Victory

Stop à la destruction du centre historique de Perpignan

LE COLLECTIF POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE HISTORIQUE DE PERPIGNAN COMMUNIQUE :

NOUS RAPPELONS QUE :

Perpignan est une cité millénaire qui a su conserver au fil des âges l'essentiel de sa structure et de son parcellaire médiéval, ce qui est d'un intérêt exceptionnel.

Dans la seconde moitié du XX e siècle, les municipalités successives ont laissé se dégrader le centre ancien (logements dégradés, insalubres, marchands de sommeil, population en difficulté, ...). Aussi, après plusieurs années d'études très fines, un secteur sauvegardé du centre ancien a été délimité, et un Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) a été adopté en 2007 par la ville et L’État, afin de définir ce qui devait être conservé au niveau du bâti.


En 2014, estimant que ce plan de sauvegarde était trop contraignant, le Maire actuel, Monsieur Jean-Marc Pujol, décide de sa révision. L'objectif affiché est de "dé densifier". Sous ce prétexte et sans attendre l'approbation d'un nouveau plan de sauvegarde, il a été procédé à des opérations de démolitions irréversibles et dans la précipitation  (presbytère, quartier Saint-Jacques, patrimoine arboré centenaire, ...). Ceci en infraction totale avec le PMSV réglementaire et en contradiction avec l'idée de faire de ce patrimoine un atout pour le rayonnement et le développement de la ville de Perpignan, comme cela a été fait dans la ville voisine de Girona, par exemple.

Plus de 100 ans après la destruction des remparts de la ville, à partir de 1904 (pour ouvrir alors la ville à la modernité... ), il est aujourd'hui envisagé une chirurgie lourde à base de destructions massives ou de projets surréalistes ou carrément délirants !

 

Pourquoi ce manque d'information, de concertation et cette précipitation ?
Les habitants de Perpignan doivent être informés des projets, du devenir du centre ancien et pouvoir dire leur mot. Il y a un besoin réel et urgent de rénovation, de réhabilitation, de lutte contre l'insalubrité, de maintien des populations en place ; le bâti ancien et le parcellaire médiéval doivent être préservés ; Perpignan ne doit pas être livrée aux promoteurs et aux démolisseurs !

NOUS AFFIRMONS :

  • Que le centre ville historique de Perpignan doit faire l'objet d'un plan ambitieux de rénovation, prenant également en compte la question sociale de ses habitants ;
  • Que ce plan doit se baser sur l’expertise la plus actuelle en matière de conservation et de réhabilitation du bâti, avec le souci d’en préserver l’authenticité ;
  • Que la valorisation du patrimoine bâti du centre ancien de Perpignan peut être le socle d'une véritable stratégie de dynamisation économique de notre ville 
  • Que cette rénovation et cette mise en valeur doivent être conduites sans jamais porter atteinte de manière irréversible à notre patrimoine historique ;
  • Que pour cela, le strict respect du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur (PSMV) actuel est une précaution incontournable ;
  • Que toute actualisation de ce PSMV doit être menée sans aucune précipitation, dans la finesse et la totale concertation.

NOUS DEMANDONS :

  • La mise en ligne sur le site internet de la municipalité de l'intégralité du projet de révision du secteur sauvegardé, pour que les habitants soient pleinement informés ;
  • La prolongation de la durée de consultation de la population, jusqu'à fin mars, avant toute décision irréversible;
  • La mise en place d'une véritable concertation pour un plan de protection de de valorisation de l'ensemble du centre ville ancien et pas seulement de quelques bâtiments emblématiques ;
  • La protection du patrimoine arboré indispensable à la respiration et à la régulation thermique du centre ancien.


NOUS EXIGEONS UN MORATOIRE sur tous les projets de démolition du patrimoine bâti et arboré de la ville de Perpignan.

Contacts :

Email : sauveperpi@gmail.com

Twitter : @PerpignanPat

Page Facebook : Stop à la destruction du patrimoine de Perpignan

Suivre le blog du collectif : sauver Perpignan

S'informer et participer au projet wikipédia

Membres fondateurs :
Philippe Assens (agronome - économiste), André Balent (historien, collaborateur du Maitron), Fabricio Cardenas (bibliothécaire), Pierre Coureux (président des Amitiés Internationales André Malraux, AIAM), Laurent Fonquernie (guide-conférencier), Florence Gristi (formatrice), Jean-Bernard Mathon (conservateur-restaurateur de biens culturels), Claire Ponsich (médiéviste, EA1575 Paris-8), Clotilde Ripoull (consultante), Étienne Rouziès (archiviste-paléographe et blogueur), Olivier Savoyat (bibliothécaire).

