UN REFUGE POUR LES CHATS DU BOULONNAIS

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Pétition adressée aux 74 maires du Boulonnais

Depuis le 15 juillet 2017, le refuge de la Fourrière de l’Ecuelle Trouée, dans le Boulonnais a été fermé sur ordre de la Préfecture. Ce refuge, géré par une communauté d’agglomération fonctionnait illégalement depuis presque 20 ans. Le code rural précise en effet qu’un refuge doit être géré par une fondation ou une association de protection animale. Le gestionnaire de la fourrière a également des obligations légales et doit assurer le devenir des chats et chiens à la sortie de fourrière.

La communauté d’agglomération du boulonnais, par voie de presse, en septembre dernier, avait donc annoncé des accords avec des refuges hors boulonnais (LPA Calais, SPA St Omer, SPA Canche Authie) pour répondre à cette obligation et assurer une solution au manque de place en structure refuge.

Qu’en est-il donc de leurs belles promesses ?
Plus de dix-huit mois après l’annonce de la fermeture du refuge de l’Ecuelle Trouée, aucune convention n’a été signée. Aucune structure refuge hors boulonnais n’a sorti de chats de la fourrière de l’Ecuelle trouée.

Dans le boulonnais, les animaux sortant de fourrière sont proposés et pris en charge par la SPA du Boulonnais mais aussi par des associations de protection animale ne disposant pas de refuge, ce qui est contraire au Code Rural. C’est pourquoi nous tenons à mettre en place un refuge. Sur les 8 premiers mois de l’année 2018, 44 chats ont été proposés à l’AECB par la fourrière. Sur ces 44 chats, l’AECB en a sortis 31, soit près des deux tiers des chats qui nous ont été proposés.

L’AECB effectue un travail remarquable dans le Boulonnais. L’Ecole du chat a sauvé plus de 400 chats l’année dernière. Le nombre de chats pris en charge avait augmenté de plus de 40 % les six derniers mois de 2017.

En 2018, notre action s’est encore intensifiée par rapport à 2017. Le travail de terrain, les conventions passées avec la plupart des mairies et les campagnes d’identification-stérilisation portent leurs fruits et ont permis de réduire le flux des entrées de chats en fourrière et de faire baisser le taux de mortalité en fourrière. Le nombre de chats proposés aux associations, quant à lui, reste stable…

En 2016, 489 chats sont entrés en fourrière. En 2017, 279 chats, soit 210 de moins. De substantielles économies pour la collectivité et une gestion plus éthique et règlementaire de la population féline.

En 2016, la fourrière de l’Ecuelle Trouée affichait un taux de mortalité des chats de 67%. En 2017, elle continue d’avoir un taux de mortalité élevé de 53%. Cette baisse du taux de mortalité est due à la baisse du nombre de chats entrés grâce aux conventions « chats libres » et non à l’augmentation du nombre de chats proposés aux associations. Les chats non sociables sont systématiquement euthanasiés. La recherche de propriétaire de chats non identifiés n’est pas assurée. La prise de photo des animaux en fourrière est interdite. Les lieux de capture ne sont pas transmis, ce qui faciliterait pourtant la recherche de propriétaires ou permettrait de relâcher des chats libres sur leur lieu de capture.

L’Ecole du chat du Boulonnais demande la reconnaissance de son travail et propose des solutions et la création d’un refuge. Pour cela, elle demande l’octroi d’un terrain, d’un local et de moyens financiers.

Agissez, partagez, interpellez vos élus… La solution ne pourra venir qu’avec vous. C’est ensemble que nous pourrons agir pour améliorer le sort des chats dans le Boulonnais.

 



Isabelle compte sur vous aujourd'hui

Isabelle HOCHARD a besoin de votre aide pour sa pétition “Monsieur Francis BOUCLET, Président de la Communauté de Communes de la Terre des 2 Caps: Création d'un hébergement d'urgence pour les chats dans le Boulonnais”. Rejoignez Isabelle et 3 740 signataires.