Pratiquer le massage pour soulager et réconforter durant le confinement

Pratiquer le massage pour soulager et réconforter durant le confinement

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
natalie BOURLARD a lancé cette pétition adressée à M. F. Vandenbroucke - Ministre de la Santé au Gouvernement Fédéral Belge

M. le Ministre,

Lors de votre intervention à la conférence de presse du 30 octobre 2020, vous avez insisté sur l’attention que notre nouveau gouvernement tient à porter à la santé mentale. 

Vous avez pris une mesure vis-à-vis des personnes qui vivent seules, en leur permettant de rester en contact rapproché, non pas avec une, mais avec deux personnes de leur choix. 

Ces deux exemples parmi d’autres démontrent que nos dirigeants se sentent particulièrement concernés par la détresse, l’isolement et les conséquences néfastes de la crise sanitaire sur leurs concitoyens.

En tant que spécialistes en techniques de toucher à visée thérapeutique, nous sommes sensibles à ces préoccupations qui nous affectent d’autant plus que notre métier, oui, osons l’appeler notre métier, malgré qu’il n’ait aucune reconnaissance en Belgique, nous mène à côtoyer des personnes souffrant de problèmes chroniques, tels que l’asthme, les allergies, les migraines, les insomnies et l’angoisse, l’agitation, la dépression, le burn-out et d’autres malaises dont les causes sont nombreuses et complexes.  Il va sans dire que ces symptômes sont exacerbés dans le contexte de la crise sanitaire que nous connaissons depuis le mois de mars.

Lors du premier confinement, nous avons été nombreux parmi les professionnels du massage, à observer scrupuleusement l’arrêt imposé à notre activité.  Cela nous semblait alors tout à fait pertinent, dès lors que nous ne savions rien sur la manière dont le virus se propage. 

Le 8 juin, suite à l’intervention de M. M. Blokken de la Fédération Belge du Massage, nous avons été autorisés à reprendre notre activité professionnelle, dans le respect des mesures d'hygiène préconisées par le Conseil National de Sécurité.  Beaucoup parmi nous ont pu constater depuis lors, à quel point notre rôle compte pour ceux qui nous consultent : nos clients, ou plutôt patients dans la mesure où nous recevons majoritairement des personnes qui cherchent à soulager leur souffrance, ont bien souvent exprimé leur bonheur de pouvoir à nouveau bénéficier de notre attention, notre savoir-faire et nos connaissances.  Ils sont réguliers, à défaut d’être nombreux (nos prestations ne sont pas remboursées par la Mutualité et nous sommes assujettis à la TVA comme si nous étions commerçants, ce qui nous oblige à demander un prix inabordable pour les plus démunis).  Ceci est un autre débat, qui devra avoir lieu un jour, lorsqu’on voit le nombre croissant de personnes qui ont recours à cette profession pour laquelle nous avons investi beaucoup de temps et d’argent afin d’affiner et approfondir notre technique et notre savoir-être.

C’est pourquoi, nous vous demandons, M. le Ministre, de considérer la distinction qui existe entre les différents types de massages :

  • ceux qui sont prodigués dans des centres de bien-être à des personnes en bonne santé en quête de détente,
  • et les massages qui visent à soulager des symptômes, à donner un peu de confort à des personnes atteintes de maladies incurables ou chroniques, à apporter du réconfort aux personnes en détresse ou en stress, et à prodiguer une attention bienveillante à des personnes qui, parfois, n’ont plus aucun contact physique depuis le mois de mars. 

Nous aimerions attirer votre attention sur l’importance du contact physique.  Il est vital à tout être humain car il favorise la sécrétion des différentes hormones qui donnent le sentiment d’être heureux et procurent le plaisir de sentir la vie couler dans les veines.  Dans le cas des personnes qui nous sollicitent pour soulager leurs maux, le toucher que nous prodiguons nous apparaît comme un service de première nécessité.

Oui, Monsieur le Ministre, nous sommes des artisans de Vie et nos mains sont des trésors en cette période où l’insécurité, l’angoisse, la maladie et la mort font malheureusement la une des médias et des réseaux sociaux, en Belgique et dans le monde.

C’est la pertinence de cette raison qui nous motive pour vous prier instamment de nous accorder de poursuivre notre activité.  Nous nous engageons à suivre à la lettre toutes les recommandations d’hygiène officielles, à l’instar de nos collègues ostéopathes, kinésithérapeutes, psychologues et de tout autre métier paramédical.

 

En vous remerciant pour l’attention que vous voudrez bien prêter à cette lettre signée par ….. praticiens en massage et autres techniques corporelles.

 

Natalie BOURLARD

Praticienne en shiatsu, réflexologie plantaire, spécialisée dans le traitement de la douleur, des maladies chroniques et des maladies dégénératives

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !