Pétition fermée
Adressée à Monsieur le President de la Republique

Annuler le projet des réserves du Louvre à Liévin

3 035
signataires

Le Louvre en danger : contre le démantèlement programmé de ses collections

Appel au Président de la République

 

Monsieur le Président, le musée du Louvre, fondé en 1793 par la République française pour la conservation et la mise en valeur du patrimoine artistique de la nation, est aujourd’hui confronté à l’un des plus graves dangers de son histoire.

Il a été en effet décidé de lui soustraire les réserves d’œuvres d’art qu’il renferme aujourd’hui en vue de les transférer à Liévin, commune du Nord-Pas-de-Calais située à deux cents kilomètres de Paris, mal desservie par voie ferroviaire, dans un futur bâtiment dénommé « pôle de conservation du musée du Louvre ». Bien que le motif originel de cette décision soit la sauvegarde d’une partie de ses collections contre le risque d’une crue centennale de la Seine, la mesure a été récemment étendue à la totalité des réserves du palais, y compris celles qui sont actuellement situées dans les étages.

Les conséquences de ce choix, dramatiques pour l’avenir du Louvre, peuvent se décliner en trois catégories principales :

Dommage patrimonial d’abord. Comme le prouve l’expérience constatée sur des échelles plus réduites, le transfert massif de centaines de milliers d’objets de toute taille et de toute nature ne pourra qu’entraîner la dégradation de nombre d’entre elles. Ce risque patrimonial majeur demeurera constant par la suite étant donné les incessants allers et retours entre Paris et Liévin induits par le renouvellement des présentations en salle, par les impératifs de la restauration des œuvres, comme par les mouvements que requièrent les nombreuses expositions auxquelles le musée participe dans le monde entier, alors même que le cadre budgétaire de plus en plus corseté imposé par les circonstances conduira à l’abaissement des normes professionnelles en usage pour le transport des œuvres d’art.

Dommage scientifique ensuite. Les réserves ont été, sont et demeureront toujours le vivier de la recherche fondamentale de tout musée digne de ce nom et au premier chef du Louvre, en lien organique avec les très riches bibliothèques et documentations créées au fil des années pour chacune des disciplines que représentent les huit départements constitutifs de l’institution. Les chercheurs du musée utilisent sans cesse ces réserves, ils y accueillent régulièrement et correctement les scientifiques français et étrangers qui se pressent à Paris. Tout cela deviendra extrêmement difficile, voire impossible en cas de transfert à Liévin. Les œuvres seront alors coupées de l’infrastructure scientifique et intellectuelle dont elles bénéficient aujourd’hui, elles seront confinées dans une surface « compactée » au maximum. Les locaux annexes et le personnel dédiés à l’accueil des chercheurs se trouveront immédiatement engorgés face à l’afflux des demandes concentrées en un seul lieu.

Dommage écologique et financier enfin. Les deux cents kilomètres séparant Paris de Liévin entraîneront une hausse spectaculaire des frais de fonctionnement du musée, avec pour corollaire probable une baisse de la qualité de son offre culturelle, ainsi qu’une dégradation importante de sa participation à la réduction de l’empreinte carbone de notre pays par le recours constant qui devra être fait au transport routier.

Il n’est pas encore dit qu’au pays de Voltaire la raison ait perdu tous ses droits ! En conséquence, afin d’éviter une aberration artistique, culturelle et financière sans précédent, nous, signataires de cet appel, dévoués à la cause de ce fleuron de la culture que le monde nous envie, avons l’honneur de nous adresser à vous, Monsieur le Président, pour une révision totale du projet en faveur de solutions de bon sens alliant l’indispensable protection des œuvres d’art à la poursuite du développement de ce Louvre qui appartient à tous. A cet effet, nous vous demandons instamment de bien vouloir faire étudier les différentes alternatives possibles, tant au sein du palais lui-même que dans son environnement proche.

Nous invitons l’ensemble des citoyennes et citoyens de bonne volonté, en France, en Europe et partout dans le monde à se joindre à notre démarche en signant le présent appel et en le diffusant le plus largement possible.

