Pétition fermée

LIBÉRATION IMMÉDIATE de MILAGRO SALA DÉPUTÉE ÉLUE du PARLASUR

Cette pétition avait 2 497 signataires


Jujuy est un des endroits le plus pauvres d’Argentine. C’est aussi la terre d’une population amérindienne qui se fait exploiter par une poignée de familles de propriétaires richissimes d’immenses plantations de canne à sucre.

Cet ordre cruel des choses est ainsi depuis le temps de la chute de l’Empire Inca. Les régimes militaires n’ont fait qu’aggraver les choses faisant disparaître des centaines de travailleurs dans une seule nuit tristement célèbre connue comme “el apagón de Ledesma”.

Au plus bas de cette société, il y a vingt ans, une fille métisse et sans abri, trempant dans la toxicomanie et la marginalité, s’est fait arrêter. En raison de son caractère fort et d’un sens de la justice né des injustices, elle initie une grève de la faim pour améliorer ses droits et ceux des autres prisonnières. Elle réussi son pari.

Ce fût le début d’une militance qui l’a mené à bâtir une organisation prodigieuse : la Tupac Amaru (du nom du leader inca rebelle au XVIII e siècle). Cette organisation a géré et construit des milliers de logements, des écoles, des ateliers, des usines, des piscines etc. pour quelque 70 000 membres. Mais le plus important: elle a redonné la dignité à tout ce monde. Et en preuve de la reconnaissance de son peuple, elle a été élue députée.

C’en était trop pour les tout puissants seigneurs de Jujuy : à peine changé le gouvernement, en Janvier 2016, on l’a emprisonnée sous des chefs d’accusation on ne peut plus douteux. On l’accuse, sans preuve ferme depuis lors, d’avoir détourné des fonds reçus du gouvernement de Cristina Kirchner pour les oeuvres surmentionnées. Les chefs ne justifient aucunement son emprisonnement avant qu’il ne soit pas jugé et démontré que de telles accusations sont vraies.

Depuis le début de sa détention, les mouvements sociaux d’Argentine ainsi comme le Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire de l’ONU, Amnesty Internationale, entre autres, réclament sa libération puisque son maintien en prison n’obéit vraisemblablement pas à d’autres raisons que celle de désarticuler le mouvement Tupac Amaru. Depuis lors, ils ont emprisonné dix autres membres toujours en attente de procès. Elle subit donc un emprisonnement POLITIQUE.

******
Depuis le lancement de cette pétition, des centaines de milliers de signatures se sont ammassé autant sur des copies papier en Anglais, et Espagnol, qu'en d'autres versions puisqu'une campagne internationale visant le million de signatures est toujours en cours. La plupart des signatures, proviennent toujours d'Argentine, mais notre Comité en a déjà apporté quelques deux mille.



Comité pour la Liberté de Milagro Sala -Montréal compte sur vous aujourd'hui

Comité pour la Liberté de Milagro Sala -Montréal a besoin de votre aide pour sa pétition “LIBÉRATION IMMÉDIATE de MILAGRO SALA”. Rejoignez Comité pour la Liberté de Milagro Sala -Montréal et 2 496 signataires.