Libérez les TikTokeuses égyptiennes

0 a signé. Prochain objectif : 300 000 !


FR/EN/AR/DE/ID

Les autorités égyptiennes ont arrêté neuf femmes pour violation des valeurs familiales, incitation à l'immoralité et à la débauche - simplement pour avoir posté sur TikTok des vidéos d'elles-mêmes en train de chanter et de danser. Jusqu'à présent, trois d'entre elles ont été condamnées à deux ou trois ans de prison. Ces femmes n'ont rien fait de mal et doivent être libérées immédiatement.

Nous sommes un groupe de femmes égyptiennes qui demandons aux autorités de mettre fin à cette répression des femmes sur les réseaux sociaux. Nous demandons également au Conseil national des femmes de fournir un soutien juridique aux neuf femmes qui ont été arrêtées. Le soutien international peut faire une réelle différence.

Une des femmes a été arrêtée après avoir posté une vidéo appelant à l'aide et à la justice après avoir été violée, filmée et victime de chantage avec les images du viol par un groupe d'amis. Le ministère public l'a immédiatement inculpée d'incitation à l'immoralité et à la débauche.

Certaines de ces femmes sont des stars des réseaux sociaux qui comptent des millions d'adeptes. Dans leurs vidéos, elles ne font que rire, danser et s'amuser. Aujourd'hui, elles sont punies et privées de leur droit de posséder leur corps, de s'habiller librement et de s'exprimer.

Ces influenceuses sont des femmes ordinaires issues de la classe ouvrière ou de la classe moyenne. En raison de la manière dont elles s'habillent et s'expriment, leur comportement est désigné être en dehors du cadre autorisé par leur classe et en dehors des « valeurs familiales égyptiennes ». L'État se sert d’elles comme des exemples pour dissuader d’autres femmes de faire la même chose.

Pouvez-vous imaginer être emprisonné•e simplement pour avoir publié une vidéo de vous en train de rire ou de danser ?

Elles s'appellent Haneen Hossam, Mawada El-Adham, Menna AbdelAziz, Sherry Hanem, Nora Hesham, Manar Samy, Reenad Emad, Hadeer Hady et Bassant Mohamed. Elles ont besoin de votre aide.

Un procès en appel est prévu pour le 17 août, aidez-nous s'il vous plaît. Signez notre pétition pour faire pression sur le gouvernement afin que nous puissions les libérer. Merci beaucoup pour votre soutien.