Réouverture des écoles : Pour protéger les familles, piétonisez les abords des écoles

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !


Trottoirs trop étroits ou encombrés : il est souvent impossible de respecter les distances de sécurité devant les écoles lorsque les parents déposent leurs enfants ou viennent les chercher.

Avec la reprise des cours, nous demandons que des dispositifs de piétonisation des abords des écoles soient mis en place afin d’élargir la zone dans laquelle prend place l’accueil et la sortie des enfants, afin de permettre à chacun de respecter les distances de sécurité, et donc de se protéger. Et cela pour la durée de la période de risque sanitaire.

Nous proposons trois dispositifs faciles à mettre en place, peu coûteux et temporaires, en fonction des conditions particulières de la voirie devant l’établissement : circulation dense ou non, importance de l’axe, nombre d’enfants et des parents, largeur du trottoir, …  Les détails devront être mis en place en concertation avec les établissements.

1.      Piétonisation totale de la voie, ou du tronçon, devant l’école

La période de confinement a habitué les citoyens à une quasi-absence de trafic, et, avec la reprise, tout un ensemble de voies pouraient être piétonisées sans impacter de manière considérable le trafic, et en tout cas sans changer le schéma de circulation. Une liste de ces voies pourrait être établie par les mairies ou en concertation avec elles.

2.      Piétonisation ponctuelle, aux heures de dépose/sortie

Cette proposition peut être mise en place avec l’aide des personnels des collectivités, comme les surveillants des traversées piétonnes aux abords des écoles. Ces surveillants pourraient tout simplement faire respecter une interdiction provisoire de circuler pour les véhicules.

3.     Transformation de la voie en « zone de rencontre »

Le dispositif est prévu dans le code de la route : une zone ouverte à tous les modes de circulation : les piétons sont prioritaires sur la chaussée, les véhicules voient leur vitesse limitée à 20 km/h, toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes.

Dans certains cas, on peut imaginer faire perdurer le dispositif : la piétonisation possède d’évidents co-bénéfices, que ce soit pour la sécurité des enfants, la qualité de l’air et la santé ou la diminution des nuisances sonores.

Par ailleurs, il est de plus en plus évident que la pollution de l’air aggrave l’épidémie de Covid-19. Les mesures qui contribuent à diminuer la pollution de l’air permettent une forme de résilience et contribuent à limiter la résurgence de l’épidémie ou sa gravité.

Cette proposition, à l'initiative de l'association RESPIRE, est soutenue par la Fédération des Conseils de parents d’élèves (FCPE), l'UNICEFRue de l’Avenir, les InCopruptibles et Paris Sans Voiture, Vélorution Paris Ile-de-France ainsi que La Rue est à nous, une campagne animée par Alternatiba Paris en collaboration avec 13 structures dont France Nature Environnement ParisGreenpeace Paris et les Amis de la Terre Paris.