Les moisissures détruisent nos vies

Victoire

Les moisissures détruisent nos vies

Cette pétition a abouti avec 749 signatures !
Aby CISSÉ a lancé cette pétition adressée à Jacqueline Gourault Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités (Ministre) et à

LES MOISISSURES DETRUISENT NOS VIES                Aidez nous à changer de logement 

Bonjour 

  • Madame Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.
  • Madame, Frédérique Calandra, présidente de la RIVP et maire du 20ème arrondissement de Paris
  • Régie Immobilière de la Ville de Paris (RIVP)
  • Monsieur Ian Brossat, maire-adjoint auprès d'Anne Hidalgo chargé du logement, de l'habitat durable et de l'hébergement d'urgence

Nous sommes M. Et Mme CISSE/SANO  parents de Youssouph-Ajmal et Aby agés de 5 et 2 ans.

Nous habitons à Aubervilliers depuis le 27 juillet 2015. Je travaille à Paris en tant que médiatrice famille. Mon époux est surveillant de nuit dans une maison d'enfants à caractère social (MECS). Il travaille aussi à Paris

Nous habitions en résidence étudiante lors de mes études en Master 2 (bac + 5) à Argenteuil quand nous avons reçu une proposition de logement. 1  an après notre déménagement, nous nous sommes retrouvé envahi par des moisissures. En quantité importante dans notre chambre et celle de notre fils (à l'époque je n'étais pas encore enceinte de ma fille). Nous avons donc entamé les procédures légales relatives à notre situation afin que le bailleur (RIVP) puisse intervenir rapidement et régler le problème. 

Nous avons :
- déclarer le sinistre auprès du gardien et de notre assurance (octobre 2016)

- fait intervenir le service d'hygiène de la mairie (fevrier 2017). J'étais enceinte et la situation n'avait pas evolué. La sage-femme m'a interdit de dormir dans ma chambre car elle était devenue dangereuse pour ma santé. J'ai donc dormi 9 mois dans le salon.

Notre Bailleur a reconnu que la situation était dû à une panne de VMC de plus de 3 ans, le manque de chauffage (nous sommes resté 1 an sans) et les fenêtres qui n'étaient pas aux normes (fenetres en bois sans double vitrage). Il s'est engagé à résoudre la situation et remettre en état notre logement. Une grande réhabilitation a eu lieu certes mais coté moisissures, rien a bougé. Notre fille a deux ans, rien a changé.

Nous avons entamé d'autres démarche en plus des appels téléphoniques  fréquents que nous  passons à la RIVP.

Nous avons :  

- fait intervenir le service juridique de notre assurance qui a fini par nous répondre, après plusieurs mois de médiation, que toutes leurs tentatives de négociation à l'amiable avaient échouées. (Entre 2017et 2019).

- envoyé des mises en demeure au bailleur (2017, 2018, 2019).

- demandé par courrier un rendez-vous à la présidente de la RIVP Mme Frédérique Calandra (septembre 2018). Nous n'avons pas pu la rencontrer mais elle a envoyé un courrier à notre bailleur pour attirer son attention sur notre dossier. 

- fait une demande de changement de logement (en septembre 2018). On nous avait répondu que nous n'y avions pas le droit lorsque nous avons formulé notre intention de faire une demande  de changement de logement en 2017.

- envoyé un courrier à la Maire d'Aubervilliers Mme Derkaoui Meriem (septembre 2018). Cette dernière a transféré notre dossier au service d'hygiène de la ville alors que nous les avions vu un an et demi avant.

- rencontré une juriste de l'Adil 93 (mars 2019)

- repris contact avec le service d'hygiène de la mairie d'Aubervilliers qui nous a expliquer qu'il ne pouvait plus rien pour nous.

- demandé à la préfecture une médiation par le biais de la commission départementale de conciliation (saisine en septembre 2018 et la commission a eu lieu le 4 avril 2019). Les membres de la commission nous ont conseillé de saisir le tribunal d'instance car nous avions respecté toutes les procédures à faire et ils ne pouvaient pas nous conseiller autre chose.

- adhéré au CNL (Confédération Nationale su Logement).

- déposé une demande de logement auprès du 1% patronal de mon mari (Juin 2019).

