Hydroxychloroquine : Etude à grande échelle sans placebos et production immédiate massive!

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !


L'heure n'est pas à la polémique, mais à l’Action!

Cette pétition s'enrichit de nouvelles données au fil de l'évolution de la situation. Chaque mise à jour est datée. Beaucoup de lecture en perspective, mais cela vous permet d'être informés au mieux au moment où vous décidez de signer. (Mais si vous êtes déjà informés, vous pouvez aller directement aux demandes, un peu plus bas.) De plus, il est important que la pétition reste pertinente face à l'actualité. Si une nouvelle demande est ajoutée, elle est également datée, donc rassurez-vous, vous ne signez que pour les demandes présentent le jour de la signature.

 

> Voici donc en résumé, ce que nous savons :

Il existe une molécule, l'hydroxychloroquine, qui est employée depuis apparemment une trentaine d'années, dans le traitement de différentes pathologies. Les effets secondaires de ce traitement sont mineurs, particulièrement sur une prise de courte durée, telle que recommandée pour le traitement du COVID-19, à savoir une dizaine de jours. Ce médicament est même administré de manière préventive à des personnes en bonne santé voyageant en Afrique, pour leur éviter de contracter le paludisme.

Le Professeur Didier Raoult, spécialiste des maladies infectieuses, et son équipe considèrent que l'hydroxychloroquine permet un traitement efficace du COVID-19, résultats à l'appui. Et il n'est pas le seul à encourager la prescription de cette molécule dans le traitement de ce Coronavirus.

[(30/03/2020) Après une longue hésitation, le 25 mars le gouvernement autorise par publication d'un décret, l'emploi de cette molécule dans les protocoles de soin des personnes atteintes du COVID-19. Mais le lendemain, il publie un nouveau décret précisant que ces prescription « interviennent dans le respect [...] de l'indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d'une défaillance d'organe », donc pour les patients étant déjà au stade immunopathologique, donc dans un état grave, or l'hydroxychloroquine est supposée agir comme antiviral. C'est donc sur les patients étant en phase virologique que cette molécule peut s'avérer bénéfique, en faisant chuter la charge virale, empêchant le développement des symptômes graves, donc le risque de décès et l'engorgement des services de réanimation. Ca limite également la transmission du virus, sa présence ayant chuté.]

[(30/03/2020) L'inserm déclare ce jour qu'aucun patient ne recevra de placebo dans les essais cliniques Discovery.] [(31/03/2020) Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé, a déclaré lors du Point Presse de ce jour que l'Etat soutient des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine, pouvant impliquer l'emploi de placebos.]

N'oublions pas que l'hydroxychloroquine n'est pas une molécule nouvelle dont les effets seraient inconnus, ce qui expliquerait cet excès de prudence. Au contraire, on la prescrit depuis des décennies à des voyageurs en bonne santé.

Par ailleurs, pour autant que nous le sachions, le gouvernement n'a pas non plus commandé aux laboratoires pharmaceutiques, une production de masse de ce médicament, ne serait-ce que par anticipation des très probables résultats positifs des études qui vont être menées sur l'hydroxychloroquine.

Plusieurs pétitions ont été créées évoquant la chloroquine et non l'hydroxychloroquine, et polémiquant parfois, à juste titre ou non, sur d'autres sujets.

 

 

> Allons à l’essentiel et signons cette pétition par laquelle, ensemble, nous demandons :

La production immédiate et massive de médicaments à base d'hydroxychloroquine.

L'étude à très grande échelle du traitement du COVID-19 par l’hydroxychloroquine. [(30/03/2020) Un essai clinique est en cours sur 620 patients européens, mais apparemment tous en phase d'immunopathologie. Par ailleurs cette étude n'associe pas l'azithrocytine à l'hydroxychloroquine, comme le préconise le Pr. Raoult ]

- [(30/03/2020) La mise en œuvre d’un essai clinique du protocole de soin associant hydroxychloroquine et azithrocytine recommandé par le Pr. Raoult et ses collaborateurs, et sur des patients en phase virologique.]

- Le droit à toute personne affectée [(30/03/2020) particulièrement en phase virologique] d’être soignée avec l’hydroxychloroquine sous surveillance clinique, si elle est volontaire et sauf contre-indication médicale due à des pathologies à risque (cardiaque, etc.)

L'absence exceptionnelle de placebos dans toutes les études menées dans la recherche contre le SARS-CoV-2, s'agissant des recherches sur l'hydroxychloroquine, mais aussi des recherches sur toutes les autres molécules testées.

 

 

Puisque nous sommes en guerre, nous demandons à nos chefs de guerre d’adapter les protocoles de recherche et d’anticiper la production, pour que notre stratégie de combat soit à la hauteur de ce mal et de sa rapide progression.

