Créer des contrats de travail adaptés pour parents d'enfants différents

Dans la majorité des cas, les parents d'enfants dits "différents" doivent, du moins, une personne dans le couple, ce qui est mon cas, ou le parent seul dit "isolé" doivent renoncer à leur carrière professionnelle, et ce, suite à la prise en charge médicale que nécessite son enfant, également, parce que très peu, trop peu, de structures accueillent nos enfants en périscolaire et pendant les vacances scolaires.

Oui, il existe des aides, mais faut juste prévoir à l'avance que nous allons trouver un employeur qui veuille bien nous embaucher déjà dans ces conditions, il faut faire un dossier qui....soyons réalistes, met en moyenne quand tout va bien 3 mois, embaucher une personne via le chèque emploi service, ou une société de service d'aide à domicile...faut trouver La bonne personne à qui on peut donner toute confiance pour s'occuper de son enfant et bien souvent, ce n'est pas toujours la même personne qui s'occupera de votre enfant (entre nous soit dit)...oui, prévoir à l'avance que nous allons trouver un poste, en théorie c'est presque bien, mais dans la réalité, la "vrai" vie pour ceux qui le subissent, c'est juste  impossible  dans ces conditions, c'est lourd ! beaucoup trop lourd, désolée !

En tant que parents d'enfants "exclus", nous sommes, nous aussi exclus d'une vie sociale, et nous  avons tellement besoin, tellement besoin de vivre aussi d'autres choses, de nous épanouir ailleurs pour être au mieux au sein de notre famille, de vivre plus "sereinement" la maladie de nos enfants.

Et pourtant des solutions existent et pourraient nous offrir des offres d'emplois pour un grand nombre de parents, en adaptant nos emplois du temps en fonction de nos enfants et continuer ainsi à travailler, dont notamment aussi le télétravail pour nous, serait-ce là aussi une solution.

Nous n'avons rien fait de mal, nous avons juste donné la vie parce que nous voulions la donner et ne méritons pas nous aussi d'être exclu à perpétuité de la société.

Nous voulions le meilleur pour nos enfants : la santé, mais dame nature en a décidé autrement, alors s'il vous plait, pensez à nous ! pas par de maigres allocations à nous laisser vivre très difficilement nos vies qui  sont déjà loin d'être simples.

Un travail, un VRAI ! des contrats "modulables" à nos emplois du temps, proposez pourquoi pas en offres d'emplois : le CPED (contrat pour les parents d'enfants différents), de plus cela pourrait arranger beaucoup d'employeurs que d'avoir un employé en temps plein, vous économiseriez sur certaines allocations, et nous, serions plus sereins. De plus, ce contrat permettrait à des employeurs de connaitre notre situation dès le départ...une relation employeur / employé basée sur la confiance, entre autres des choses positives que cela permettraient.

Cela ne concerne pas qu'une seule personne en France, vous avez là, un véritable vivier de différents corps de métiers qui ne peuvent plus retravailler, pas parce qu'ils ne veulent plus, mais qui ne peuvent plus ! il y a là une très grande nuance !

Ce n'est pas faire la mendicité, juste participer à notre double combat : amener nos enfants vers une vie sociale qui soit la meilleure pour eux, et à nous parents, on nous oblige assez très directement à renoncer à notre vie sociale,  c'est un double combat oui, nous avons pourtant tant besoin de nous sentir aussi utile autrement, ne voulons pas être "assisté" mais avoir une vie professionnelle, celle que nous avions avant, celle que nous voulions, et ce pour un équilibre familial, ne pas renoncer à vouloir travailler tout simplement...

Me concernant, maman de trois enfants, et heureusement que mon mari a un travail, ce qui n'est pas le cas pour tout le monde, voici un résumé de mon parcours de combattant qui doit ressembler je suppose à beaucoup d'autres parents, je parle de celui de la quête d'un travail, car, oui, nous les parents d'enfants "différents" nous en menons plusieurs batailles, en voici une, entre autres...:

J'ai 22 années d'expérience professionnelle, en qualité d'assistante de direction, administrative et commerciale.

22 ans que je travaille depuis l'âge de 16 ans, 22 ans que je me suis appliquée à gravir mes petits échelons, à me faire reconnaitre et appréciée de par mon travail.

3 CDI : motifs de fin de ces CDI : deux pour licenciement économique, et le dernier, suite à la naissance et LE diagnostic posé sur un de mes jumeaux, j'ai dû y mettre fin, car les prises en charge n'étaient évidemment pas compatibles avec mon poste "bien évidemment", et surtout pas d'aménagement possible...

Bref, entre ces CDI, des missions intérim, des CDD.

A l'issu de mon dernier emploi, bénéficiant de l'ACCRE, prime versée aux créateurs d'auto-entreprises qui correspond à 50% du capital allocation chômage, j'ai créé début 2010 deux activités, une boutique en ligne d'articles bio pour bébé et enfants, dont, je reversai une partie de mes ventes (maigres ventes) à la Recherche pour la maladie de mon enfant, dont j'ai arrêté l'activité depuis juillet 2012, mais transformé cette boutique en blog, dont, si le coeur vous en dit, vous pouvez y jeter un coup d'oeil ici : La Cabane de Margo où je poursuis mon combat pour aider la Recherche. 

