Reconnaissance de la spécialité réanimation

0 a signé. Prochain objectif : 7 500 !



​Notre charge de travail augmente en regard de la hausse de la technicité des soins de réanimation. Bien que la technologie ait évolué, la haute technicité de prise en charge et l’évolution du système de santé français fait que nous avons de nouvelles tâches chronophages.
Nous observons, depuis plusieurs années, un manque de temps auprès de nos patients, mais aussi auprès de leur entourage, de leur famille, de leurs proches. La prise en charge psychologique de l’entourage dans ces moments de détresse et/ou de deuil est primordiale dans nos services. Que ce soit en tant qu’époux, épouse, parent, enfant, ou ami avoir quelqu’un que l’on affectionne en service de réanimation est une épreuve.

A ce jour nous ne pouvons plus sereinement accompagner les proches de nos patients dignement.
​Nous avons malheureusement des réponses qui viennent tout droit de tableurs Excel avec des statistiques, des lissages sur plusieurs années ou mois de nos taux d’occupations, ce qui n’est pas adapté à la réalité de proximité que nous vivons.
​Nous parlons de la notion de « lit », afin que cela évite pour nos administrations de vouloir lisser le nombre de patients sur les 3 années précédentes comme actuellement.

Création immédiate d’une NBI spécifique de 45 points attribuée aux personnels paramédicaux travaillants dans un service de réanimation adulte et pédiatrique, (infirmiers, puéricultrices, kinésithérapeute, aides-soignants ou auxiliaire de puériculture).
​Des primes ou des NBI existent pour les personnels exerçant en hémodialyse, en EHPAD, aux urgences, en réanimation néonatale, au bloc opératoire, mais absolument rien pour nous. La spécificité de la réanimation est que nous n’avons aucune valorisation alors que dans nos services nous accueillons également des personnes âgées, nous travaillons dans des situations d’urgences au quotidien, nous gérons des techniques de circulation extracorporelle, nous gérons des dispositifs invasifs, nous sommes exposés à des agents infectieux pas toujours identifiés ou émergents. Une particularité supplémentaire est que nous sommes énormément confrontés à des patients dont le pronostic vital est engagé et nous devons avoir une attention toute particulière pour leurs proches qui sont dans l’incertitude.

Mise en place d’une spécialité aide soignant et  d’Infirmier en Réanimation Diplômé d’Etat et la prise en compte d’une Validations des Acquis et de l’Expérience.
​Nos services exigent une expérience et des compétences spécifiques pour pouvoir prendre en charge nos patients. Cela nécessite une réelle expertise dans le domaine de la réanimation, afin de pouvoir garantir une qualité et une sécurité de prise en charge, expertise que seul nous, soignants de réanimation possédons. Les réanimations nécessitent des soins très techniques et la manipulation de matériel ou de thérapeutiques spécifiques non-utilisés en dehors de nos services.

De ce fait, tout infirmier ou aide-soignant ne peut pas venir travailler au pied levé dans nos services car non-compétents. Nous pouvons l’observer en ce moment avec la fermeture de certains services de réanimation dû à la mise en quarantaine de leur personnel paramédicale à cause du Covid-19
​En l’absence de personnel formé, expérimenté et motivé, un service de réanimation doit fermer. Cela démontre bien nos compétences spécifiques et notre expertise dans le domaine de la réanimation. La réanimation reste le service de dernier recours pour tous patients et pour les autres services de l'hôpital.
​Cette spécialité est déjà présente dans d’autres pays et a su montrer sa logique existence.
​Cette dernière permet également de valoriser et donc fidéliser les soignants au sein de ces services qui ont besoin de personnels d'expérience pour être pleinement efficient.

Création de la formation des IPA (Infirmiers de Pratique Avancée) de réanimation.
​ La loi no2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé entérine la création d’un statut de pratique avancée pour les « auxiliaires médicaux ». Si la notion de pratique avancée est souvent utilisée comme perspective d’évolution, les représentations qui s’y rattachent restent floues pour bon nombre de professionnels. Les missions et le positionnement de cette nouvelle fonction doivent être clarifiés notamment pour les services de réanimation

NOUS REPRESENTONS 150 SERVICES DE REANIMATION !!!
​​​collectif.rea@gmail.com

Pour le personnel de réanimation uniquement rejoignez nous sur Facebook 

Ensembles avançons..... Signons....partagons