Opposition au couloir aérien de l’Aéroport de Blagnac au-dessus Plaisance du Touch

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


En mai 2019, la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC-Sud) a lancé une expérimentation visant à modifier les couloirs aériens de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB) en décollage Nord et Sud, prévoyant un survol régulier de plusieurs communes peu ou non-survolées jusqu’alors et notamment la Ville de Plaisance-du-Touch.

Considérant que la Ville de Plaisance-du-Touch a été insuffisamment informée en amont et surtout non associée à la décision de lancement de cette expérimentation, dont le déploiement ultérieur induirait de lourds impacts sur les populations survolées, attenterait gravement à leur tranquillité et induirait de facto des dépréciations immobilières importantes,

Considérant que la Ville de Plaisance-du-Touch n’est pas concernée actuellement ni par le Plan d’Exposition au Bruit (PEB), qui s'arrête étonnamment à sa porte ni par le Plan de Gêne Sonore (PGS) de l’Aéroport Toulouse-Blagnac,

Considérant que les habitants de la Ville de Plaisance-du-Touch ont fait le choix volontaire et raisonné d’habiter à Plaisance-du-Touch pour sa qualité de vie reconnue et justement pour ne pas avoir à subir de telles nuisances. Considérant que la ville de Plaisance du Touch subit déjà les nuisances de l’aéroport de Francazal amené à se développer,

Considérant que l’industrie aéronautique revêt pour le bassin d’emploi une importance stratégique, 

Reconnaissant que des efforts importants sont aujourd’hui consentis par l’ensemble des acteurs du secteur aérien, par les constructeurs, les opérateurs, les collectivités et les pouvoirs publics, pour améliorer l’acceptabilité de l’aviation et réduire son impact environnemental

Considérant que décider dans ces conditions d’une telle modification risque au contraire de mettre à mal ces efforts en exacerbant les passions, de ternir l’image et d’affecter l’activité économique d’un secteur pourtant vital pour notre territoire, 

Considérant que la DGAC a indiqué lors d’une réunion le 20 décembre 2019 avoir décidé d’adapter les contraintes imposées aux pilotes et allonger l’expérimentation de quelques mois, 

Considérant que la 4ème phase de test annoncée par la DGAC pour démarrer le 27 février maintient le couloir aérien au-dessus de Plaisance-du-Touch, 

Considérant que la Ville de Pibrac a obtenu, dans les mêmes conditions, l’arrêt de tout survol par les lignes régulières de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac,

Considérant le nombre très important de plaintes formulées par les Plaisançois depuis leur sensibilisation au test en cours, via le site internet www.ccap-plaisance.fr,

Ceci exposé, nous, habitants de Plaisance-du-Touch, signons le texte suivant : 

Nous nous opposons résolument à tout survol de la commune par les lignes régulières de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac.

Nous demandons à l’État l’arrêt immédiat de l’expérimentation en cours visant à modifier les trajectoires de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac.

Nous demandons au maire de Plaisance-du-Touch d'utiliser tous les moyens possibles pour ne pas laisser se poursuivre un tel projet.

Nous demandons à l’État le lancement d’une véritable concertation avec les Maires, les habitants des communes dont Plaisance-du-Touch et les parties prenantes concernées, pour trouver les solutions raisonnables permettant de satisfaire aux exigences de sécurité aérienne, tout en respectant le droit légitime des populations à vivre dans les lieux tranquilles et sans nuisance qu’ils ont volontairement choisis.

Fait pour valoir ce que doit.