 

Premières personnalités signataires universitaires, historiens, défenseurs du patrimoine bâti et naturel :

Michel Adroher (langue et littérature médiévale, université de Perpignan), APPMC (Association pour la Protection du Patrimoine et de la Mémoire Collective de la vallée de Carol), Association de Saint Guillem de Combret, Jean-Philippe Alazet (conservateur du patrimoine), Marlène Albert-Llorca (anthropologue, Université de Toulouse), Marie-France Auzepy (médiéviste, université de Paris-8), Florence Babics (architecte du patrimoine, enseignante de l'Ecole de Chaillot, vice-présidente ICOMOS France), Joan Balaguer (moderniste, université Abat Oliba de Barcelone), Geneviève Balestrieri (présidente de la fédération des associations patrimoniales de l'Isère), Martine Boher (guide-conférencière), Cristina Badosa Mont (professeur de littérature catalane, CRESEM, université de Perpignan), Caroline de Barrau (médiéviste, université de Perpignan), Agnès Barruol (chargée de mission patrimoine, conseil départemental des Bouches-du-Rhône), Fernand-Gérard Belledent (conservateur général honoraire des bibliothèques), Nicolas Berjoan (contemporanéiste, université de Perpignan), Jacques Blin (historien, collaborateur du Maitron, Sète), Franco Boggero (historien d'art, surintendance des biens culturels, Gênes, Italie), Patrick de Boissieu (architecte), Gérard Bonet (historien contemporanéiste, directeur du Dictionnaire de biographies roussillonnaises), Jordi Bonet (architecte, ex-director i coordinador de les obres de la basílica de la Sagrada Família Barcelone), Monique Bourin (médiéviste, université de Paris-1), Henri Bresc (médiéviste, université de Nanterre), Pierre Campmajo (archéologue, Estavar, Groupe de recherches archéologiques et historiques de Cerdagne, Amis du musée de Cerdagne), Jordi Camps i Soria (conservateur, MNAC, Barcelone), Sylvie Candau (archéologue), Sylvaine Candille (ex directrice du pôle culture d'Elne), Olivier Canteaut (archiviste paléographe, Ecole Nationale des Chartes), Georges Castellvi (historien, antiquisant, archéologue, CRESEM, université de Perpignan), Manuel Antonio Castiñeiras González (historien de l’art médiéval, universitat autònoma de Barcelona, Institut d’Estudis Medievals), Aymat Catafau (historien médiéviste, université de Perpignan), Daniel Cazes (président de la Societé archéologique du midi de la France, ex-conservateur du Musée Saint-Raymond), Quitterie Cazes (historienne de l'art, université de Toulouse-le-Mirail), Robert Chanaud (ancien directeur des Archives départementales de la Haute-Vienne, président de Rencontre des Historiens du Limousin), Jérôme Chastan (ESPE Créteil), Hélène Chaubin (historienne contemporanéiste, Béziers, IHTP et Maitron), Manon Cheval (professeur d'histoire), Pierre Chevalier (historien, collaborateur du Maitron), Sylvain Chevauché (archiviste paléographe), Josep Clara (université de Gérone, historien contemporanéiste), Jean-Pierre Comps (archéologie, historien, ex-président de l'AAPO, Association archéologie des Pyrénées-Orientales), Sabine Contrepois (professeur d’histoire), Guy Contrepois (professeur d'histoire), Denis Crabol (archéologue, président du Groupe de Recherches Archéologiques et Historiques de Cerdagne), Florenci Crivillé i Estragués (conservateur du musée ethnographique de Ripoll), Françoise Darche (secrétaire de l'APAC, Association pour le Patrimoine des Arts et de la Culture autour du verre, Palau-del-Vidre), Hélène Debax (médiéviste, université de Toulouse-le-Mirail), Joan Domenge Mesquida (historien de l'Art, université de Barcelone), Joan Dorandeu (linguiste), Frank Dory (archéologue, 66), Yves Escape (historien), André Escarra (historien de l’art), Études Roussillonnaises (revue d'histoire et d'archéologie méditerranéennes Études Roussillonnaises), Catherine Faure (docteure en histoire médiévale, université de Limoges), Christian Ferron (professeur de philosophie honoraire), Anne Fiala (présidente Comité Conservation de la Nature des PO), Sabine Foillard (architecte), Michel Fourquet (artiste-plasticien, Rivesaltes), Alain Fourvel (archéologue INRAP), Christelle Frau (chargée du patrimoine et de la catalanité, Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes), FRENE (Fédération pour les Espaces Naturels et l'Environnement), Roger Gardez (président de l'ASVAC, Saint-Génis-des-Fontaines), Emmanuel Garland (historien de l'art),  Pierre Garmy, CNRS-Archéologie des sociétés méditerranéennes, UMR 5140), Joaquim Garriga i Riera (historien de l'art moderne, université de Girona), Pierre Garrigou-Grandchamp (général, docteur en histoire de l'art et archéologie), Jean-Claude Gillet (professeur émérite des universités en sciences de l'éducation), Hervé Giocanti (restaurateur du patrimoine, enseignant à l'ESAA, Avignon), Alain Girard (conservateur, Musées du Gard), Jacques Girault (professeur émérite Paris XIII, historien contemporanéiste, dictionnaire Maitron),  Antoine Glory (porte-parole Mountain Wildnerness), Marie Grau (ex-bibliothécaire IFTC), Pierre Grau (professeur d’histoire, association Maitron Languedoc-Roussillon), Monique Greiner (fondatrice de l'Association des Amis de Mathias Delcor, Palau-de-Cerdagne), Benoît Grévin (médiéviste, université de Paris-1), Christian Guiraud (sociologue, président des Etudes sur l'Hérault), Jacqueline Hoareau-Dodinau (directrice des Presses universitaires de Limoges, historien du droit, université de Limoges), Pascal Hussonois (urbaniste indépendant), Isabelle Jubal-Desperamont (restauratrice du patrimoine, Perpignan),  Eduard Juncosa Bonet (médiéviste, universidad Complutense de Madrid), Tarek Kuteni (directeur du Musée de Bélesta), Christine Langé (directrice des Archives dép. 93, ancienne directrice des Archives 66), Gilbert Larguier (moderniste, université de Perpignan), Robert Lavall (président de l'association touristique des ermitages, Argelès-sur-mer), Daniel Le Blévec (médiéviste, université Montpellier-3), Gérard Leidet (historien contemporanéiste, collaborateur du Maitron, Marseille), Pierre-Yves Le Pogam (conservateur, Musée du Louvre, Paris), Erola Simon Lleixa (conservatrice de l'Arxiu històric comarcal de la Cerdanya, Puigcerdà), Henri Loreto (ancien conservateur départemental des objets d'art), Peter Mac Phee (historien contemporanéiste, université de Melbourne) Àngels Mach (présidente de la Societat andorrana de ciències, Andorre), Marc Maillet (président de FRENE66, Perpignan), Marc Maire (restaurateur du patrimoine, enseignant à l'ESAA, Avignon), Géraldine Mallet (professeur d'histoire de l'art médiéval, université de Montpellier III Paul-Valéry), Alain Marinos (architecte-urbaniste, ancien directeur de l'École de Chaillot), Rosa Maria Martín i Ros (historienne de l'art médiéval, Barcelone), Michel Martzluff (archéologue, préhistorien, maître de conférences, UPVD), Joan-Lluis Mas (président association Terra dels avis, Elne), Christian de Mérindol (médiéviste, conservateur du Patrimoine), Mireia Mestre (chef service restauration, MNAC, Barcelone), Jean-Michel Mestres (rédacteur en chef adjoint, Urbanisme), Françoise Mignon (Linguiste, Université de Perpignan),  Jean-Mary Militon (association la cellere, Marquixanes), Francesc Miralpeix (moderniste, université de Gérone), Rubén Molina (historien, chargé de mission à Canigó grand site, Prades), Joan Nogué (directeur de l'Observatoire catalan du Paysage), Jérôme Montcouquiol (critique d'art), Jean-Louis Olive (sociologue, ethnologue, CRESEM, Université de Perpignan), Anna Orriols (historienne de l'art medieval, universitat autònoma de Barcelona), Yann Pajot (charpentier et expert en patrimoine maritime), Josep Paret Pey (centre de restauration de la Generalitat de Catalunya), Montserrat Pagès i Paretas (MNAC, Barcelone), Elisabeth Pardon (la montagne des orgues, association Saladini, Speloncato, Corse), Olivier Passarius (archéologue, Pôle archéologique départemental des P-O), Henri Payri (président association sauvegarde du patrimoine, Mosset), Jacqueline Payrot (présidente association