Non à l'élargissement programmé du ring de Bruxelles

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Mesdames, Messieurs les Ministres,

Mesdames, Messieurs les Bourgmestres,

Nous nous permettons de vous contacter en tant qu’habitants de Bruxelles inquiets d’un dossier que nous voyons avancer petit à petit sans véritable débat public : l’élargissement planifié du Ring de la capitale.

Notre collectif citoyen, Bruxsel’AIR, s’implique depuis maintenant plus d’un an dans l’amélioration de la qualité de vie des Bruxellois en organisant des actions de sensibilisation sur la (mauvaise) qualité de l’air que nous subissons chaque jour dans la capitale. Celle-ci est à l’origine de plus de 10.000 décès prématurés par an en Belgique, dont une partie significative à Bruxelles.

La qualité de l’air est une problématique complexe. Issue en partie de nos systèmes de chauffage domestiques, une partie significative des polluants toxiques auxquels nous sommes exposés sont aussi et surtout liés aux processus de combustion ou d’abrasion liés au trafic automobile. Aujourd’hui, notre ville étouffe littéralement sous les voitures qui la traversent chaque jour.

Loin de n’être qu’une question de santé, le tout à l’automobile que nous observons en Belgique est en outre incompatible avec de nombreux objectifs que notre ville s’est fixés dans plusieurs de ses stratégies à long terme, visant à améliorer le bien-être des Bruxellois. Ainsi :

●      Le transport est particulièrement responsable de la pollution de l’air que nous subissons tous dans la capitale. Ce secteur est ainsi responsable de 67% des émissions de NOx et de 48% des émissions de PM10 à Bruxelles. Cette pollution a un impact direct sur la santé des Bruxellois et ne s’arrête ni aux frontières régionales, ni aux frontières communales. Permettez-nous à cet égard de vous rappeler les deux procédures judiciaires actuellement en cours contre la Région bruxelloise en matière de qualité de l’air, initiées par la Commission européenne et par cinq citoyens, ainsi que du récent cri d’alarme lancé par une centaine de médecins dans les colonnes des médias belges sur l’impact de la pollution de l’air sur notre santé.

●      En matière de climat, le transport est également responsable de 22,6% des émissions de gaz à effet de serre belges. Depuis 1990, loin de réduire son impact, ce secteur a même augmenté de 28,2% ses émissions totales. Il partage aujourd’hui avec le secteur tertiaire le douteux privilège d’être le seul secteur à voir augmenter ses émissions année après année[1], malgré de nombreuses analyses démontrant que notre pays doit réduire significativement ses émissions dans ce secteur si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques. Pour ce faire, des mesures induisant des changements de fond doivent être prises dans le secteur du transport, qui excluent évidemment tout projet inconsidéré et court-termiste de ce type.

●      En matière de congestion, cet élargissement ne peut en outre que créer un appel d’air supplémentaire pour les navetteurs, qui viendront toujours plus nombreux en voiture à Bruxelles. Ceci aggravera la congestion endémique qu’on observe depuis de nombreuses années dans la capitale, qui coûte tant financièrement, humainement et en termes d’attractivité à notre ville.

●      Ce projet rame également à contre-courant des mesures nécessaires pour améliorer la qualité de vie des Bruxellois et devant permettre à Bruxelles de devenir une ville durable. A titre d'exemple, le plan IRIS 2 de mobilité en région bruxelloise (2015-2020) et le Plan Régional de Développement Durable visent tous deux à réduire le trafic automobile de 20% dans la capitale à l’horizon 2018 (par rapport à 2001) afin d’améliorer la mobilité et la qualité de vie des Bruxellois. En l’état, notre capitale a déjà beaucoup de mal à réduire la pression automobile qui l’afflige, élargir le Ring bruxellois rendrait ces objectifs ambitieux inatteignables, ce qui nous semble inacceptable.

●      Ce projet est en outre en décalage total avec la tendance actuelle en Europe, ou des villes comme Londres, Paris, Munich, Vienne, Stockholm, Copenhague ou encore Lyon réduisent fortement leur accessibilité aux voitures pour améliorer leur attractivité et encourager leurs navetteurs à emprunter d’autres moyens de transport pour venir y travailler. Ces grandes villes européennes n’ont pas choisi de modérer leur circulation automobile par hasard : elles agissent simplement dans le meilleur intérêt de leurs habitants en leur permettant de bénéficier d’un espace de vie agréable et moins pollué. Il nous est insupportable de voir Bruxelles se diriger dans la direction inverse.

C’est pour toutes ces raisons qu’il nous a semblé important de vous interpeller.  Nous attendons de vous, élus bruxellois :

●      Que vous rendiez publique votre position sur ce projet d’élargissement du Ring ;

●      Que vous vous opposiez activement à ce projet néfaste pour Bruxelles et ses habitants, y compris en collaboration avec vos collègues d’autres communes ;

●      Que vous interpelliez le Ministre-Président bruxellois afin que lui aussi se positionne clairement en faveur du bien-être de ses administrés.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

[1] Inventaire belge des gaz à effet de serre (2017)
[8] Voir notamment : http://www.climat.be/2050/fr-be/accueil/
 
 

 



Bruxsel'AIR compte sur vous aujourd'hui

Bruxsel'AIR a besoin de votre aide pour sa pétition “Message adressé aux bourgmestres et ministres de la Région de Bruxelles-Capitale: Non à l'élargissement programmé du ring de Bruxelles”. Rejoignez Bruxsel'AIR et 4 181 signataires.