Victoire

La Mer se meurt en Asie du Sud-Est, et que faisons-nous?

Cette pétition a abouti avec 806 signatures !


Depuis le mois d’avril,  une catastrophe écologique et sanitaire s’étend au Vietnam et en Mer Orientale, sans qu’une solution n’ait été apportée à ce jour. C’est à Hà Tĩnh, à la limite entre le Nord et le Centre du pays que les premières découvertes de milliers de poissons morts, échoués sur la plage ont été faites. Rapidement, ce qui était une observation localisée connaît une extension fulgurante, sur au moins 200km, atteignant toute la côte du centre du Vietnam dépassant maintenant Huế, la principale ville de la région et ancienne capitale impériale. Dans les filets des pêcheurs, des tonnes de poissons morts, qui jonchent également sur des kilomètres de la plage jadis de sable blanc immaculé, des poissons de toutes les tailles auxquels s’ajoute maintenant l’amoncellement de coquillages morts.  « La mer est remplacée par les carcasses… »

https://www.facebook.com/Forumvietnamfr-Forum-Vietnam-171988562822724/?fref=ts

Une catastrophe écologique, économique et humaine, qui continue de jour en jour à affamer la région du centre, déjà pauvre et qui vit essentiellement de la mer. Elle retentit sur le reste du pays puisqu’il n’est plus possible d’utiliser les produits de la mer qui occupent une part essentielle dans l’alimentation.

http://www.francetvinfo.fr/monde/asie/scandale-ecologique-au-vietnam-des-millions-de-poissons-morts-decouverts-sur-les-plages_1438199.html

Et depuis plus d’un mois, le statu quo règne. Une enquête est diligentée, avec retard reconnaît le gouvernement. Des prélèvements révèlent la présence dans la chair des poissons de métaux lourds ; très vite, on évoque localement la responsabilité une usine d’aciérie du groupe taïwanais Formosa, dont un responsable a déclaré « Vous ne pouvez pas tout avoir. Vous devez choisir entre les poissons, les crevettes ou une aciérie ultra-moderne ».

A ce jour, aucun résultat ne permet d’envisager une solution à cette pollution en masse. Et pendant ce temps, l’environnement dépérit, les hommes sont obligés de faire du poisson empoisonné des produits de conservation qu’ils mangeront pour ne pas mourir de faim, tout en sachant qu’ils s’exposent eux-mêmes à l’intoxication.

http://www.lapresse.ca/environnement/pollution/201604/25/01-4974740-mort-de-milliers-de-poissons-au-viet-nam-une-usine-taiwanaise-soupconnee.php
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/05/05/colere-au-vietnam-apres-la-decouverte-de-millions-de-poissons-morts-sur-les-plages_4914369_3216.html#aveXeDtwwVr8PHyC.99

Devant la lenteur de l’administration, les Vietnamiens du Nord au Sud réagissent en organisant des manifestations, afin que la lumière soit faite, que l’environnement soit restauré et respecté, et que les sites industriels en cause remédient à leur défaillance en matière d’hygiène et d’innocuité. Les 1er et 8 mai derniers, des milliers de personnes sont descendus dans la rue à Hà Nôi, à Sài gòn (Hô Chi Minh ville) pour demander une réaction ferme du gouvernement, pour en finir avec cette pollution qui hypothèque la vie humaine.

Devant l’ampleur de la colère de la population, au lieu d’apporter des réponses adaptées, le gouvernement a choisi une attitude politique, en arrêtant des centaines de manifestants, les accusant « de terrorisme » puisqu’ils « attentent à la sécurité de l’Etat ». Ce, alors que les manifestations se sont déroulées de façon pacifique, sans vandalisme. Nombre de personnes sont actuellement assignées à domicile, sans possibilité d’exprimer leurs opinions lors des manifestations prévues les 15 et 22 mai. A comparer avec les démonstrations ces derniers jours en France, on est en droit de se demander ce que vaut la notion de liberté de manifestation en France et au Vietnam…

http://www.bbc.com/vietnamese/vietnam/2016/05/160515_protest_vietnam_fish

Notre pétition se base sur deux impératifs :

-          Que des résultats précis des analyses soient connus dans les plus brefs délais pour permettre d’identifier et d’éradiquer la source de la contamination des côtes de la Mer Orientale ;

-          Que le gouvernement vietnamien respecte enfin les principes de liberté d’expression pour les citoyens, qui demandent qu’une solution claire soit apportée à ce grave problème de survie, aussi bien pour l’environnement que pour l’homme.



T HUONG compte sur vous aujourd'hui

T HUONG NGUYEN a besoin de votre aide pour sa pétition “Ministère des Affaires Etrangères: La Mer se meurt en Asie du Sud-Est, et que faisons-nous?”. Rejoignez T HUONG et 805 signataires.