Lutter contre la maltraitance animale en Corse : le cas de Speranza

0 a signé. Prochain objectif : 75 000 !


Depuis plusieurs mois, les actes de maltraitance et de cruauté envers les animaux se multiplient en Corse. Plus récemment, une petite chienne de 6 mois a été trouvée à Corbara en Balagne le 3 février 2020, squelettique, complètement déshydratée, en manque de soins. Elle a été privée d'eau et de nourriture pendant des jours pour être dans un si mauvais état de santé général, ce qui l'a conduite à une insuffisance rénale sévère et chronique. Après 5 jours de soins intensifs chez le vétérinaire, Speranza s'est éteinte le 8 février 2020. Nous pensons qu'il y a d'autres chiens en souffrance, en train d'agoniser de faim et de soif, au même endroit où Speranza a vécu avant d'être trouvée. C'est la raison pour laquelle une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie d'Ile Rousse le 6 février 2020. Nous espérons qu'une enquête sérieuse sera menée pour retrouver le propriétaire de Speranza, afin qu'il réponde de ses actes et qu'il soit jugé. 

Plus largement, nous souhaitons que la Corse soit un exemple de région où les bonnes conditions de vie des animaux sont respectées. Mais également, une région où les mauvais traitements infligés aux animaux sont sévèrement sanctionnés. Car au fond, ces agissements relèvent d'une minorité de personnes sans scrupules qui sont responsables d'actes odieux en série, alors que la majorité des corses aiment leurs compagnons à quatre pattes, et sont aux côtés des associations pour les aider à accomplir leur missions de sauvetage et de soins aux animaux ayant subi des maltraitances, pour ensuite, les proposer à l'adoption une fois remis sur pattes. 

Dans une société civilisée et bienveillante, la maltraitance ne doit pas être tolérée. Et les pouvoirs publics doivent prendre au sérieux les plaintes déposées, mener les enquêtes jusqu'au bout et se donner les moyens d'agir.

L'identification par puce électronique est obligatoire, si des contrôles étaient réalisés, et si les contrevenants étaient sanctionnés, nous serions en mesure d'identifier les propriétaires de chiens maltraités, et de les dissuader d'en posséder ou de posséder un quelconque autre animal. 

Cette pétition adressée à Monsieur le Procureur Général de Bastia, a pour but dans un premier temps de rassembler un maximum de soutiens et de montrer que la population a de fortes attentes en matière de protection animale. Et dans un deuxième temps, cette pétition a pour but de rencontrer Monsieur le Procureur Général de Bastia pour évoquer tous les problèmes rencontrés et envisager ensemble des solutions pérennes.