Pétition fermée

Pour la rédaction d'une nouvelle constitution et de nouvelles institutions pour la France

Cette pétition avait 59 signataires


Pour la rédaction d'une nouvelle constitution et de nouvelles institutions pour la France à proposer à adopter par référendum.

Je demande la rédaction d'une nouvelle constitution pour la France basée sur le respect des Droits Fondamentaux dans l'exécution des pouvoirs comme dans le fonctionnement des nouvelles institutions à créer. Pour faire enfin de la France une démocratie.
Une nouvelle constitution qui se base sur les textes de la page Une nouvelle constitution pour la France pour instaurer en France une vraie démocratie directe où l'être humain prime sur l'économie et les intérêts financiers, politiques ou doctrinaires. Où le peuple sera constamment sollicité pour décider de son avenir sainement.
Une nouvelle constitution dont l'adoption est à présenter aux peuples de ce pays avant la prochaine élection présidentielle de 2017.
Pour que la France devienne ce qu'elle aurait dû être depuis 1789 et pour que cessent le fascisme économique actuel et l'impunité des fascismes religieux et politiques.

Je fais partie de ceux qui n'ont jamais eu l'occasion de voter pour des idées et un programme politique qui seraient les miens.

J'ai toujours voter contre.

Je ressens une grande honte de ce que devient mon pays et de ce que deviennent mes compatriotes.

J'ai toujours dû combattre par le vote le retour de la servitude des peuples de France pour le profit des privilégiés.

J'ai toujours dû combattre par le vote contre ces idées que je croyais interdits par les lois et la constitution de mon pays après le désastre de la seconde guerre mondiale et qui sont revenues en toute impunité. Je croyais que le serment «plus jamais ça» avait été adopté dans les textes de la France pour que ces ignominies ne reviennent jamais par la faute de notre pays.

Je me suis alors demandé pourquoi tout cela arrivait ? Comment cela pouvait-il être possible ?

Passionné d'Histoire et conscient du penchant inné des humains pour l'auto-destruction et le totalitarisme, j'ai alors étudié la constitution de la 5ème république et j'ai essayé et comprendre ce qui clochait dans ce texte et dans nos institutions sensées servir les intérêts du peuple. Ce que j'ai découvert m'a horrifié.

 La France n'est pas et n'a jamais été ce que la révolution a, un court temps, voulu instaurer.

La France n'est pas et n'a jamais été le pays des Droits de l'Homme.

La France n'est pas un pays démocratique. Ce n'est pas vous qui décidez qui va vous représenter et de la politique qui sera appliquée, ce sont les partis politiques. Et une fois au pouvoir, il ne faut jamais l'oublier, ils font ce qu'ils veulent jusqu'au(x) terme(s) de leur(s) mandat(s) ! A commencer par ne pas respecter leurs programmes, s'ils s'étaient donnés la peine d'en avoir un. Vous ne savez pas pour qui vous votez. Le pedigree des postulants ne vous est pas détaillé et vous ne pouvez pas avoir accès à certaines informations qui vous sont interdites. Très peu des élus le sont avec la majorité des voix des inscrits. La plupart sont "élus" par défaut parce qu'ils sont arrivés en tête. Ils ne sont donc pas légalement élus. Le premier ministre qui gouverne n'est même pas élu et peu ne pas être un élu. Le Sénat, qui possède un grand pouvoir, n'est pas élu au suffrage universel direct. Autrement dit il n'est pas élu par vous. Et évidemment des idées criminelles anti-démocratiques, condamnées historiquement et illégales selon nos lois, sont tolérées pour participer à nos élections.

Que manque-t-il à la France pour être une Démocratie : que le mot élu ait un sens.

La devise de la France: "liberté, égalité, fraternité" n'est qu'une chimère.

Nous protégeons le fascisme sous toutes ses formes car ses idées de restrictions des libertés, de censures, de prolifération des peurs, et de répressions sont partagées par une majorité de ceux qui dirigent réellement notre pays. Ceux sont leurs fonds de commerce qui leur permettent de se maintenir au pouvoir, de contrôler la majorité d'entre nous et de s'enrichir toujours plus.

Des décennies de déresponsabilisation ont fait des français des ignorants sur les principes de la Démocratie et des Droits Élémentaires dits Fondamentaux, tels les Droits de l'Homme (être humain), de la femme et de l'enfant. Nous en avons oublié nos besoins élémentaires. Ceux-là même qui nous permettent de nous sentir libres et civilisés au milieu des autres. Nos aspirations naturels dictés dans ces principes.

Nous sommes depuis plus de trois décennies embarqués par les politiques à adopter et à subir un libéralisme économique ou l'être humain n'est plus qu'une marchandise. Jetée lorsqu'elle ne rapporte plus.

Les intérêts personnels de ceux qui s'attribuent les pouvoirs et se placent au-dessus des lois et de la justice nous condamnent à la misère par leur entêtement à continuer de suivre ce libéralisme économique sauvage et à s’octroyer d'insupportables privilèges ainsi qu'à leurs amis.