Aussi, j'en profite, puisque malgré tout, j'aide la recherche sur le syndrome de mon enfant, je confectionne des bracelets dont les ventes sont intégralement envoyées à la Recherche.

Autre petite parenthèse, et pas des moindres, ces bracelets sont réalisés en coton, j'ai, depuis mi-février 2013, obtenu aussi le soutien et l'aide de Phildar, qui me fourni gratuitement les fils....rien que ça, et moi toute seule, comme une grande.

Donc, en parallèle de cette boutique devenu blog, j'avais également créé une activité d'assistanat virtuel, où je proposais divers services de saisies, de créations de sites web sous Prestashop, de la transcription audio, je, on va dire, "travaillotais". Beaucoup de missions de transcriptions audio, de saisies, mais, pour avoir des missions, j'avais dû mettre des tarifs très attractifs, c'était, oui, presque du bénévolat, mais ce besoin de me rendre utile autrement, de m'évader de la maladie était, et, est toujours viscéralement nécessaire. Si bien que, le régime d'auto-entrepreneur est parfait, mais le temps passant, j'allais être rattrapée vite fait bien fait par certaines taxes qui sont pendant les 2 premières années exonérées, donc bon, je ne travaillais pas suffisamment pour pouvoir m'"offrir" un tel luxe.

Et donc, me revoilà, sur le marché du travail, demandeur d'emploi active...très, très active...

En juillet 2012, je mets donc un terme à mes 2 activités, et je viens gonfler les chiffres du chômage.

Travailler oui, ça je le veux, mais quand ??? avoir un enfant dit différent, nécessite une prise en charge, donc des rdv, être là les mercredi et vacances scolaires, parce que bon....inutile d'espérer que votre enfant soit accueilli en périscolaire, l'école le veut bien et parce qu'il y a une loi datant de février 2005,  ils se sentent un peu obligés, mais ailleurs, faut pas exagérer non plus quand même !

Alors, force de constater, que je vais devoir travailler de nuit, et oui ! et je dors quand ? ben, ça tout le monde s'en fout ! par contre, faut être au top, "ménagez vous" nous dit on, "faites attention à vous" etc.... et d'encaisser les petites allocations, qui sont là soit disant pour compenser ta perte de travail, et qui représentent "généreusement" et très difficilement le tiers de ce que je gagnai. Alors certes, je ne suis pas une adepte de l'assistanat, désolée ce n'est pas dans mes gènes, assister : oui, mais être assisté : NON !

Bref, donc, avant que je ferme définitivement mes activités indépendantes, je regardais quotidiennement les offres d'emploi de nuit, et ce qu'il y avait et qui ressortait régulièrement de nuit, c'était des offres de cariste, de préparateur de commande, mais pour cela, il faut au minimum le CACES 1 voire 3 et 5 c'est encore mieux. Ni une, ni deux, enfin....si, quand même, je m'y reprends à plusieurs fois, avant de me dire, que, ben, je vais passer ces 3 CACES, vous savez, c'est le permis pour pouvoir être apte à "piloter" des chariots élévateurs. Grosse, grosse remise en question, mais bon, pas le temps de s'en poser de trop, je m'offre ce permis, soit plus de 800€....aïe ! ça fait mal, très mal ! Le CACES 1, 3 et 5 en poche, je postule, m'inscris dans des agences interim, pour oui, revenir à des salaires très bas, genre SMIC, table rase sur un beau parcours professionnel qui faisait ma fierté personnelle, d'avoir commencé en tant qu'apprentie, d'avoir passé le BEP Communication Administration et Secrétariat en candidate libre, et de l'avoir obtenu haut la main, de n'avoir eu en 22 ans de carrière qu'une toute petite période de chômage.

Donc, retour à la case départ, et donc là, les agences d'intérim me disent que quand même il faut de l'expérience....octobre 2012 arrive et là, Bingo ! une agence veut bien de moi en tant que novice, pour les fêtes de noël pour travailler de nuit les week-end dans une grosse, grosse entreprise de vente en ligne, dont je ne citerai pas le nom, pas besoin d'en faire de la pub, personne n'en fait pour moi, mais qui se trouve à plus de 50 kms de chez moi tout de même... Donc, ok pour travailler malheureusement seulement les we, de 16h à 3h du matin et de faire du "picking" c'est un pad qui nous indique les commandes à récupérer et flasher les produits, et grosse, grosse cadence demandée en ces fêtes de fin d'année.

Fatiguant, certes, mais quelle joie de se sortir de cette vie si peu joyeuse, de voir du monde, de parler autre chose, que rdv psychomot, orthophoniste, kiné.....j'en passe et pas des meilleurs.

Les fêtes de fin d'année ont passées, et les missions de nuit, ont fondues comme neige au soleil, disparues, plus rien ! Bon, voilà, j'ai les CACES, c'est bien, j'en fais quoi maintenant ?