- saisi l'ARS 93 qui nous a réorienté vers le service d'hygiène de la ville d'Aubervilliers (août 2019)

Le responsable technique de la division centre (paris 17ème) Joachim Lorenço réponds la même chose à chaque courrier qu'il reçoit de notre part ou des personnes qui nous représentent : "une grande réhabilitation a eu lieu, cela a éliminé les causes du sinistre. Une société va intervenir pour procéder à la remise en état des pièces défectueuses". Le seul problème c'est que cela fait trois ans qu'il tient ce discours. Et lorque j'ai envoyé ma dernière mise en demeure il m'a répondu par une souscription forcée à une assurance habitation alors que j'ai essayé pendant 4 mois de leur envoyé la mienne via mon espace locataire (il s'est produit la même chose l'an dernier). Il y avait un bug de leur site. Une tentative d'intimidation ? Soit. 

Depuis 2016, rien à changé. Lors des travaux de réhabilitation une partie de ma cuisine est restée sans faillence car le carreleur aurait fait une erreur de calcul. Comme pour les moisissures, la RIVP refuse d'intervenir. 

Fatigués, épuisés des démarches, nous ne sommes plus en sécurité chez nous. Les moisissures détruisent nos vies. Nous ne nous sentons pas bien dans notre logement. Nous ne recevons plus personne appart quelques membres de notre famille. Mon état psychologique se dégrade. Mon médecin traitant que j'ai vu aujourdhui (5 août 2019) parle d'anxiété et de stress chronique. Nous avons donc décidé de dire STOP. TOUT CECI A TROP DURÉ. IL EST TEMPS QUE LA RIVP PRENNENT SES RESPONSABILITÉS.

Comment est ce possible de respecter scrupuleusement toutes les procédures sans jamais obtenir réparation ? Pourquoi la RIVP nous fait-elle cela ? Elle manque d'agents compétents ? Ou peut-être parce que nous sommes "banlieusards" alors on doit faire deux fois plus. Comme le disait Kery James dans sa chanson "banlieusard" : "il me faut 2 fois plus de courage, 2 fois plus de rage. Car y'a 2 fois plus d'obstacles et 2 fois moins d'avantage". Les problèmes des autres passent-ils avant les nôtres ? Banlieusards  oui mais ignorants non. Nous connaissons nos droits et comme stipulé dans l'article 2 du  le décret n°2002-120 du 30 janvier 2002 relatif aux caractéristiques du logement , le logement doit satisfaire à des conditions au regard de la sécurité physique et de la santé des locataires. Or plusieurs études démontrent que les moisissures deviennent dangereuses pour la santé après une exposition trop importante. L'air de notre maison nous tue à petit feu. La RIVP n'en est pas consciente ou fait semblant de ne pas savoir. Nous ne savons plus vers qui nous tourner. Nous dormons encore souvent dans le salon pour éviter de trop s'exposer sachant que les moisissures ont séchées et les particules s'exportent dans l'air de la maison.

Nous ne voulons plus de cet appartement et vous demandons de nous trouver un autre logement, un logement dans lequel nous pourront offrir à nos enfants un cadre de vie sain. Dans lequel chacun de nous s'épanouira. Nous pourrons reprendre notre vie en main, meubler et décorer à notre guise.

Je vous remercie d'avance pour l'attention que vous avez portez à cette pétition  et vous prie de bien vouloir recevoir nos sincères salutations.

Fatbintou CISSE-SANO et Idrissa SANO
Youssouph-Ajmal et Aby SANO.

POUR EN SAVOIR PLUS ...

Voici quelques lien d'études réalisées sur l'effet des moisissures sur la santé : 

1) https://www.santemagazine.fr/sante/sante-environnementale/5-facons-dont-les-moisissures-nous-rendent-malades-335281

2) contaminations fongiques en milieux interieurs par le ministère des solidarités et de la santé 

3) avis et rapport de l'ANSES relatif aux moisissures dans le bâtiment.

4) plusieurs dossier consacrés aux moisissures dans le site de l'INRS 

5) https://www.mmmieux.fr/moisissures-quels-sont-les-risques-pour-la-sante

Victoire

Cette pétition a abouti avec 749 signatures !

Partagez cette pétition