 

Comité de parrainage :  Daniel ALCOUFFE ; Daphna BENTOR ; Geneviève BRESC ; Dominique CHARPIN ; Michel CHAUVEAU ; Danielle GABORIT ; Jean-René GABORIT ; Jean-Marc LUCE ; Frédéric MAGUET ; Krzysztof POMIAN ; Jacques REVEL ; Didier RYKNER ; Françoise VIATTE.

The Louvre is in Danger : Against the Plan to dismantle its Collections.

 

We appeal to the French President

 

Mr. President, the Louvre museum, which was founded in 1793 for the safe-keeping and display of the nation's artistic heritage, is under one of the most serious threats of its history.

It has been decided to remove the works of art which are held in its reserve at the moment, in order to transfer them to Liévin, commune of Nord-Pas-de-Calais, two hundred kilometres from Paris, with inadequate rail connection, to be stored in a building, still in the planning stage, called "Conservation pole of the Louvre Museum".  Initially the reason for this removal was to safeguard some part of the art works in case of a potential centennial flooding of the river Seine.  Through the reason of this removal was to safeguard some of art works in case of a potential flooding of the river Seine it has now been extended to all the storages held in the palace.

The consequences of this decision, detrimental to the future of the Louvre, can be seen in the light of three threats.

Firstly, harm to the national Heritage : as has been shown in the past on a smaller scale, the transport en masse of hundreds of thousands of objects of various shapes and sizes, is likely to lead to serious damage or loss of any number of them.  This damage of major heritage works of art remains a serious on-going risk, given the repeated journeys to and fro between Paris and Liévin, necessary and inevitable in the course of up-dating shows in the galleries, essential conservation carried out routinely on the works, and, above all, in the handling required when preparing exhibitions organized all over the world in which the Louvre is called upon to participate. Given the budgetary restrictions imposed by the current financial climate, a down-grading of professional standards is to be feared.

Secondly, scientific damage : the reserves have been, are, and always will be, a source of fundamental research which every reputable museum, and first and foremost the Louvre, must foster, linked in with the priceless libraries and documentation accumulated over the years for every discipline represented in the eight constituted departments of the institution.  The researchers within the museum are constantly using these reserves, they are frequently and legitimately visited by foreign, as well as french, scientists who come from all over the world to Paris. This essential research will become problematic, and even impossible, if the reserves are transferred to Liévin. The works of art will be deprived of the intellectual and scientific infrastructure from which they benefit today, they will be confined in a smaller space.  The annexe premises and the staff needed to welcome researchers will be rapidly overrun by the influx of requests concentrated in a single place.

Lastly and not least, financial and ecological risks : the two hundred kilometres which separate Paris from Liévin will bring about a spectacular rise in the running costs of the Louvre, collateral damage of this added cost will show up in the potential degradation of the quality of the cultural offer.  To be taken into account also is the increase in the carbon footprint of our country, given the inevitable journeys to be made by road.

Let it not be said that in Voltaire's homeland, common sense has lost its footing!  Consequently, to avoid an artistic, cultural and financial aberration, as yet unequalled, we, the signees of this appeal, who are devoted  to the cultural flagship that is the Louvre, beloved and respected by the whole world, are appealing to you, Mr. President, to completely re-think the plan.  We desperately hope that a better in-house solution may be found, one in which common sense and good guardianship, for the pursuit of development of the Louvre which belongs to us all.  To this end, we urgently request that a diligent study be carried out of the various possible alternatives, within the heart of the palace and its surrounding facilities.

We invite everyone in the world who loves the Louvre and all it stands for, to join our plea, to sign our petition and spread it far and wide.

Sponsoring committee : Daniel ALCOUFFE ; Daphna BENTOR ; Geneviève BRESC ; Dominique CHARPIN ; Michel CHAUVEAU ; Danielle GABORIT ; Jean-René GABORIT ; Jean-Marc LUCE ; Frédéric MAGUET ; Krzysztof POMIAN ; Jacques REVEL ; Didier RYKNER ; Françoise VIATTE.

Cette pétition a été remise à:
  • Monsieur le President de la Republique


    Georges DANTON a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 3 035 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Georges compte sur vous aujourd'hui

    Georges DANTON a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le President de la Republique: Annuler le projet des réserves du Louvre à Liévin”. Rejoignez Georges et 3 034 signataires.