaucoup, elle qui pourtant rigolait tout le temps... l'attente est trop longue, direction les urgences de Montauban. En arrivant, maman un peu inquiète et fatiguée par la fausse couche que je faisait un même temps, je n'ai pu retenir mes larmes... Les soignants m'ont juste vu comme une maman anxieuse et n'ont pas assez regardé le mal être de mon enfant... Après 2h d'attente sur des chaises en bois avec une chaleur insoutenable et un diagnostic posé en 5 min... rentrez chez vous madame, vogalène, doliprane, juste une gastro... ok je suis maman pas médecin,  je vous crois. La fin de journée n'était pas mieux, un appel au samu à 00h où je me fais gentiment envoyé bouler en me disant, il faut attendre que le doliprane fasse effet madame. Le vendredi, rdv chez le généraliste à 17h30. J'arrive au cabinet avec 45min d'avance, heureusement une gentille dame m'a laissé passer devant elle voyant l'état de ma fille qu'apparemment le médecin ne percevait pas. Je ne vais pas y aller par 4 chemins docteur, faites hospitaliser ma fille, avec son petit rire en coin et une brève auscultation, il appelle le chef de la pédiatrie de Montauban en disant, si tu veux bien je t'envoie une petite de 7 mois qui nécessite pas vraiment une hospitalisation, elle a une légère déshydratation mais j'ai surtout en face de moi une maman anxieuse qui finira aux urgences cette nuit si sa fille n'est pas admise maintenant. Bref je cours à l'hôpital, la nuit sous perfusion pour mon bébé n'a rien arrangé, elle pleurait, vomissait de plus bel. J'ai demandé de l'aide toute la nuit, je ne suis qu'une maman, mes simples câlins ne soulagent plus ma fille, faites quelque chose se n'est pas qu'une gastro svp. On ne m'a pas entendu jusqu'à 10h30, la pédiatre voyant ma fille vomissant dans les bras de son père,  le teint grisâtre et souffrant le martyr. On l'envoie faire une écho puis un scanner car il y a trop de liquide dans le ventre pour voir correctement. Transfert en urgence à purpan pour opérer de l'appendicite. On l'a pensait tous sauvé après ces 2h d'opération.  Mais le cauchemar commençait seulement. Vers 3h30, mon ange chutait, transféré en réanimation,  transfusé car elle avait perdu beaucoup de sang. Plusieurs heures de recherche pour trouver le problème, les reins ont lâché, elle n'urinait plus. Elle n'évacuait pas tous les produits qu'on lui injecté pour la maintenir stable. Placé sous respirateur artificiel puis endormie pour lui éviter de s'épuiser à respirer... on ne trouvait rien... arrêt cardiaque, massage pendant plus d'1h à coeur ouvert pour au final ne vivre plus que grâce à une machine. Le sort ne s'était pas assez acharné, mon bébé a fait une hémorragie, transfusé 4 fois et impossible à arrêter après avoir essayé toute la nuit. 

A 6h30, le lundi, on nous a autorisé à la voir, gonflé et défiguré, ensemble et d'une voix mon mari et moi avons dis, laissez notre fille tranquille.

Notre ange à été débranché à 9h40 et nous sommes repartis de cet hôpital à 2 et plus à 3 avec une part de nous resté là bas.

Il n'y a pas meilleur médecin qu'une maman pour son enfant, alors criez, hurlez, demandez tous les examens possibles, cela peux sauver la vies de nos bébés. 

Et vous médecins,  infirmiers et autres personnels médical, sachez svp réellement  nous écouter.

 

 



Morgane compte sur vous aujourd'hui

Morgane ALFONSO a besoin de votre aide pour sa pétition “morgane alfonso: Pour qu'Isabella vive à travers nos combats”. Rejoignez Morgane et 26 352 signataires.