Petition Closed
Petitioning Ministre de la culture Aurélie Filippetti and 1 other

Madame la Ministre de la Culture : Libérez les vaches "sacrifiées" au nom de l'Art le 15 septembre

Mise à jour: 6 septembre 2013. Dans un article de La Provence daté du 6 septembre 2013, on apprend que les vaches sont mortes et la Ministre a rejeté notre pétition... Bravo à vous pour votre mobilisation qui a tout de même soulevé une question essentielle et a trouvé sa réponse... Les animaux sont-ils un divertissement ? NON !!! Et on continuera à se battre !!! 

-----

Dans le cadre de son festival "Cuisine en Friche", Marseille-Provence 2013 fait appel le dimanche 15 septembre à l'artiste néerlandais Joep Van Lieshout, auteur de l'exposition The Butcher, un événement qui interpelle puisqu'il célèbre la mort de deux vaches au nom de l'art. Le banquet doit réunir 500 personnes sur le toit de la Friche de la Belle de Mai à Marseille le dimanche 15 septembre à 20 heures.

"The Butcher est une mise en pratique de rituels à travers l'organisation d'un dîner spectaculaire : à l'aide de deux unités, batteries de cuisines militaires, autonomes en terme d'énergie et d'alimentation en eau, et secondé de maitres en la matière, Joep Van Lieshout propose un repas autour et à partir d'une vache à la fois animal du grand sacrifice autant que matière première. Le principe consiste à rejouer ce qui a été souvent performé par l'artiste à l'occasion de ses vernissages, une convivialité gustative autour des œuvres, mais ici il s'agit de le traiter par la réactivation de rituels ancestraux, et de faire basculer ce temps de rencontres et d'échanges du côté de la survivance, de la nécessité, de la consommation sans gaspillage" (dossier de presse Marseille-Provence 2013).

Si la mise à mort des deux vaches est prévue en abattoir, deux charcutiers seront sur place pour procéder au découpage des cadavres, sur fond de mise en scène macabre, devant 500 personnes. Peut-on, au nom de l'art, se permettre un tel "sacrifice", un tel massacre ? Nous sommes aujourd'hui des milliers de personnes à penser que NON et à être outrées. Pourquoi ? Parce que la boucherie n'est pas de l'art et la mise à mort d'un être vivant ne doit pas être considéré comme tel.

Notre pays se permet beaucoup de choses au nom de la "culture", mais la mort d'un animal pour divertir une minorité d'êtres humains doit-elle être considérée comme artistique et donc banale ? Tout comme les corridas qui visent à détruire des êtres de chair et d'os pour épater la galerie, nous considérons que le banquet sanguinolent du 15 septembre est une incitation à la haine et à la violence.

Par ailleurs, la viande n'est pas une nécessité. Pire, la demande de plus en plus croissante de viande conduit notre planète vers une famine mondiale d'ici quelques années, sans parler des effets néfastes de l'agriculture sur l'environnement et l'exploitation meurtrière des êtres humains pour produire des céréales afin de nourrir les millions d'animaux tués chaque jour.

C'est pourquoi, nous demandons l'annulation de l'événement The Butcher et la remise en liberté des deux vaches. Il ne nous reste plus que quelques jours pour agir. Merci de signer et de diffuser la pétition.

Letter to
Ministre de la culture Aurélie Filippetti
Directeur de la Friche Belle-de-Mai Alain Arnaudet
Madame la Ministre de la Culture,

Nous vous adressons cette pétition visant à annuler le banquet du 15 septembre « The Butcher », à la Friche de la Belle de Mai à Marseille. Nous espérons que vous prendrez acte de notre demande.

Dans le cadre de son festival « Cuisine en Friche », Marseille-Provence 2013 fait appel le dimanche 15 septembre à l’artiste néerlandais Joep Van Lieshout, auteur de l’exposition The Butcher, un événement interpellant puisqu’il célèbre et la mort de deux vaches au nom de l’art. Le banquet doit réunir 500 personnes sur le toit de la Friche de la Belle de Mai à Marseille le dimanche 15 septembre à 20 heures.

« The Butcher est une mise en pratique de rituels à travers l’organisation d’un dîner spectaculaire : à l’aide de deux unités, batteries de cuisines militaires, autonomes en terme d’énergie et d’alimentation en eau, et secondé de maitres en la matière, Joep Van Lieshout propose un repas autour et à partir d’une vache à la fois animal du grand sacrifice autant que matière première. Le principe consiste à rejouer ce qui a été souvent performé par l’artiste à l’occasion de ses vernissages, une convivialité gustative autour des œuvres, mais ici il s’agit de le traiter par la réactivation de rituels ancestraux, et de faire basculer ce temps de rencontres et d’échanges du côté de la survivance, de la nécessité, de la consommation sans gaspillage » (dossier de presse Marseille-Provence 2013).

Si la mise à mort des deux vaches est prévue en abattoir, deux charcutiers seront sur place pour procéder au découpage des cadavres, sur fond de mise en scène macabre, devant 500 personnes. Peut-on, au nom de l’art, se permettre un tel « sacrifice », un tel massacre ? Nous sommes des milliers de personnes à ce jour à penser que NON et à être outrées. Pourquoi ? Parce que la boucherie n’est pas de l’art et la mise à mort d’un être vivant ne doit pas être considéré comme tel.

Notre pays se permet beaucoup de choses au nom de la « culture », mais la mort d’un animal pour divertir une minorité d’êtres humains doit-elle être considérée comme artistique et donc banale ? Tout comme les corridas qui visent à détruire des êtres de chair et d’os pour épater la galerie, nous considérons que le banquet sanguinolent du 15 septembre est une incitation à la haine et à la violence.

La viande n’est pas une nécessité. Pire, la demande de plus en plus croissante de viande conduit notre planète vers une famine mondiale d’ici quelques années, sans parler des effets néfastes de l’agriculture sur l’environnement et l’exploitation meurtrière des êtres humains pour produire des céréales afin de nourrir les millions d’animaux tués chaque jour.

C’est pourquoi, nous demandons l’annulation de l’événement The Butcher et la remise en liberté des deux vaches.

Vous constaterez que le nombre de signataires augmente d’heure en heure. En quelques jours, la pétition a déjà recueilli plus de 13 000 signatures.

Madame la Ministre de la Culture, nous vous supplions d’agir et de faire en sorte qu’aucune vache ne sera tuée pour le banquet du 15 septembre au nom de l’Art et que les deux vaches déjà achetées pour l’occasion puissent être remises en liberté. Vous seule avez le pouvoir de libérer ces vaches, ces êtres vivants.

Bien cordialement,