Dans mes recherches d'emploi, ce que je constate aussi de nuit, c'est, le métier d'auxiliaire de vie sociale, il y en a plein. Rebelote ; je me renseigne, et là, bien, il faut un diplôme, donc par conséquent, suivre une formation....encore là, le serpent qui se mord la queue, une formation ? je fais comment ? je me tourne, avec l'accord de mon conseiller pôle emploi, vers les formations à distance, et là, rien, si ce n'est des formations pour pouvoir accéder à des concours d'entrée en école, en tant que maman lambda, j'aimerai pouvoir suivre ces formations, mais je ne suis pas une maman lambda, je ne peux pas aller à l'école, j'ai là, mon enfant qui attend de moi, d'être là, avec lui à la maison quand LUI est là...

J'ai même écrit à la Présidence de la République, pour penser un peu à nous, parents exclus de la société à cause de dame nature, nous n'avons rien fait, si ce n'est vouloir donner la vie, pas être condamné  à ne plus retravailler, nous en avons besoin, tant sur le plan financier que moral. Le cabinet du Préfet de Bordeaux, suite à mon courrier adressé au chef de l'état, à envoyé à mon conseiller de Pôle Emploi une demande de me recevoir, mais voilà, j'ai été écouté...

Voilà quoi, on fait quoi ? on fait comment ? on jette nos ambitions par la fenêtre ? nos expériences professionnelles à la poubelle, on tire un trait sur tout ? on reste cloitré chez nous à broyer du noir ? c'est bon ça ? pour nous, nos enfants ? vous trouvez cela normal ? nous n'avons pas de syndicat, de personnes qui nous viennent réellement en aide, on ne nous entend pas, on ne descend pas dans les rues, et pourtant nous subissons tellement d'injustices que beaucoup pour moins que cela se permettrait de faire grève, pas nous, pas le droit, et de toutes manières l'on ne le peut pas et l'on ne veut pas ! nos enfants ont besoin de nous !

Aidez nous à retrouver une vie qui soit la plus normale qui soit pour le bien être de nos enfants, proposer nous des contrats qui soient concialiables avec nos difficultés de tous les jours, vous ferez des gens un peu plus "heureux" et mieux dans leurs vies de tous les jours.

SVP merci de partagez à un maximum de vos connaissances ou personnes qui se trouvent dans cette situation difficile, merci à vous !

Soutiens sur le web de notre pétition :
Sur Facebook : Manpower Group France + sur Twitter
sur Facebook : France 5 : le magazine de la santé
sur Facebook : France 5 :  allo docteur
sur Facebook : Urapei du nord - pas de Callais + sur Twitter
sur Facebook :Association Française du Syndrome d'Angelman
sur Facebook : Handicap ou Pas Cap ?
Sur Facebook : les mots et expressions TED (autisme)
sur Facebook : Les étoiles du courage
Sur Twitter : Famili.fr
Sur Twitter : Pap' à la maison
Sur Facebook : Association Kemil et Ses Amis
Comité de pilotage semaine du 27/5/2013 avec Mme Vallaud-Belkacem :  Adéa Présence
Sur Facebook + site web : Asso Grandir
Sur Facebook : SOLHAND Solidarite Handicap maladies rares (2 pages FB)
Sur site web : Association Prader Willi France
Sur site web + twitter + Facebook : Gironde handicap
Partage par mails : SCAPPA Castelnau de médoc
Sur Facebook : Travailler en CLIS avec des enfants autistes
Sur Facebook : Handicherche.fr
Sur Facebook : La maison de Lilian
Délégation région Languedoc Roussillons de l'ASS SPINA BIFIDA HANDICAPS ASSOCIE
Sur Facebook : Bouts de ficelle (lien entre parents & soutien à la parentalité)
Sur Facebook et site web (forum) : SFE Société Française d'Equithérapie
Sur Facebook  : Jumeaux et plus 35
Partage de la pétition : Jumeaux et plus 72
Partage de la pétition : Des enfants extraordinaires.fr
Journal Sud-Ouest.fr : http://www.sudouest.fr/2013/08/30/femme-au-foyer-une-situation-davantage-subie-que-choisie-1154838-3.php 
Association valentin/craniopharyngiome parrainée par Nicola Sirkis Chanteur d indochine

16/09/2014 : Tribune dans le Nouvel Obs Le+ : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1240261-vie-a-5-sur-un-salaire-jobs-precaires-mon-fils-est-malade-j-ai-le-droit-a-un-emploi.html

23/10/2014 : Publication sur la page de Mutuelle France plus : https://www.facebook.com/pourunesantesolidaire/photos/a.503197193042733.126064.475614645800988/941151749247273/?type=1&theater

 

 

 

 

 

This petition will be delivered to:
  • Secrétaire d’Etat Chargée des Personnes Handicapées
    Sophie CLUZEL
  • Ministre du Travail et de l'Emploi
    Muriel PENICAUD
  • Emmanuel Macron


    Nathalie DARQUEST started this petition with a single signature, and now has 45,274 supporters. Start a petition today to change something you care about.