Le printemps des lycées français / A new start for our French schools

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


(English version further down)

Le COVID-19 pourrait bien faire une énième victime collatérale : l’AEFE. Il met à l’épreuve une structure obsolète, handicapée par un pouvoir central à Paris qui ignore les attentes des familles sur le terrain. Alors que nos établissements devaient être les fers de lance de la politique d’expansion du réseau, ils ont montré des difficultés à gérer les conséquences de la pandémie et faire face aux défis de l’enseignement à distance.

Cette crise nous donne l’occasion de repenser leur modèle de gouvernance pour rendre aux parents la place qu’ils méritent. Car, ces dernières années, la baisse de la dotation de l’État a fragilisé nos établissements et l’AEFE doit aujourd’hui sa survie aux familles qui sont devenues les principaux contributeurs financiers du système. 

En toute logique, nous, parents d’élèves des établissements du réseau AEFE, réclamons, dès septembre 2020 :

  • Une juste représentativité au sein du conseil d’administration de l’AEFE avec l’allocation d’un tiers des sièges aux représentants des associations de parents d'élèves (toutes associations confondues)
  • Une transparence dans la gestion et un pouvoir décisionnaire sur les questions financières dans tous nos lycées AEFE (y compris Mission Laïque Française).

C’est en rendant sa légitimité au système que nous pourrons préserver l’enseignement Français à l’étranger et le faire perdurer. 

-Les parents et associations de parents d’élèves des lycées français du monde.

English version

COVID-19 may well see a new collateral victim:  the agency in charge of French education abroad (AEFE). It has put to the test an obsolete structure, handicapped by decision making processes centralized in Paris that ignore the expectations of the families on the ground. The French Lycées, that were to spearhead the development of AEFE’s network of schools, are being challenged by the consequences of the pandemic and distance education. 

This crisis gives us the opportunity to rethink the governance model and put the parents back in the driving seat. In recent years, the drop in state funding has weakened our schools and, today, the AEFE survives thanks to the families who have become its main financial contributors.

For that reason, as parents from the French lycées, we demand the following from September 2020 onwards:

  • A fair representation on AEFE's board, with the allocation of one third of the seats to representatives of parents' associations (all associations included)
  • Transparency in our schools' management and decision-making power over financial matters in all our AEFE schools (including Mission Laïque Française).

The system will then be able to regain legitimacy and our French educational model abroad will come out stronger.

-The parents and parents' associations from the French schools abroad.