Les intérêts personnels de ceux qui s'attribuent les pouvoirs et se placent au-dessus des lois et de la justice nous condamnent à la dictature politique ET religieuse par le neuneuisme qu'ils distillent sournoisement avec l'aide des médias pour, là-aussi, nous faire croire que nous n'avons pas le choix.

Trente cinq ans de libéralisme économique ont transformé les peuples de notre pays en des égoïstes inhumains avides de se remplir les poches sans se remplir l'esprit. Des asociaux ne vivant que pour l'instant sans se soucier de préparer l'avenir.

Nous sommes devenus des américains. Ceux-là même que nous regardions il y a à peine vingt ans comme des êtres insensibles et méprisant du reste de la planète ou de leurs propres concitoyens. Nous sommes comme eux maintenant.

On nous a vendu cette utopie et l'on continue d'essayer de nous faire croire que ce mode de pensée égoïste et irresponsable ambiant, voué au profit sans fin et à au suicide environnemental, est la seule solution. Et pourtant les cadavres du "profit à tout prix" et de "l'économie triomphante" sont en putréfaction depuis longtemps. Notre société est en récession depuis 1973. Il n'y a pas eu plusieurs crises. En fait nous vivons le déclin d'une utopie hypocrite.

Notre avenir est inexistant dans cette voie. Et l'on nous désinforme médiatiquement justement pour que l'on continue vers cette seule voie sans issue. Car elle rapporte beaucoup à ceux qui comptent pour cette doctrine économique sauvage et qui se croient immunisés par leur pouvoir et leur argent.

Nos institutions, même judiciaire ou policières, ne sont pas indépendantes et n'agissent que sur autorisation du pouvoir en place. Il suffit de vous poser la question de votre sentiment de sécurité actuel lorsque vous marchez dans les rues ou lorsque vous prenez un transport en commun, pour vous en persuader.

Et dans ce gâchis général, les peuples ne comptent plus. Les états n'existent plus. Nos dirigeants ne sont plus que des membres de conseils d'administration et des experts partiaux incompétents aux ordres des seuls gens qui comptent encore. Et dont nous ne ferons jamais partie.

Aucun avenir n'est tracé. Et ceux qui peuvent le faire n'essayent même pas. On ne pense plus que «courbes de profits à réaliser» et «objectifs à courts termes». Se contenter de ce que l'on a ne suffit plus. Seuls des objectifs financiers nous sont montrés comme notre horizon. On nous vend que le maintient du PIB de la France est notre seul objectif collectif. Nous sommes pitoyables.

 Soixante dix ans après le plus grand gâchis mondiale en vies, la même haine imbécile remontre son visage haineux dans une indifférence presque générale entre deux élections, et est plébiscitée par des irresponsables criminels dans les médias, les discours politiques et les urnes.

La bêtise ambiante orchestrée médiatiquement est prête à défendre tout et n'importe quoi pour des principes de liberté vidés de leurs sens, au mépris des leçons de l'histoire.

Le grand «n'importe quoi» règne et les profiteurs sont aux aguets.

 Ce qui nous agresse, nous menace, nous détruit porte toujours les mêmes noms et se reconnaît par les mêmes signes extérieurs. Notre instinct profond nous permet encore de l'identifier, au mépris de notre lâcheté à le dénoncer sous toutes ses formes.

Les intégristes de ces idées veulent restreindre nos libertés. Nous dicter ce que nous avons le droit de penser, de dire ou de faire.

 L’Être Humain ne va plus nulle part. L'Humanité a cessé d'évoluer. L’Être Humain régresse. D'où la prolifération du retour des idéologies religieuses et politiques qui remontrent leurs faces intolérantes et liberticides. Ils guettent les plus perdus d'entre nous pour les endoctriner. Car ils savent que lors de périodes de doutes ou de paniques, ils peuvent en profiter pour prendre le pouvoir, se laisser aller à leurs bas instincts violents et se remplir les poches. Ils pourront lâcher leur haine contre la liberté qu'ils abhorrent. Ils sont déjà les invités des médias sur les plateaux ou dans les fais divers meurtriers. Ils nous guettent dans les rues leur livre à la main ou dans leur tête. Ceux à l'extérieur de notre pays nous surveillent, nous font signer des traités commerciaux infâmes ou nous attaquent, sans que quiconque en ayant le pouvoir, n'en tire les conséquences et les décisions à prendre. Ceux bien de chez nous attendent leur heure, un soir de prétendue résultat électorale démocratique, pour commencer de frapper.

 Face à ce tableau dégouttant, aucune voix ne s'élève plus pour proposer des idées.

Nous vivons une omerta de la défense des libertés et de la nécessité d'une réflexion pour tout remettre en question.

Comme si les grandes idées n'existaient plus.

Comme si une fatalité générale nous imposait la médiocrité et le suicide collectif comme choix politique.

Comme si adhérer au consensus général était devenu indispensable pour briguer le pouvoir.

