Soutenez les observateur-e-s de l'Observatoire des Pratiques Policières de Toulouse !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Le maintien de l'ordre policier, tel qu'il se déploie en France depuis de nombreux mois, pose désormais clairement la question de nos libertés. L’infernale litanie des violences policières frappe aveuglément et sans discontinuer les manifestant-e-s, les militant-e-s, les syndicalistes, les journalistes et désormais les simples observateur-e-s des libertés publiques, seulement en charge de rendre publiques les pratiques constatées, comme le 28 septembre dernier à Toulouse contre les membres de l'Observatoire des Pratiques Policières initié par la Fondation Copernic, le Syndicat des Avocats de France et la Ligue des droits de l'Homme. Et cela, dans le silence complaisant des autorités publiques, qui s'abstiennent de répondre aux interpellations comme de donner suite aux innombrables plaintes déposées, quand elles n'encouragent pas expressément ces pratiques profondément délétères pour la démocratie.

En sorte que se pose désormais clairement la question de savoir « qui commande ». Qui dirige les opérations de maintien de l'ordre, entre des autorités se réfugiant systématiquement derrière des éléments de langage qui ne trompent plus personne et des corps de police largement gangrenés par des groupes et des syndicats qui propagent au vu et au su de tous l’idéologie de l'extrême droite.

Cela suffit.

Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens de France à dire fermement leur attachement aux libertés publiques et à la démocratie et à s'élever contre le piétinement incessant de nos libertés mis en œuvre par ce gouvernement.

Nous exigeons des autorités publiques qu’il soit mis fin sans délai à l'appropriation de la violence légitime de l'État par certains policiers en rupture brutale avec la démocratie et la République.

Au regard des violences et intimidations dont font l'objet les observateur-e-s des pratiques policières, nous soutenons l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme et des observateurs victimes de violences policières le 28 septembre de déposer plainte le 25 octobre prochain au TGI de Toulouse.