capbreu, Argelès-sur-mer), Rémi Pech (historien contemporanéiste, ancien président de l'Université Jean Jaurès de Toulouse), Françoise Pellicer (historienne de l’art moderne, université Paul-Valéry de Montpellier-3), Stéphane Péquignot (médiéviste, EPHE), Claude Pennetier (historien contemporanéiste, CNRS, directeur du Maitron), Louis Peyrusse (maitre de conférence histoire de l'art en retraite, université Toulouse-le-Mirail), Annie Pézin (archéologue, AAPO, INRAP), Jacques Philippon (conservateur général du patrimoine honoraire, France), Maurice Picco (Porte-parole Nature et Progrès), Jean-Michel Poisson (médiéviste, CIHAM-UMR 5648 université de Lyon2), Olivier Poisson (architecte, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis), Valérie Porra-Kuteni (archéologue, Pôle archéologique départemental des P-O), Marc du Pouget (ancien directeur des archives départementales, Chateauroux), Enric Pujol Casademont (ex-directeur de la Casa de la Generalitat à Perpignan, directeur du Museu de la retirada de la Jonquera, historien contemporanéiste), Isabelle Rambaud (directrice des Archives départementales de Seine-et-Marne), Magali Rieu (archives départementales des P-O), Olivier Rimbault (CRESEM, université de Perpignan), Juliette Rollier (restauratrice du patrimoine), Anne-Marie Romero (journaliste honoraire spécialisée dans le Patrimoine et l'Archéologie, romancière), Antoine de Roux (géographe, spécialiste de la géographie historique et urbaine de Perpignan), Flocel Sabaté (médiéviste, université de Lleidà), Céline Sala (historienne moderniste, université de Montpellier- 3), Mauro Salis (historien d'art, université de Cagliari, Sardaigne, Italie), Emmanuelle Santinelli (médiéviste, université de Valenciennes), Pierre Schill (historien, contemporanéiste, Montpellier), Jean-Claude Schmitt (médiéviste, EHESS), André Scobeltzine (architecte, dessinateur), Julien Sempéré (historien moderniste, université de Paris-Descartes), Georges Sidéris (médiéviste, université de Paris 4-Sorbonne), Paula Stanciu Popoiu (directrice du Muzeul National al Satului "Dimitrie Gusti", Bucarest, Roumanie), Marie-Pasquine Subes (historienne de l’art médiéval, université de Perpignan), Marc Sureda i Jubany (conservateur, Musée de Vic), Martine Tandeau de Marsac (présidente de l'association Connaissance et sauvegarde de Saint-Léonard, cofondatrice du Moulin du Got), Romain Telliez (médiéviste, université de Paris 4-Sorbonne), Hélène Thieulin-Pardo (littérature hispanique médiévale, université de Paris 4-Sorbonne, rédactrice en chef de la revue électronique e-Spania), Anna Thirion (docteur en histoire de l'art roman), Dominique Thoirain (géographe, docteur en sciences de l'éducation, ex-chargée de cours à l'université de Kharkov, écrivain), Louis Thouvenot (Botaniste, Perpignan), Mimi Tjoyas (architecte, Perpignan), Paul Tirand (historien de Castelnaudary et de la franc-maçonnerie languedocienne), Joseph Travé (ancien président du Comité de Conservation de la Nature des P-0, directeur de recherche honoraire du CNRS - Laboratoire Arago), Cyril Trépier (géographe géopoliticien, université Paris 8-Saint Denis, Institut Français de Géopolitique), Rodrigue Tréton (médiéviste, FRAMESPA-UMR 5136, université de Toulouse2), Bernadette Truno (écrivain), Corinne Van Hawermeiren (conservatrice et restauratrice des musées de la Ville de Liège), Barbara Von Langheim-Monheim (docteure en histoire médiévale, Aix-la-Chapelle), Catherine Verna (médiéviste, université Paris 8), Éliane Vergnolle (historienne de l’art roman, vice-présidente de la société française d’archéologie,) Robert Vinas (docteur en histoire médiévale), Laurent Vissière (médiéviste, université de Paris-4), Marie-Claire Zimmermann (littérature hispanique, université de Paris 4-Panthéon-Sorbonne, ex-directrice du CEC (Centre d’Etudes Catalanes) de la Sorbonne, IEC de Barcelone), Michel Zimmermann (médiéviste, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, IEC-Institut d’Estudis Catalans de Barcelone) ...

