NON A LA METHANISATION COLLECTIVE DANS LA VALLEE DE L'OSSE ET DU LIZET

NON A LA METHANISATION COLLECTIVE DANS LA VALLEE DE L'OSSE ET DU LIZET

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
ABIVIA (GERS) a lancé cette pétition adressée à Monsieur le Préfet du Gers

     Dans cette vallée gersoise, un projet de 10 millions d’euros est porté par deux agriculteurs pour installer une unité de méthanisation. Soutenus par banques et sociétés financières de l’énergie, ils prévoient d’y raccorder une conduite de gaz d’avance surdimensionnée, de 14 km, pour rejoindre le réseau GRDF. Cela anticipe une augmentation de la production et ouvre la voie à une dizaine de méthaniseurs dans un rayon de 40 km autour d’Auch. Ce n’est qu’un début pour le Gers, comme on le constate dans d’autres régions.

Qu’est ce que la méthanisation ?

     Un procédé chimique industriel qui transforme par fermentation, dans d’immenses cuves, les matières organiques (lisiers, fumiers, résidus agricoles, entre-cultures, cultures dédiées, déchets des collectivités, de l’agro-alimentaire, produits carnés, boues de station d’épuration, huiles, etc.) pour produire à peine 10% de gaz soit disant vert, « le biogaz »mélange de méthane, CO2, sulfure d’hydrogène (gaz mortel) et gaz toxiques et irritants. Les 90% restants forment le digestat, présenté comme un bon engrais « naturel » qui sera épandu sur les terres nourricières.

    Pourtant, aucune étude scientifique complète et indépendante ne permet aujourd’hui d’affirmer les vertus de ce digestat. Au contraire, de nombreux scientifiques alertent sur son effet destructeur, épuisant les sols au lieu de les fertiliser, et toxique pour les vers de terre et les abeilles…

Nous ne refusons pas la méthanisation à l’échelle d’une ferme qui traite ses vrais déchets agricoles pour produire sa propre d’énergie

 

Problèmes et nuisances envers les populations et l’environnement :

Ø  Odeurs nauséabondes sur plusieurs km, gaz toxiques autour du site et des zones d’épandage.

Ø  Nuisances sonores : activité du site, trafic continu des camions transportant déchets et digestat sur des routes inadaptées, dont l’entretien est à la charge des contribuables…

Ø  Risques sanitaires et environnementaux avec des accidents de plus en plus fréquents (incendies, explosions, fuites de gaz, de lisiers, de digestat, épandages…) pollution de l’air, des sols et des eaux,  présence de pathogènes non éliminés par la température de fermentation…

Ø  Dégradation des sites naturels, perte d'attractivité du territoire, dépréciation du patrimoine immobilier, sans garantie de compensation par les exploitants.

Ø  Disparition des terres vivrières pour faire de l’énergie dans un contexte de déficit hydrique sur le Bassin Adour Garonne, d’une qualité de ses eaux à améliorer et d’une baisse des rendements annoncés. Nous ne pouvons plus ignorer les effets du changement climatique  dans notre département,

 

Le choix du site, prévu sur le bassin versant de l’Osse et du Lizet, en amont de Vic Fezensac :

Ø  Il est au coeur d’un territoire habité avec beaucoup de riverains proches, très concernés par les installations : stockage, cuves, torchère brûlant les gaz nocifs, etc…

Ø  Il subit déjà d’importants ruissellements lors des épisodes de fortes pluies qui, conjugués avec la zone inondable de l’Osse, en-dessous, accentueront le risque de pollution des eaux, jusqu’à Condom et au-delà.

Ø  Il est proche de la Zone Natura 2000, mettant en péril l’équilibre créé avec éleveurs, agriculteurs et communes pour protéger la précieuse biodiversité qu’elle abrite.

Ø  Il impactera la création du Parc Naturel Régional d’Astarac, projet porteur par tous les acteurs du territoire conscients de la valeur des richesses de notre patrimoine historique, naturel et paysager.

Nous ne pouvons accepter que l’on nous impose de telles installations soumises à de simples déclarations et gérées par les exploitants, sans contrôles externes et indépendants, sans tenir compte de l’avis des populations concernées !

Nous voulons protéger une agriculture paysanne durable et nourricière au lieu d’encourager les grosses structures agro-industrielles qui entraînent une augmentation de la valeur du foncier agricole au profit d’une agriculture industrielle mortifère.

Si, comme nous, vous voulez protéger notre département, ses richesses et son bien-vivre qui font la renommée du Gers

                         REJOIGNEZ-NOUS ET SIGNEZ CETTE PETITION

afin d’inciter notre préfet, nos élus, nos candidats, à respecter au moins le principe de précaution pour protéger les populations et l'environnement.

Nous comptons sur votre mobilisation et n'hésitez pas à nous rejoindre sur notre page https://www.facebook.com/ABIVIA-GERS-102112805030028

Pour nous contacter : abivia.gers@gmail.com

Pour plus d'informations, consultez le site du Collectif National Vigilance Méthanisation Canal Historique dont ABIVIA est membre : https://www.cnvmch.fr

 

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !