Libérez - Frédéric Haramboure et Lorentxa Beyrie - Askatu

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Libérez Frédéric Haramboure et Lorentxa Beyrie

Vendredi 5 juillet 2019, alors que le Tribunal d’Application des Peines de Paris a accordé la libération conditionnelle à M. Frédéric « Xistor » Haramboure incarcéré depuis 30 ans – il est éligible à la libération conditionnelle depuis avril 2008 – , le Parquet Antiterroriste a immédiatement interjeté appel de cette décision. “Xistor” Haramboure reste donc en prison, et ce malgré 30 ans de prison déjà effectuées, de son état de santé précaire et une demande de mise en liberté conditionnelle remplissant toutes les conditions nécessaires.

Jeudi 18 juillet 2019, rebelote, alors que le Tribunal d’Application des Peines de Paris a accordé la libération conditionnelle à Mme Lorentxa Beyrie incarcérée depuis 18 ans – elle est éligible à la libération conditionnelle depuis 2012 – , le Parquet Anti-terroriste laisse planer le doute pendant 24h puis fait appel de cette décision. Lorentxa reste donc en prison.

Les arguments apportés dans un cas comme dans l'autre ne trouvent crédit aux yeux de personnes connaissant le contexte actuel au Pays Basque, ni de la société civile, ni des représentants politiques de tous bords. Le parquet anti-terroriste s'invente un contexte de guerre, de reconstitution de l'ETA, d'évasion, de complot qui lui permet de maintenir les prisonniers politiques basque en prison.

Au Pays Basque ces arguments sont perçus comme une insulte à l'intelligence collective, un acharnement dont la conséquence est une augmentation de la souffrance infligée aux prisonnier-es politiques basque et à leurs proches, dans le temps et dans l'intensité.

30 ans, 18ans d'incarcération, ce n'est pas assez, ce ne sera jamais assez. Nous attendions aujourd'hui qu'une décision de justice soit confirmée, nous avons un retour de représailles.

Cette situation est en contradiction avec les propos récents tenus par le Président de la République :

« Le Pays Basque est pour moi un exemple, quand je regarde ces dernières années, de résolution d’un conflit et de sortie des armes. Le devoir de l’État est d’accompagner le mouvement (…) Nous ne devons pas faire bégayer l’Histoire, il faut l’accompagner. »

Nous demandons que l’État mette ses actes en conformité avec ses déclarations, qu'il applique ses propres lois et qu'il mette fin à ces situations inacceptables dans un état de droit.

Nous demandons que lors des audiences en appel qui auront lieu cet été, M Frédéric Haramboure et Mme Lorentxa Beyrie, soient libérés.

Frédéric Haramboure eta Lorentxa Beyrie askatu!

2019ko uztailaren 5ean, Pariseko Zigorren aplikazio epaitegiak, duela 30 urte preso den Frédéric « Xistor » Haramboure-i baldintzapeko askatasuna onartu zion (2008ko apirilaz geroztik eskura zezakeen baldintzapeko askatasuna). Anti-terrorismoko ministerio publikoak berehala dei egin zuen. “Xistor” Haramboure kartzelan gelditu da, jadanik 30 urte preso pasa baditu ere, nahiz eta bere osasun egoera ezegonkorra den, eta bere eskaerak baldintzapeko askatasunerako baldintza guziak bete arren.

2019ko uztailaren 18an, gauza bera, Pariseko Zigorren aplikazio epaitegiak, duela 18 urte preso den Lorentxa Beyrie-ri baldintzapeko askatasuna onartu zion (2012az geroztik eskura zezakeen baldintzapeko askatasuna). Anti-terrorismoko ministerio publikoak 24 orduko duda utzi ondoan, dei egin du. Ondorioz Lorentxa kartzelan geldituko da.

Kasu batean edo bestean, Euskal herriko testuingurua ezagutzen dutenentzat aintzinatuak diren argumentuak ez dira sinesgarriak, ez gizarte zibilarengandik, ez alderdi desberdinengandik. Anti-terrorismoko Ministerio publikoak gerla, ETAren ber-egituratze, ihesaldi, eta azpijoko testu inguru bat asmatzen du, eta horri esker preso mantentzen ditu euskal preso politikoak.

Euskal Herrian, argumentu hauek adimen kolektiboaren kontrako iraintzat ditugu, tematze gogor honi esker euskal preso politikoak eta beren ingurukoei sufrimendua luzatzen eta emendatzen diete.

30 urte preso, 18 urte preso, ez zaie aski, ez zaie sekulan aski izanen. Gaur espero genuen, justizia erabaki bat berretsia izan zedin, horren ordez mendekiozko neurriak jaso ditugu.

Egoera hau ez dator bat Frantziako lehendakariaren hitzekin : « begiratzen ditudalarik gatazka konpontzeko eta armetatik ateratzeko azken urte hauek, ene ustez Euskal herria eredu bat da. Estatuaren betebeharra da mugimendua laguntzea (…) ez dugu Historia totelarazi behar, lagundu behar dugu. »

Eskatzen dugu, Estatuak bere adierazpenak gauza ditzan, bere lege propioak bete ditzan eta eskubide estatu batean onartezina diren egoerak bertan behera utz ditzan. .

Eskatzen dugu uda honetan iraganen diren Frédéric Haramboure eta Lorentxa Beyrie, dei auzien ondorioz, askatuak izan daitezen.