Stop au massacre de poulets par tradition religieuse

La fête juive du Grand Pardon, Yom Kippour, a eu lieu le 12 octobre. Journée de repentance et de réconciliation pour les croyants, elle est précédée dans certaines communautés orthodoxes d’un rituel causant la souffrance et l’agonie de centaines de milliers de jeunes oiseaux.
L214 a reçu des images de ce rituel filmées dimanche 9 octobre, dans la cour d’un centre communautaire juif à Marseille. Elles montrent des dizaines d’oiseaux égorgés à vif, lâchés sans ménagement dans un cône de signalisation retourné, puis jetés à plusieurs mètres de distance, sur une pile d’oiseaux morts ou à l'agonie.
Traditionnellement, cette cérémonie consiste à faire tourner un poulet vivant au-dessus de sa tête en récitant : « Voici mon double, voici mon remplaçant, voici mon expiation. Ce coq (ou cette poule) ira vers la mort pendant que je commencerai et poursuivrai une vie heureuse, longue et paisible. »
Aux poulets, on leur réserve une vie courte et une mort monstrueuse. À l’issue du rituel, les oiseaux ont la gorge tranchée. Ils n’ont que quelques semaines de vie. Empilés dans des caisses, attrapés comme des objets, égorgés et abandonnés à leur agonie. Un rituel dénué de compassion pour ces animaux terrifiés, des êtres sensibles et doués d’émotions, qui ne voulaient pas mourir.

L214 porte a porté plainte contre cette pratique illégale. La mise à mort d’animaux dits d’élevage est interdite en dehors d’abattoirs agréés. Les exceptions prévues par la loi (“abattage à la ferme”) ne concernent que les animaux mis à mort par l’exploitant qui les a élevés, tant qu’il en réserve la consommation au cercle familial.

Cette coutume est perpétuée par certaines communautés juives orthodoxes dans le monde, mais elle décline en Israël, où la religion juive est commune à 75% de la population. Dans ce pays, le ministre de l'Agriculture encourage les croyants à abandonner ce rituel et à remettre la contre-valeur d’un poulet à une œuvre charitable, afin de laisser la vie sauve aux animaux et de venir en aide aux démunis.

L’association Animal Rights In Israel, qui se bat pour la reconnaissance des droits des animaux, précise que l’utilisation de poulets pour Kapparot n’a aucune base dans la Loi juive, et que de nombreux rabbins se sont élevés contre cette pratique.

Quels que soient nos horizons religieux ou culturels, l’heure est venue d’élargir le champ de notre compassion à tous les êtres sensibles. Et de faire de la Terre un monde meilleur et sans cruauté.

This petition will be delivered to:
  • M. Haïm KORSIA Grand Rabbin de France
  • M. Rav Réouven OHANA Grand Rabbin de Marseille

    L214 - Éthique & Animaux started this petition with a single signature, and now has 37,210 supporters. Start a petition today to change something you care about.