Premières personnalités du monde culturel et artistique :

Patrick Antczak (dit Tczak, artiste peintre), Berenguer Ballester (journaliste, radio Arrels), Anna Besson (musicienne), Roland Besson (compositeur, interprète), Dominique Bourquin (Metteuse en scène, comédienne),  Briane Blanc (musicien compositeur), Nicolas Caudeville (bloggeur, Perpignan), Kevin Courtois (libraire), Lucie Chillon (compositeur interprète), Thierry Delory (dessinateur), Mélina Dufraigne (journaliste photographe), Michel Fourquet (artiste-plasticien), FUSY (Photographe), Guy Gouëzel (journaliste, écrivain, directeur de publication, ex-directeur de rédaction aux Éditions Atlas), Didier Hage (musicien), Paul Hallenaut (photographe), Noël Hautemanière 5photographe), Roger Karoubi (artiste peintre), David Kilembé (compositeur interprètre), Wilfried Lamy (musicien), Inès Léraud (journaliste, France culture), Christophe Levillain (photographe), Joseph Maureso (artiste-plasticien), Philippe Meunier (metteur en scène), Michèle Mira-Pons (écrivain et journaliste), Didier Page (photographe), Bernard Revel (journaliste),  Didier Rykner (journaliste, La Tribune de l'Art), Joseph Saadna (musicien représentant de la Rumba catalana), Sylvain Sartre (chef d'orchestre, compositeur), Bertille de Swarte (professeur de chant, directrice artistique), Jordi Taurinya (el casal del conflent), Dinh Thi Tien (photographe), Sarah Thouvenot (professeur de musique), Joseph Tolza (écrivain), Bernadette Truno (écrivain), Soledad Zarka (chorégraphe, danseuse),

Premières personnalités signataires du monde politique et syndical :

Philippe Assens (adjoint au Maire de Nohèdes, vice-Président de la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes), Francesc Bitlloch (ANC : Assemblea Nord-Catalana), Christian Blanc (ancien Maire des Angles), Sylvie Candau (Maire de Dorres), Francis Daspe (Secrétaire départemental PG66), Catherine David (Confédération Paysanne), Yves Escape (adjoint au Maire, Pézilla la Rivière), Françoise Fiter (Conseillère Départementale), Nicolas Garcia (Conseiller Départemental, Secrétaire départemental PCF66), Nicole Gaspon (ancien conseillère municipale de Perpignan), Monique Greiner (Conseillère municipale de Palau-de-Cerdagne), Martine Jullian (adjointe au Patrimoine, ville de Grenoble), Bernard Loupien (Maire de Taurinya, Président de la commission culture de la communauté de Communes Conflent-Canigò), Katia Mingo (Secrétaire départementale EELV), Miquel Mayol i Raynal (ancien Député européen), Jérôme Parrilla (adjoint au Maire d'Ille sur Têt, Conseiller communautaire Roussillon Conflent), Francis Quinta (adjoint au patrimoine, mairie de Canohès), Jean-Pierre Sarret (adjoint au patrimoine, Lagrasse, Aude), Jacques Taurinya (Maire de Baillestavy, vice-président du Syndicat Mixte Canigò Grand Site), Enric Vilanova Cortassa (secrétaire départemental ERC), Nicole Wolkonsky (conseillère municipale déléguée au patrimoine, Arles-sur-Tech), Jean-Claude Zaparty (Secrétaire fédéral CGT66), ...

Le collectif a reçu le soutien de :

CGT (Confédération Générale du Travail), EELV (Europe Écologie les Verts), ERC (Esquerra Republicana de Catalunya), FI (La France Insoumise), PCF (Parti Communiste Français), PODEM (Podemos en Girona), PG (Parti de Gauche), RCP (Rassemblement Citoyen et Politique) ...

This petition was delivered to:
  • Maire de Perpignan
    Monsieur Jean-Marc Pujol


    Collectif pour la sauvegarde du centre historique de Perpignan started this petition with a single signature, and won with 1,836 supporters. Start a petition to change something you care about.