 Les institutions de notre pays sont au cœur de ce délaissement ressenti par tous. Ils sont les acteurs de notre inégalité, notre méfiance, notre haine des uns envers les autres. Leur allégeance au parti vainqueur en place nous condamne à notre sentiment d'injustice et de liberté sous surveillance. Nous vivons tous en liberté conditionnelle. Leur incapacité à défendre les valeurs pour lesquelles elles ont été créées est responsable de notre insécurité bien réelle. Ces institutions sont une des plus grandes causes pour laquelle la France n'est pas un pays exemplaire, très loin de là, et de notre sentiment d'être livré en pâture aux vautours.

On dit, et c'est un fait, que l'éducation est la meilleure arme contre la délinquance, l'asociabilité, l'intolérance et la haine. Or la meilleure éducation c'est l'exemple ! Quels exemples avons-nous en France et dans les médias ? Quel exemple présentons-nous au reste du monde ? Quel exemple et choix de société proposons-nous à ces jeunes qui se perdent dans la haine d'eux-même et des autres ou dans le profit à tout prix, au mépris des autres ? Tout n'est qu'une façade.

Toutes les grands idées à l'origine de notre nation sont interdites et violées constamment, et surtout de la bouche de la plus part de ceux qui s'arrogent le Droit de les représenter et qui les dévoient en les implorant pour défendre l'indéfendable.

Et pourtant ces grandes idées existent toujours. De celles qui attendent pour protéger l’Être Humain. De celles qui donnent un avenir à l'espèce humaine et à notre planète. Des garde-fous naturels et simples jamais appliqués. Car trop dangereux pour ceux qui briguent le pouvoir. Des idées issues de l'apprentissage des leçons de l'Histoire.

Ceux sont les espoirs ancestraux de tout être humain à vivre libre et heureux sans craindre les autres dans un respect mutuel et une société laïque.

Ils existent dans la fusion des aspirations au Droit à la dignité, à la justice, à l'équité et au respect pour tous : Ils se nomment les Droits Fondamentaux.

C'est une fusion entre l'esprit des Droits de l'Homme, les vrais de 1948 jamais ratifiés et appliqués par la France, les Droits de la femme, les Droits de l'enfant et le besoin vital de conserver notre environnement et notre planète pour simplement ne pas mourir massivement. Le tout dans une version plus moderne. Et ils sont bien plus forts que la pâle et vide expression médiatique que l'on en donne. Ils sont indivisibles et non applicables individuellement inconditionnellement, contrairement à la manière dont on nous les vend dans les médias, sciemment, afin de détruire leur application possible.

 Les politiciens et leurs partis ne sont pas à la hauteur de notre époque et des défis que l'Humanité s'est créée. Seuls les peuples peuvent agir en se réappropriant leur avenir.

 Nos institutions et notre constitution assassinent nos Droits et notre liberté chaque jour un peu plus et à chaque élection bien plus encore. Elles laissent régresser notre société vers l'ignominie et la criminalité des fascismes de nouveaux triomphants. Elles laissent des lois iniques être votées. Elles nous menacent et nous agressent par l'injustice qu'elles font régner.

Le premier acte pour nous redonner un avenir est de reprendre notre destiné en main et de changer cette constitution et ces institutions. Il faut en finir avec la cinquième république.

Une ébauche de ce qu'ils nous faudrait en remplacement est sur la page Une nouvelle constitution pour la France. Je vous encourage à en défendre le contenu et à diffuser ses idées, et à inciter vos connaissances à signer cette pétition massivement..

 Nous devons refaire un serment de ne plus laisser les profiteurs et les criminels menacer nos vies.

Ce serment fût déjà fait, un court instant, en 1789 au jeu de paume à Versailles. Le peuple fût trahit et n'acquit jamais le pouvoir et subit toutes les politiques jusqu'à nos jours. Il fût refait en 1948 à la création des Nation Unies pour que "plus jamais ça" n'arrive ! Mais "ça" menace de se reproduire. Il est temps d'instaurer une vraie Démocratie directe et des Droits qui nous protègent des irresponsables et des criminels.

Faisons en sorte, maintenant, que la France soit ce qu'elle aurait dû être depuis 1789. Car la seule alternative prise en ce moment par les français pour nous protéger du fascisme économique est de vouloir mettre au pouvoir des fascistes politiques. Mais au lieu de résoudre nos problèmes, on affrontera et subira juste une menace de plus, et nationale cette fois. Vous ne serez plus à l'abri nulle part…

 Et la France remplacera dans l'inconscient collectif et les livres d'Histoire, l'Allemagne des années 1930 et 1940, comme le peuple le plus ignoble de toute l'Histoire de l'Humanité.

Nous devons faire notre deuxième révolution qui, en fait, sera la première.

Signez et faites signer cette pétition pour que nous soyons des millions à demander sainement la mise en place de la première étape du grand changement que ce pays et le monde occidental attendent. Pour que la France remontre le chemin.

Toutes les gouttes d'eau rejoignent un océan...



Charlie compte sur vous aujourd'hui

Charlie RESISTANT a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur le Président de la République française François Hollande: Pour la rédaction d'une nouvelle constitution et de nouvelles institutions pour la France”. Rejoignez Charlie et 58 signataires.