 

 

 

_______Mises à jour détaillées_______

 

> [(30/03/2020) Le traitement préconisé par le Pr. Raoult et ses collaborateurs est l’association de l’hydroxychloroquine et de l’azithrocytine, un antibiotique :

« 200 mg of oral hydroxychloroquine sulfate, three times per day for ten days combined with azithromycin (500mg on D1 followed by 250mg per day for the next four days. » https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/03/COVID-IHU-2-1.pdf

L’Inserm qui organise les essais cliniques Discovery incluant la recherche sur l’hydroxychloroquine indique que l’essai portera sur l’hydroxychloroquine associée aux « soins standards ». https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/covid-19-demarrage-essai-clinique-discovery

Il semble donc que le traitement testé lors de cet essai clinique n’est pas la bithérapie proposée par le Pr. Raoult. Mais dans ce cas, quel est le détail du traitement testé ?

On entend également que ces essais seront faits sur des patients en phase immunopathologique, donc étant dans un état grave et que l’autorisation de prescription donnée aux médecins hospitaliers concerne aussi les patients en phase d’immunopathologie , or l’hydroxychloroquine agissant comme traitement antiviral ne peut présenter un intérêt que si le patient est dans la phase virologique, c’est-à-dire qu’il n’a pas encore développé les symptômes graves.

1. Il convient de préciser qu’à chaque fois que le terme « hydroxychloroquine » est employé dans cette pétition, il est fait référence au protocole de soin du Pr. Raoult associant cette molécule à l’azithrocytine dans la posologie indiquée plus haut.

2. S’il est avéré que l’hydroxychloroquine est testée sur des personnes en phase immunopathologique et/ou sans être associée à l’azithrocytine, nous demandons la mise en œuvre d’une étude portant sur le protocole de soin recommandé par le Pr. Raoult et ses collaborateurs, sur des patients en phase virologique.]

_______

> [(30/03/2020) Le décret 'n°2020-337 du 26 mars 2020' vient modifier l'article 12-2 du décret 'n°2020-314 du 25 mars 2020' publié la veille, afin d'ajouter ceci:

"Ces prescriptions interviennent, après décision collégiale, dans le respect des recommandations du Haut conseil de la santé publique et, en particulier, de l'indication pour les patients atteints de pneumonie oxygéno-requérante ou d'une défaillance d'organe.»   https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=6D24CE97C37BA9FCDE688F80C3912757.tplgfr32s_2?cidTexte=JORFTEXT000041746694&idSectionTA=LEGISCTA000041756413&dateTexte=20200331&categorieLien=id#LEGISCTA000041756413

Ainsi le monde s'est-il réjoui que la prescription de l'hydroxychloroquine pour le traitement du COVID-19 soit enfin légalisée, sauf qu'en réalité, elle n'est toujours pas autorisée pour les patients en phase virologique, or c'est sur eux qu'un traitement antiviral peut présenter un réel intérêt.]

_______

> [(30/03/2020) L'inserm déclare ce jour qu'aucun patient ne recevra de placebo dans les essais cliniques Discovery.]

_______

> [(31/03/2020) Concernant le profil des patients de l'essai clinique portant sur l'hydroxychloroquine:

L’Inserm indique sur son site : « De plus, l’hydroxychloroquine ne serait donnée qu’aux patients déjà en réanimation. Ces affirmations sont fausses. » https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/covid-19-demarrage-essai-clinique-discovery

Sur le protocole de l’étude disponible sur ‘clinicaltrials.gov’, il est mentionné dans les critères d'éligibilité des patients (traduction en français) :

« Patients hospitalisés atteints d'une maladie de n'importe quelle durée et au moins l'un des cas suivants:

• Évaluation clinique (évidence de râles / crépitements à l'examen) ET SpO2 ≤ 94% sur l'air ambiant, OU
• Insuffisance respiratoire aiguë nécessitant une ventilation mécanique et / ou de l'oxygène supplémentaire. » https://clinicaltrials.gov/ct2/show/record/NCT04315948?term=NCT04315948&draw=2&rank=1&view=record

Ces 2 informations ne sont pas contradictoires au sens strict, mais il semble que même si les patients concernés ne sont pas exclusivement ceux qui sont déjà en réanimation, il n’empêche que l’étude n’est faite que sur des personnes affectées étant déjà en phase d’immunopathologie, donc présentant des troubles respiratoires importants. Nous attendons des précisions sur ce point.]

_______

> [(31/03/2020) Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé, a déclaré lors du Point Presse de ce jour que l'Etat soutient des essais cliniques sur l'hydroxychloroquine, pouvant impliquer l'emploi de placebos.]

 

___________________________________

 

/!\  Nous avons besoin de beaucoup de signatures, et nous en avons besoin urgemment, pour que cette pétition ait un poids réel. Pour cela, donnons chacun 1€ ou plus en cliquant sur le bouton rouge "PARRAINEZ CETTE PETITION" afin d'apporter un soutien financier qui donnera une meilleure visibilité à la pétition! Les dons sont employés par Change.org, automatiquement et exclusivement à la promotion de la pétition. Merci.

 

· La Page FACEBOOK de la pétition pour la partager facilement au plus grand nombre : https://www.facebook.com/Hydroxychloroquine-France-104535567861607

· Interview d'Eric Chabrière, Professeur à l'Institut des maladies infectieuses de Marseille, collaborateur direct du Professeur Didier Raoult : https://youtu.be/jp4j-VK7xAM